La vanille est devenue un produit de luxe, elle coûte 10 fois plus cher qu’il y a 4 ans

La raison, une offre très faible et une demande mondiale galopante, a causé une flambée des prix qui fait de la vanille un produit de luxe aujourd’hui, selon une récente enquête diffusée dans le journal de TF1.

«En 2015, on payait la gousse vanille 146 euros le kilo et aujourd’hui, c’est 534 euros le kilo» indique chef pâtissier de la Maison Hugo & Victor, Hugues Pouget. C’est une augmentation de 365% en cinq ans.

Les professionnels ont une alternative à la hausse des prix, ils se tournent «vers des arômes naturels moins onéreux à l’achat comme la vanilline, une molécule extrêmement puissante». Sinon pour les puristes, il faut se rendre à Madagascar, où huit gousses de vanille sur dix dans le monde proviennent de cette île.

Madagascar fournit 80% de la vanille naturelle du monde, l’île est en proie à un boom de la vanille. Mais ce ne sont pas forcément les agriculteurs qui s’en sortent le mieux mais la plus grande part  des bénéfices revient aux acheteurs, intermédiaires et exportateurs qui achètent la vanille, la transforment et la vendent aux fabricants mondiaux de chocolat, de parfum, de crème glacée et d’arôme.

Pourquoi les gousses de vanille coûtent-elles si cher ? Un kilos de gousses de vanille vertes coûte 50 euros. Il en faut six à sept kilos pour produire un kilo de gousses sèches. Savon, poupée, yaourts ou caramels … l’odeur de vanille flotte partout. « Elle est utilisée dans la composition d’environ huit parfums sur dix ». Suite du reportage sur La Nouvelle République

Dorothée Audibert-Champenois/Source TF1/La Nouvelle République
Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy/Natacha Kitche/Firmenich.com

Abi, gagnant de The Voice, victime de racisme, raconte ses tristes expériences «C’est quelque chose d’assez courant dans nos vies»

Lundi 15 juin 2020, c’est un jeune homme heureux qui déboulait dans l’émission de Yann Barthès sur la chaîne privée TMC. Deux jours plus tôt, sur TF1, le talentueux haïtien gagnait la neuvième saison de The Voice, avec un peu plus de 53% des voix du public. Devenue une étoile montante, le jeune artiste, sollicité par la presse raconte son incroyable aventure et révèle, dans le même temps, ce qui se cache dans sa vie, hors des studios d’enregistrement.

Dans le contexte de manifestations planétaires qui dénoncent les brutalités policières mais également le racisme systémique dans les sociétés occidentales, l’expérience d’Abi était attendue sur le plateau télé de TMC. Et sans se faire prier, le jeune caribéen a décrit le racisme comme « quelque chose qui fait partie de ma vie. Dans le boulot, j’ai la chance de travailler dans des endroits où je ne le subis pas mais dans la rue, à l’extérieur, oui. Ce ne sont pas des réflexions mais des réactions». Et Abi qui fait le triste constat « C’est quelque chose d’assez nos vie»  donne en exemple, le jour où il s’est introduit dans une cage d’ascenseur et qu’une dame protégeait ostensiblement son sac, de peur qu’il ne le lui arrache.

Abi, de son vrai nom Abimaël Bernadoth est professeur à Asnières-sur-Seine, il habite à Saint-Gratien dans le Val-d’Oise et travaille comme professeur remplaçant à Asnières-sur-Seine dans le 9.2. Le protégé de Pascal Obispo et vainqueur samedi 13 juin de The Voice sur TF1 interprétant « Lovely » de la chanteuse californienne, Billie Eilish,  prépare son premier album.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images TF1