Michelle Obama a exhorté les Gafam à supprimer le profil de Donald Trump et l’ex-First Lady a réussi

Et cette sommation a été entendue, le lendemain, jeudi 7 janvier 2021, le président sortant de la première puissance mondiale, Donald Trump sera suspendu de façon permanente sur la plateforme sociale Facebook ainsi qu’Instagram. Après plusieurs avertissements à ses tweets au cours des derniers mois, le géant Twitter interdit définitivement son réseau social à Donald Trump. Plus de 88,7 millions de followers pro ou sympathisants du président américain sont sans nouvelles du profil @realDonaldTrump depuis une semaine.

Washington, le Capitole assiégé, mercredi 6 janvier 2021

Un coup dur pour le 45ème président des Etats-Unis, il était pourtant classé sixième utilisateur sur Twitter, l’un des plus suivis de ce réseau. Le chef d’Etat le plus puissant du monde s’est toujours vanté de pouvoir contourner les «faux médias d’information» pour diffuser directement ses messages à ses partisans.

«Le moment est venu pour les entreprises de la Silicon Valley d’arrêter de permettre ce comportement monstrueux – et d’aller encore plus loin qu’elles ne l’ont déjà fait en interdisant définitivement cet homme de leurs plateformes et en mettant en place des politiques pour empêcher que leur technologie ne soit utilisée par les dirigeants du pays pour alimenter des insurrections ».

En réponse aux violences perpétrées mercredi 6 janvier 2021 au sein du Capitole américain, qui ont entraînées la mort de quatre personnes, l’ex-First Lady Michelle Obama a appelé les sociétés de médias sociaux à interdire définitivement Donald Trump de leurs plateformes.

Les ennuis de Donald Trump sur le Net ont commencé mercredi en début de matinée. Alors que la violence faisait rage à Washington, Twitter va supprimer certaines publications du président puis bloquer le profil pendant 12 heures. YouTube, qui appartient à Google, va plus loin en retirant une vidéo que Donald Trump avait publiée.  Dans ce message, le président américain félicitait les émeutiers et dénonçait une nouvelle fois un vol supposé de suffrages le mettant en position défavorable pour un nouveau mandat.

Ashli Babbitt, cette ancienne combattante de l’armée de l’air américaine est morte durant l’assaut au Capitole

Le dernier post de Donald Trump sur Twitter, en soutien aux émeutiers, sera publié à 18 h 01 mais là encore, immédiatement supprimé : «Ce sont des événements ainsi qui se produisent quand une victoire électorale sacrée échappent aux grands patriotes qui ont été mal et injustement traités pendant si longtemps. Rentrez chez vous avec amour et en paix. Souvenez-vous de ce jour pour toujours!» expliquait Donald Trump à ses électeurs.

Barack Obama sidéré a réagi à l’invasion du Capitole et l’ancien président a fait part de son horreur en voyant la foule descendre sur le Capitole : «Comme vous tous, j’ai vu un gang, organisé, violent et furieux d’avoir perdu une élection, assiéger le Capitole des États-Unis (…) Ils ont fièrement agité le drapeau de la Confédération à travers les couloirs ». «Ils ont profané le centre du gouvernement américain.» s’agaçait Barack Obama.

Michelle Obama a signifié ouvertement son mépris pour Donald Trump et selon l’écrivaine de «Becoming», le président comme les médias d’extrême droite portent l’entière responsabilité de ce qui s’est passé mercredi dans l’enceinte du Capitole.

«Cette journée a été une réalisation des souhaits d’un président infantile et antipatriotique qui ne peut pas gérer la vérité de ses propres échecs. Et l’épave repose aux pieds d’un appareil du parti et des médias qui l’ont joyeusement applaudi, connaissant parfaitement les conséquences  d’un tel soutien», a souligné Michelle Obama.

Jeudi 7 janvier, le président élu Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris ont dénoncé l’écart de traitement de la foule pro-Trump d’une part et les manifestants de Black Lives Matter dans la capitale nationale. Une police jugée beaucoup plus clémente avec les supporteurs du président Trump mais bien plus musclée face aux manifestants anti-racistes.

Pour l’heure, Facebook a annoncé qu’il interdisait Trump jusqu’au 20 janvier au moins, la fin de son mandat présidentiel». Mais Twitter, plus radical, a décidé de se passer de ce profil très suivi mais trop controversé.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Image capture Podcast Obama.

Patrick Saint-Eloi gourou de Willy Rousseau qui sort «An Vlé Ni et Nous deux» dans l’esprit «Mizik sé lanmou»

Il n’imagine pas la vie sans musique. Il n’oublie pas la voix puissante de celui qui l’a inspiré, un autre guadeloupéen comme lui, le célèbre chanteur Patrick Saint-Eloi, disparu en septembre 2010 : « Il était l’un des piliers de cette musique identitaire devenu planétaire, le Zouk. C’est lui qui a inventé le Zouk love avec la formation Kassav. Ils ont porté cette musique imprégnée des rythmes et expressions culturelles de la Guadeloupe profonde, à quoi ils ont rajouté une universalité pour mieux nous présenter au monde entier », s’extasie le chanteur-compositeur Willy Rousseau.

Après une pause musicale qui aura durée sept ans, Willy Rousseau est de nouveau en piste pour reconquérir ses fans, ses amis, les anonymes, son public. Pour ce faire, le musicien guadeloupéen vient de sortir deux titres qu’il présente  : An Vlé Ni et Nous Deux. Deux chansons qui malgré les contraintes occasionnées par la crise sanitaire Covid-19, ont eu depuis février dernier, une audience plus que satisfaisante, faisant dire à l’artiste : « Faire de la musique pour moi, c’est fondamental, car c’est la vie, même par ces temps difficiles on en a besoin. Et comme disait Patrick Saint-Eloi « Mizik sé lanmou » ajoute Willy Rousseau.

Non seulement le guadeloupéen qui vit à Paris sucre ses chansons de « Mizik sé lanmou », mais raconte Willy Rousseau la musique fait partie de son ADN. En effet, le jeune Willy est encore bébé quand son grand-père qui « vivait sur l’île de Marie-Galante (une dépendance de la Guadeloupe) était membre d’un groupe de quadrille, l’une des musiques traditionnelles de la Guadeloupe. »

Ensuite arrivent les années lycée, où l’adolescent intègre une section musique et obtient son baccalauréat : Bac Lettres et Arts. Il devient membre du groupe vocal dans lequel Medhy Custos, Jimmy Desvarieux, Patrice Hulman et Jean-Marie Théophile évoluent jusqu’en 1999. La même année, Willy Rousseau est sur scène pour son premier concert avec Kwebee, dans cette formation musicale pendant 5 jours, se rappelle le chanteur, « J’ai joué, au centre de Pointe-à-Pitre, en première partie du concert de Jean-Jacques Goldman lors de sa tournée promouvant son album « En passant ».

Durant cette période et jusqu’en 2013, Willy Rousseau aura participé aux 3 singles du groupe Kwebee et à différents albums et compiles avant de faire une longue pause discographique, dira-t-il.

Un retour qu’il organise dans les moindres détails, précise le guadeloupéen : « Mon producteur, c’est ma compagne et moi-même. Je suis l’auteur de mes titres et mon programmateur c’est Lands Williams. Pour mes mixes, je travaille avec le PM Studio et mon éditeur est Chabin’Prod », affirme le guadeloupéen chanteur. Et, Willy Rousseau dévoile son label « BBWK Prod » pour ceux qui ne le savent pas.

Et pour ceux qui veulent suivent l’artiste, Willy Rousseau vous attend sur ses pages de profils des Réseaux sociaux, mais aussi sur toutes les plateformes de téléchargement légal et sur YouTube. L’occasion de découvrir les deux tubes de Willy Rousseau : An Vlé Ni et Nous Deux.

Comme de nombreux français, l’artiste originaire de Guadeloupe passera les fêtes de fin d’année en famille « C’est essentiel pour moi » affirme Willy Rousseau.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice de CnewsActusDothy. Facebook Cnews ACTUS. Images Willy Rousseau

Pour que les enfants Noirs aient leurs super-héros, Ornella Cindy Eboko a créé «Frikakidz Tv» : «Ils peuvent être fiers des histoires merveilleuses de l’Afrique »

Le paysage audiovisuel français et anglais ne répondait pas aux attentes d’Ornella Cindy Eboko.  De ce constat, la jeune camerounaise s’est lancée le défi de compenser ce manque. Elle a créé « Frikakidz TV » une chaîne dédiée à la culture des plus jeunes issus des minorités. Et pourtant, la business woman, en étudiant l’Économie et le Management était loin d’imaginer qu’elle serait la prochaine productrice africaine de cinéma pour les jeunes.

C’est une question que se posent tous les jeunes parents africains et panafricains qui vivent en Occident. Leurs progénitures sont exposées quotidiennement à des images qui ne les représentent pas globalement. Et à l’adolescence, les jeunes issus de la diversité sont tiraillés entre la culture gauloise que l’éducation scolaire leur enseigne et celle du continent noir, dans laquelle ils vivent. Des histoires françaises, antillaises ou africaines, certes communes mais bien différentes souligne Ornella Cindy Eboko : « L’apprentissage commence très tôt, dès la première enfance , à travers de nombreux outils et supports média et numériques. Si les enfants en savent plus sur l’Occident aujourd’hui, c’est à travers une communication taillée à cet effet. », insiste Ornella Cindy Eboko.

                         

Dans cet espace occidental, peu propice à une valorisation des Noirs, comment aider les plus petits issus, à trouver leur place sans s’identifier forcément et s’assimiler aux personnages caucasiens, plus nombreux, qu’ils « croisent » sur les grands et petits écrans. Ornella Cindy Eboko est passée à l’action : «  Je suis maman d’une petite fille, je souhaite que sa culture générale soit diversifiée et qu’elle ait des modèles qui lui ressemblent, ces modèles qui contribueront à développer la confiance en soi. » 

Pour ce faire, la jeune femme de 26 ans a créé  en 2019 : « Frikakidz TV », une chaîne de dessins animés mettant en avant les cultures, les «super-héros», l’histoire africaine. « Une chaîne éducative dans une approche ludique qui traite des sujets de la vie courante, des sujets d’actualité ».

 « Frikakidz TV » a pour objectif de combler ce manque d’identification : « Ce qui nous a motivé dans la création de  «Frikakidz TV» c’est notre envie de sortir des sentiers battus, de la connaissance d’une Afrique toujours souffrante et vide. Nous voulons parler du continent autrement et nous avons commencé à le faire dans un de nos épisodes intitulé  « Foufoulou Et Jojo Font Le Tour De L’afrique».

Ornella Cindy Eboko est convaincue que les enfants d’Afrique ou des Antilles doivent apprendre autant « sur leurs origines que sur les Histoires de l’Occident. Ils doivent en savoir plus sur leur identité, les valeurs de leur peuple, à propos des langues et des chansons africaines. C’est l’occasion de leur dire qu’il y’a des récits historiques merveilleux en Afrique dont ils peuvent être fiers et s’en inspirer pour leur épanouissement.»

«Notre vision est de devenir le « Walt Disney Africain » que ce soit à travers des dessins animés, des longs métrages et autres produits dérivés.» confie la promotrice  de « Frikakidz Tv » qui assure elle-même la promotion de sa chaîne, sur le réseau social Facebook.

Ornella Cindy Eboko souhaite développer et régionaliser ses productions qui sont essentiellement en version française et anglaise : «Dans un futur proche, nous diffuserons également en langues africaines tel que l’Ewondo, le Fulfudé, le Lingala, le Swahili, le Wolof et sans doute  dans d’autres langues autochtones.»

YOUTUBE : https://www.youtube.com/channel/UCJn2vf29vxROM7S-vdmvYOw
EMAIL : frikakidz@gmail.com
FACEBOOK : https://www.facebook.com/frikakidztv/
INSTAGRAM : https://instagram.com/frikakidztv?igshid=5qtn2xfa121l
TWITTER : https://twitter.com/FrikakidzTv?s=09

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Ornella Cindy Eboko