Naomi Osaka est la nouvelle ambassadrice de la Maison Louis Vuitton

En deux ans, Naomi Osaka haïtienne et nippo-américaine est devenue l’athlète féminine la mieux rémunérée au monde.

Sur les courts, la joueuse d’origine haïtienne et japonaise s’est démarquée de ses adversaire non seulement pour son jeu de jambes mais également pour son activisme affiché. Aujourd’hui, après son troisième titre au Grand Chelem, elle réalise un autre rêve. Naomi Osaka lance sa première campagne avec une maison de couture de luxe : Louis Vuitton. Pour la campagne printemps 2021 de la marque, réalisée par le directeur créatif Nicolas Ghesquière, Naomi porte une mini-robe kaléidoscopique ludique qui correspond parfaitement à l’amour des professionnels du tennis pour les couleurs et les imprimés audacieux.


Naomi Osaka est devenue l’ambassadrice de la grande maison de couture française. Elle est officiellement l’égérie de la maison Vuitton depuis lundi 11 janvier.

«Mis à part le tennis, ma passion c’est aussi la mode, et il n’y a pas de marque plus emblématique que Louis Vuitton», a déclaré Naomi Osaka. «C’est un tel honneur de travailler avec Nicolas, c’est un designer que j’admire tant et nous partageons un amour mutuel pour la culture et le style japonais. Devenir un ambassadeur mondial de la marque est vraiment un rêve devenu réalité pour moi. » avoue la sportive.

Avec un nouveau chapitre en tant qu’ambassadrice de la célèbre maison de couture française, le nouveau style de Naomi Osaka lui ouvre de nouveaux horizons.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Vogue/Vuitton – Naomi est photographiée par Annie Leibovitz

Patrick Karam et le racisme dans «Le livre noir du sport», Gaël Monfils sous les insultes d’internautes rageux

«Putain d’esclave, Singe noir stupide, Connard de noir », ce sont les insultes adressées au joueur Gaël Monfils qui venait juste de perdre un match en Italie. Ces pratiques, Patrick Karam les dénonce dans un ouvrage qui vient de paraître en librairie.

Ce jeudi 24 septembre 2020, Patrick Karam vice-président Libres du Conseil régional d’île de France et ancien président du Créfom (le Conseil représentatif des français d’Outre-mer) a sorti un ouvrage sur les différentes dérives dans le milieu du sport en France. Fort de son expérience comme inspecteur général de la jeunesse et des sports sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l’élu originaire de la Guadeloupe a co-écrit «Le livre noir du sport» dans lequel il détaille les violences sexuelles, le racisme et la radicalisation subis par nombre de sportif.

Récemment, au tennis Gaêl Monfils, excédé a publié sur Instagram de nombreuses insultes, dont certaines à caractère raciste. Des injures reçues après sa défaite jeudi dernier au Masters 1000 de Rome. Gaël Monfils faisait son retour à Rome après plus de six mois sans matchs, en raison de la pandémie de coronavirus. Il a été éliminé (6-2, 6-4) dès le 2e tour, face à l’Allemand Dominik Koepfer.

On ne compte plus les footballeurs humiliés sur les terrain de foot avant ou après d’importants matchs. Magali Lacroze et Patrick Karam ont recueilli de nombreux témoignages tout au long de leur enquête.

«Le livre noir du sport» est paru ce jeudi 24 septembre 2020, est paru aux Editions Plon.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran C’news Actus Dothy

Nike lance la collection Maternity (M), une garde-robe capsule pour femmes enceintes

La marque de sport, Nike fait également sa rentrée et lance Maternity (M), une ligne capsule de vêtements de sport spécialement conçue pour les femmes enceintes.

Cette nouvelle collection, s’inscrit dans la lutte des femmes sportives qui se sont longtemps senties discriminées au moment où elles devenaient mères.  L’histoire commence à   Roland-Garros en mai 2018 quand la tennis woman Serena Williams est déclassée après seulement quatre mois de congé maternité. Alors que la joueuse était numéro 1 mondiale quelques mois plus tôt, elle chute subitement à la 451e place mondiale. Indignée, vexée et  rageuse, Serena décide de faire bouger les lignes.

Son acharnement à dénoncer cette injustice faite aux femmes enceinte, incitera finalement la Women’s Tennis Association (WTA) a s’interesser aux athlètes féminines pendant et après leur grossesse.  La WTA décide alors d’allonger son système de « classement protégé »,  pour permettre aux joueuses de haut niveau de rester classées le temps de leur congé maternité. Si  l’organisation a réagi de façon positive, il  est évident pour la maman de la petite Olympia Ohanian, que les femmes ont encore à se battre dans le monde du sport, particulièrement, celles qui  veulent devenir maman.

Pour sa part, la célèbre marque Nike a décidé de lutter avec ces femmes sportives. Elle a conçu sa première collection maternité, baptisée Nike (M).  L’objectif est  de fabriquer des vêtements qui évoluent et s’adaptent au corps des femmes, des silhouettes qui se transforment  et s’épanouissent durant les neuf mois de grossesse. 

La première collection de quatre pièces comprend un pull, une brassière, un débardeur et un legging. « La brassière de sport Nike (M)  permet  aux femmes qui viennent d’accoucher d’allaiter facilement. La collection Nike Maternity sera disponible le jeudi 17 septembre prochain sur Nike.com

Dorothée Audibert-Champenois/facebook twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Nike (M)