Assa Traoré raconte son voyage en Guadeloupe

« J’ai eu une belle expérience en Guadeloupe, j’ai découvert Mai 67 dont on ne parle pas dans l’Hexagone». Assa Traoré reste marquée par son passage en Guadeloupe en 2017. Et ne tarit pas d’éloges sur un accueil exceptionnel qui lui a été réservé. Ce fut pour la militante franco-malienne une révélation. Elle dit en substance que même si nous avons traversé le cauchemar de l’esclavage et avons deux histoires parallèles « aujourd’hui on se doit de se donner la même force.» Elle appelle à l’union des forces de toutes les diasporas noires.

Assa Traoré et Ramata Dieng

Assa Traoré découvre le racisme et la vie chère en Guadeloupe

Alors qu’Assa Traoré fait de la mort de son petit frère le combat de sa vie, elle se voue à combattre le racisme partout où qu’il soit. La mère de famille qui coordonne toutes ses luttes appelle les antillais à s’unir. Assa Traoré se désole que cette diaspora noire subit tant le racisme, les violences policières qu’une « vie compliquée». Elle s’étonne que le niveau de vie des guadeloupéens soit si élevé.

Dans l’Hexagone, elle envoie ce message aux antillais qui y résident. « Lorsqu’il a des évènements, des drames, il faut que la communauté antillaise se soulève. Il faut qu’on y aille ensemble» insiste Assa Traoré. En attendant de se rendre sur l’île soeur de la Guadeloupe, la militante anti-raciste était à Montreuil ce samedi. Elle nous a accordé cette interview.

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Cnews ACTUS Page – Images Blacknews Page

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :