Miss France 2021: La designer martiniquaise Murielle Kabile et «Hair Couture» s’invitent à Miss Ile-de-France 2020

Pour cette nouvelle édition Miss Ile-de-France, l’un des concours de beauté le plus prestigieux de l’Hexagone, les organisateur ont fait appel cette année, aux talents de la très célèbre créatrice Murielle Kabile. Elle aura fort à faire, ce soir samedi 19 septembre,  15 candidates prétendantes au titre de Miss Ile-de-France 2020 pour Miss France 2021, comptent sur son génie pour les sublimer.

Expo « Créations Hair Couture », 22 janvier 2017 – Galerie Bulon Paris Rive gauche

La designer, une robertinoise de l’île de la Martinique, a lancé sa marque il y plus de trois ans. De réputation internationale, la créatrice s’est fait connaître grâce à sa maîtrise des afros souvent volumineux et à sa technique du tissage des cheveux qu’elle incorpore dans ses défilés «Hair Couture». Visuels, colorés, les techniques de coiffure que l’on retrouve sur les tenues de ses mannequins sont le fruit d’un travail élaboré qui parfois remontent à des inspirations de la lointaine Afrique.

Murielle Kabile, Paris Fashion Week, juillet 2018 – Arc de Seine

Murielle Kabile n’est pas seulement une designer remarquée et plébiscitée pour son talent et ses somptueuses réalisations. Mettre en avant le cheveu naturel afro c’est aussi, s’engager et valoriser l’authenticité de la femme noire. Prouver, s’il est besoin, qu’en assumant de porter un afro et de se coiffer au naturel est un gage de beauté et de bien être pour les hommes et les femmes de la diaspora noire, laisse-t-elle-entendre quand la presse l’interroge.

Les 15 prétendantes à la couronne de Miss Ile-de-France 2020

Ce soir à 20 heures à Dammarie-Les-Lys dans le département de Seine-Marne, avec ses collègues créateurs, Murielle Kabile sera au coeur de la création et de la mise en beauté. 15 jeunes candidates l’attendent. Une seule sera choisie et sera ce soir Miss Ile-de-France 2020 et Murielle Kabile aura contribué à la rendre unique.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy/Facebook

Usa-Paris: Le designer haïtien militant, Kerby Jean-Raymond, invité à la Fashion Week, lance «Your Friends in New York», il soutient le Black Lives Matter

Kerby Jean-Raymond, le fondateur de la marque de mode new-yorkaise Pyer Moss est l’invité de la prochaine Paris-Fashion Week. Le designer haïtien s’est associé avec le conglomérat de luxe français Kering pour créer la nouvelle plateforme de mode «Your Friends in New York» (YFINY). L’idée est de promouvoir la nouvelle génération de créateurs, d’innovateurs dans l’industrie de la mode.

Anne Wintour,  Kerby Jean-Raymond

«Il est important pour moi de créer et de travailler sur des projets d’avenir, d’impliquer la communauté dans son ensemble,  qui continueront à aider les autres à grandir dans l’espace de la mode et de l’art», a déclaré Kerby Jean-Raymond dans un communiqué, jeudi dernier.

Angela Davis est habillée en Pyer Moss sur la couverture de September 2020

Depuis le lancement de Pyer Moss il y a sept ans, Kerby Jean-Raymond n’a pas suivi le calendrier traditionnel de la mode, présentant souvent une collection par an. Kerby Jean-Raymond qui place le mouvement Black Lives Matter au premier plan dans ses collections, a réalisé un court métrage dans lequel il a interviewé des proches de victimes de brutalités policières.

«Lorsque j’ai rencontré Kerby en 2019, j’ai été impressionné par sa vision unique de la créativité, de l’innovation, des affaires et des enjeux sociaux», a déclaré François-Henri Pinault, PDG de Kering, dans un communiqué. «Ce qui m’a tout de suite frappé, c’est sa volonté d’inventer un nouveau modèle singulier, en s’affranchissant des contraintes habituelles du système de la mode. Il était naturel pour Kering de soutenir ce projet qui vise à responsabiliser les nouveaux talents artistiques, à encourager la diversité,  la créativité et à donner une voix à la jeune génération d’innovateurs.

«Je pense toujours à ce que mes créateurs préférés créent chez eux », a écrit Kerby Jean-Raymond sur Instagram à propos de la plateforme «Your Friends in New York» (YFINY).

Collection Pyer Moss – Michelle Obama (ci-dessous)

Le communiqué du designer décrit également d’autres projets qui seront bientôt lancés, notamment des événements destinés aux particuliers et étudiants, comme l’incubateur de talents émergents dans la mode, l’art et la musique.

Kerby Jean-Raymond et ses collaborateurs

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Instagram

Nike lance la collection Maternity (M), une garde-robe capsule pour femmes enceintes

La marque de sport, Nike fait également sa rentrée et lance Maternity (M), une ligne capsule de vêtements de sport spécialement conçue pour les femmes enceintes.

Cette nouvelle collection, s’inscrit dans la lutte des femmes sportives qui se sont longtemps senties discriminées au moment où elles devenaient mères.  L’histoire commence à   Roland-Garros en mai 2018 quand la tennis woman Serena Williams est déclassée après seulement quatre mois de congé maternité. Alors que la joueuse était numéro 1 mondiale quelques mois plus tôt, elle chute subitement à la 451e place mondiale. Indignée, vexée et  rageuse, Serena décide de faire bouger les lignes.

Son acharnement à dénoncer cette injustice faite aux femmes enceinte, incitera finalement la Women’s Tennis Association (WTA) a s’interesser aux athlètes féminines pendant et après leur grossesse.  La WTA décide alors d’allonger son système de « classement protégé »,  pour permettre aux joueuses de haut niveau de rester classées le temps de leur congé maternité. Si  l’organisation a réagi de façon positive, il  est évident pour la maman de la petite Olympia Ohanian, que les femmes ont encore à se battre dans le monde du sport, particulièrement, celles qui  veulent devenir maman.

Pour sa part, la célèbre marque Nike a décidé de lutter avec ces femmes sportives. Elle a conçu sa première collection maternité, baptisée Nike (M).  L’objectif est  de fabriquer des vêtements qui évoluent et s’adaptent au corps des femmes, des silhouettes qui se transforment  et s’épanouissent durant les neuf mois de grossesse. 

La première collection de quatre pièces comprend un pull, une brassière, un débardeur et un legging. « La brassière de sport Nike (M)  permet  aux femmes qui viennent d’accoucher d’allaiter facilement. La collection Nike Maternity sera disponible le jeudi 17 septembre prochain sur Nike.com

Dorothée Audibert-Champenois/facebook twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Nike (M)

Cardi B est la nouvelle égérie de Balenciaga, nouveau visage de la collection Automne-Hiver

La rappeuse new-yorkaise Cardi B devient la nouvelle égérie de l’entreprise française de mode et de luxe Balenciaga. C’est la nouvelle qui agite depuis quelques heures les fashionistas sur le Net. Cardi B, 27 ans, icône des réseaux sociaux est suivie par plus de 74 millions de followers sur Instagram et c’est la première fois que la star prête son image officiellement à une marque de Luxe.

 

Après son titre « WAP »   (qui signifie vagin humide en français) et le clip polémique  qui l’illustre, la chanteuse a froissé pas mal de conservateurs américains. La new-yorkaise d’origine dominicaine a promis d’en dévoiler plus, dans ses prochaines stories, en livrant bientôt des images du tournage de » WAP ». Celle qui soutient ouvertement Joe Biden, le candidat démocrate à la prochaine élection présidentielle n’a pas fini de faire polémiquer et provoquer, et beaucoup d’internautes adorent ses frasques. Donc à suivre.

En attendant, la marque Balenciaga est heureuse de surfer sur l’image très médiatique de la rappeuse.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Balenciaga/Breakingnews

Rihanna et sa marque « Fenty » lancent une ligne de chaussures à talons vertigineux

Fenty révèle sa première chaussure « Drop » conçue par Amina Muaddi, le fruit de cette première collaboration entre les deux femmes est cette ligne de talons hautes pour l’été 2020. Cette collection est née d’une histoire d’amitié entre les deux femmes. En 2018, Amina Muaddi chausse Rihanna pour un évènement promotionnel et la chanteuse barbadienne devient aussitôt fan de sa collection.

Aujourd’hui elles sont partenaires et présentent des chaussures pour l’été  : «Puissantes, un peu sexy mais avec un clin d’œil intelligent, pas trop sérieux»  explique le service de communication de la star. Pour Fenty, les talons sont en métal de 10 cm, suffisamment haut pour affiner le port des femmes sans sacrifier leur confort. «C’était très excitant de découvrir cette identité Fenty. Je voulais partir de zéro », déclare la designer. «Je voulais que les chaussures mettent en valeur l’esthétique de Fenty et aient la vision et le style féminin de Rihanna, mais à travers ma propre vision.»

Les quatre styles qui en résultent sont une mule, une sandale à lacets avec du cristal, une sandale avec des sangles en PVC et une pompe à cage qui se noue tout le long de la jambe.

Les sandales sont disponibles à la vente sur le site e-commerce de Fenty depuis le 15 juillet.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Fenty/Vogue

Tina Kunakey, star de « danjé » de Kalash, torride pour la collection de lingerie Cuup

En 2016, elle fait une apparition sur le clip Danjé du chanteur de reggae dancehall Kalash mais le mannequin en contrat avec une agence de Top à Barcelone, Mad Models Management ne tarde pas à lancer sa marque de lingerie « Cuup ». Toujours sous les feux de la rampe avec son célèbre époux Vincent Cassel, la métisse Italienne et togolaise fait exploser les compteurs des réseaux sociaux à chaque publication.

Aujourd’hui, trois clichés chauffent la toile. Tina Kunakey a dévoilé vendredi 11 juillet, de nouvelles photos de sa collaboration avec la marque de lingerie « Cuup ». Sexy, la jeune maman de 23 ans, topless en culotte, prenait la pose dans un ensemble de lingerie de couleur noire à côté d’un chien.

 

Les trois images publiées sur Instagram ont totalisé plus de 280 000 likes.

Tina Kunakey et son frère Zakari (19 ans)

Tina Kunakey a donné naissance à une petite fille Amazonie, née le 19 avril 2019. Depuis, la jeune femme a retrouvé sa silhouette d’avant la naissance de son premier enfant.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Instagram/JMHaedrichispa/TéléLoisirs

Zelda Valdes a habillé Hollywood, les bunnies de Play Boy, des danseuses, Ella Fitzgerald était sa cliente favorite

Zelda Wynn Valdes fut la première créatrice afro-américaine à ouvrir sa boutique à Broadway à New York en 1948. Ces vêtements étaient le clou des défilés de mode organisés pour différents clubs sociaux noirs ou en soutien à des collectes de fonds. Zelda Valdes a commencé sa carrière dans les années de ségrégation Jim Crow, lorsque les couturières noires étaient des travailleuses ayant des revenus très bas. Les lois Jim Crow autorisaient la discrimination raciale et la ségrégation raciale. Ces lois admettaient l’égalité des citoyens tout en imposant une séparation dans les lieux publics dans les trains, les bus, les écoles, les toilettes, et dans certains endroits privés comme les magasins ou les restaurants. 

Zelda Valdes était admirée pour son talent de designer et surtout connue pour son habileté à mettre en valeur le corps féminin. Ses créations glamour ont été portées et sublimées par les plus grandes starlettes hollywoodiennes dans les années 1940 et 1950. Joyce Bryant, Dorothy Dandridge, Josephine Baker, Eartha Kitt, Ella Fitzgerald ou Mae West ont porté ses créations.  Zelda Valdes  ne travaillait qu’avec les meilleurs tissus, transformant l’organza de soie, la crêpe, le satin martelé et le jersey italien en robes de soirée moulantes cousues de perles et de paillettes, montées finement à la main.

Dorothy Dandridge

Mais Zelda Wynn Valdes est surtout connue pour avoir conçu les costumes originaux des Playboy Bunnies quand Hugh Hefner qui cherchait une tenue pour les serveuses  de sa chaîne de discothèque et de son centre de villégiature le Playboy Club, lui a confié son projet.  La sensualité qu’elle offrait aux femmes a attiré l’attention de Hugh Hefner de Playboy et c’est ainsi qu’il a chargé Zelda Valdes de concevoir les tous premiers costumes de Playboy Bunny.

Zelda Valdes est née le 28 juin 1905 dans une famille ouvrière à Chambersburg en Pennsylvanie. Au début des années 1920, elle commence à développer ses compétences de couturière en étudiant avec sa grand-mère et travaille dans la boutique de couture de son oncle. Son goût pour la couture et la création de patrons s’est développé parallèlement à sa formation de pianiste classique au Conservatoire catholique de musique. À l’âge de 13 ans, la jeune Zelda était une musicienne qualifiée qui épatait les membres de sa famille avec les robes qu’elle avait faites pour eux.

Dès 1935, Zelda Valdes ouvre sa propre entreprise de couture à White Plains à New York et constitue sa clientèle, une clientèle de femmes noires. Et, en 1948, la designer inaugure  sa boutique «Zelda Wynn», sur Broadway et West 158th Street.

L’ancienne pianiste a créé des robes pour les mondaines et les épouses des hommes noirs célèbres comme Edna Mae Robinson, des tenues de mariée pour le couple de crooner Nat King Cole et Maria Ellington. Un paradis pour les femmes noires qui subissaient le racisme pendant leur shopping dans les boutiques de mode, du fait des Lois Jim Crow.

Ella Fitzgerald 

En 1970, Zelda a été approchée par Arthur Mitchell pour  être l’habilleuse de la compagnie naissante le Dance Theatre of Harlem.  Elle commence à concevoir des costumes et à faire des tournées avec la compagnie de danse, poste qu’elle occupera pendant plus de deux décennies. Zelda Valdes y a passé 18 ans avant de prendre  sa retraite à l’âge de 83 ans.

Mae West en Zelda Valdes

Des stars d’hollywood, de Playboy Bunnies aux ballerines, l’héritage de Zelda est immense. « J’ai eu un talent offert par Dieu pour que je rende les gens beaux », a déclaré Zelda Valdes lors d’une interview en 1994 avec le New York Times. Zelda Valdes a également contribué à la création de l’Association nationale des créateurs de mode et d’accessoires en 1949 pour aider d’autres créatrices noires à créer des réseaux, à lutter contre la discrimination sur leur lieu de travail et à promouvoir la diversité raciale dans l’industrie de la mode.

Zelda Wynn Valdes est décédée à l’âge de 96 ans en 2001.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesPinterest.co.UK/Just Add color

La Fashion Week Haute Couture de Paris sera numérique du 6 au 8 juillet

Pour la toute première fois, la Fashion Week Haute Couture de Paris passera au numérique en juillet prochain. Du 6 au 8 juillet, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode accueillera des vidéos de maisons de couture accréditées sur une plateforme dédiée. Les vidéos seront déployées selon un calendrier comme pour une Fashion week réelle.

Place Vendôme à Paris, haut lieu de la mode et du chic parisien (1er arrondissement)

La Haute couture est une certification mandatée par le gouvernement pour les maisons françaises. Supervisée par la Chambre Syndicale de la Haute Couture, cette certification compte 16 marques françaises autorisées à participer à la semaine de la Haute couture, dont Chanel, Christian Dior, Jean Paul Gaultier, Maison Margiela, Schiaparelli et Givenchy. Une désignation distincte est attribuée à sept labels internationaux qui sont : Armani Privé, Azzedine Alaïa, Elie Saab, Fendi Couture, Valentino, Versace et Viktor & Rolf. Et dix-huit membres invités : Iris van Herpen, Guo Pei, Ronald van der Kemp et Julie de Libran.

Tiffany’s Fashion week au Ritz (Image C’news Actus Dothy)

Des 41 marques qui peuvent donc participer au défilé numérique, Giorgio Armani a annoncé que sa collection Armani Privé sera présentée en janvier 2021. Le créateur français Jean Paul Gaultier suspend sa collection de créateurs invités via son entreprise de couture Chitose Abe de Sacai. Comme la maison  Givenchy, Balenciaga reporte la présentation de sa nouvelle collection Demna Gvasalia.

Cette première digitale de la Fashion Week Haute couture Paris précédera la Paris Menswear Week (du 9 au 13 juillet) et la Milano Fashion Week Digital (du 14 au 17 juillet).

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Source Vogue
Images C’news Actus Dothy (Ritz 2019)

Ann Lowe a créé et réalisé la somptueuse robe de mariée de Jackie Kennedy et signé des tenues uniques pour des grandes familles américaines

Ann Cole Lowe a consacré sa vie, sa carrière à la mode. Elle a habillé les femmes les plus aisées de la haute société américaine au milieu du XXème siècle. À l’époque, son nom était évoqué en toute discrétion alors qu’elle comptait parmi ses clientes les célèbres familles des Rockefeller et des Vanderbilts. Sa réputation dépassera les frontières de l’Amérique quand elle sera choisie pour confectionner la robe nuptiale de Jackie Kennedy. Ann Lowe femme noire américaine, assumera une vie faite de hauts et de bas qui lui fera dire (au crépuscule d’une longue carrière) que même au sommet de sa gloire, elle aura été exploitée.

La créatrice de mode Ann Cole Lowe était une des designers préférées des aristocrates de la haute société américaine, des années 1920 aux années 1960. En 1953, Janet Auchincloss, l’ex-femme du richissime agent de change, John Vernou Bouvier III (d’origine française), choisit Ann Lowe, une couturière afro-américaine pour dessiner et réaliser la robe de sa fille Jacqueline Bouvier. En juin 1942, Janet Auchincloss l’avait chargée de concevoir sa robe de mariée quand elle épousa en seconde noce, Hugh D. Auchincloss.

Et le samedi 12 septembre 1953, la réalisation la plus célèbre fut cette robe de mariée en taffetas de soie ivoire de Jacqueline Kennedy. La volumineuse robe à épaules dénudées a été fabriquée avec pas moins de cinquante mètres de «taffetas de soie ivoire avec des bandes entrelacées de plis formant le corsage et des plis similaires dans de grands motifs circulaires autour de la jupe ample.».

Ann Cole Lowe a conçu la robe nuptiale de Jacqueline Bouvier (future Première Dame des USA) et les tenues de ses demoiselles d’honneur. L’histoire raconte pourtant des préparatifs qui auraient pu finir en catastrophe pour la jeune créatrice.

10 jours, à peine, avant la cérémonie de mariage, une conduite d’eau s’est rompue dans le studio de Ann Lowe à New York et a ravagé la robe de l’ancienne First Lady ainsi que les 10 robes des demoiselles d’honneur de couleur rose. Ann Lowe a travaillé sans relâche pour recréer les 11 modèles pour les noces célébrées à l’église Sainte-Marie de Newport, dans l’État de Rhode Island, ce 12 septembre 1953. A l’époque, le fiancé John Fitzgerald Kennedy était un tout jeune sénateur du Massachussets. Il deviendra le 35ème président des Etat-Unis, sept ans plus tard, le 8 novembre 1960.

Après ce somptueux mariage, Ann Cole Lowe gardera un goût amer de cette période. Jackie Kennedy aurait mentionné (sobrement) que sa robe de mariée fut confectionnée par «une couturière de couleur». Son nom sera révélé au public lorsque la rédactrice de mode Nine Hyde écrira dans le Washington Post : «La robe a été conçue par une nègresse, Ann Lowe.»

Ann Lowe est née en 1898 à Clayton, en Alabama. Son intérêt pour la mode, la couture et le design est venu de sa mère, Janey Lowe, et de sa grand-mère, Georgia Cole, qui travaillaient toutes les deux comme couturières pour les premières familles de Montgomery et d’autres membres de la haute société. Ann Lowe a grandi en ramassant les chutes du travail de sa grand-mère et de sa mère, en les cousant sous forme de répliques, des fleurs qu’elle voyait dans les jardins. Ces inspirations florales deviendront plus tard une signature de ses créations.

La mère de Ann Lowe décède, elle est encore adolescente. À ce moment, Janey Lowe, sa mère travaillait sur quatre robes de bal pour la Première Dame d’Alabama, Elizabeth Kirkman O’Neal, femme du gouverneur démocrate d’Alabama, Emmet O’Neal. En utilisant les compétences qu’elle a apprises de sa mère et de sa grand-mère, Ann Lowe terminera les robes et dans le même temps, elle «reprendra en main les affaires de Janey Lowe». En 1912, la jeune fille épouse Lee Cohen avec qui elle a un fils, Arthur Lee. Son conjoint lui demande désormais de cesser de travailler comme couturière et la somme de rester à la maison avec sa famille. Ann Lowe se fabrique de beaux vêtements puis avec son jeune enfant, elle quitte le foyer familial.

En 1917, Ann Lowe et son fils Arthur sont à New York où elle s’est inscrite à S.T. École de design Taylor. Après avoir obtenu son diplôme en 1919, la créatrice déménage à Tampa, en Floride. L’année suivante, elle ouvre son premier Salon de robe «Annie Cohen». Le Salon qui avait comme clientèle, les membres de la haute société, gagna en réputation. Les rentrées financières restent difficiles pourtant. Et, pendant un certain temps, Ann Lowe travaille à la commission pour des magasins tels que Henri Bendel, Chez Sonia, Neiman Marcus ou Saks Fifth Avenue. C’est elle qui crée et conçoit, en 1947, la robe qu’Olivia de Havilland (Autant en emporte le vent) arborait quand elle reçoit l’Oscar de la meilleure actrice pour To Each His Own. La robe sera signée du nom de Sonia Rosenberg.

Olivia de Havilland – Cérémonie des Oscars 1947

Ann Lowe et son fils ouvre un deuxième Salon, Ann Lowe’s Gowns, à New York sur Lexington Avenue en 1950. Ses créations uniques fabriquées à partir des meilleurs tissus ont régulièrement fait le succès de ses Salons et ont attiré de nombreux riches clients de la haute société. Plus tard, le Saturday Evening Post l’a surnommera «Ann Lowe, le secret le mieux gardé de la société. “society’s best kept secret”». Sont fils unique, son seul partenaire commercial, meurt en 1958.

Ann Low dans son Salon new-yorkais

Tout au long de sa carrière, la créatrice a dessiné des robes pour une clientèle aisée qui la dissuadait (souvent) de facturer ses créations en dessous de sa valeur. Après avoir payé son personnel, Ann Lowe expliquait qu’il lui était impossible de faire des bénéfices sur ses créations. Ann Lowe a admis plus tard qu’au plus haut fait de sa carrière, elle était pratiquement fauchée. En 1962, La designer perd son Salon à New York, un contrôle fiscale révèle qu’elle n’a pas réglé ses impôts. Cette même année, son œil droit est enlevé, Ann Lowe a un glaucome. En 1968, elle ouvre un nouveau magasin, Ann Lowe Originals, sur Madison Avenue.

Dans les années 1930, Ann Lowe vivait dans un appartement sur Manhattan Avenue à Harlem où elle hébergeait sa sœur aînée Sallie. Toutes deux étaient membres de l’église méthodiste unie St. Marks. Au cours des cinq dernières années de sa vie, la créatrice de mode s’installera avec sa fille Ruth dans le Queens. Elle décédera au domicile de cette dernière le 25 février 1981 après une longue maladie.

Ann Lowe dans son Salon à New York 

On retiendra aussi qu’Ann Lowe aura habillé des grandes familles comme les Auchinclosses, les Rockefeller, les Lodges, les Du Ponts, les Postes ou Biddles.

Les modèles uniques de Ann Lowe sont toujours exposés dans les musées tels le Metropolitan Museum of Art, le Black Fashion Museum et le Smithsonian National Museum of African American History and Culture.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesBettyMan/Pinterest/LeDevoir/Wikipedia/Vogue- Source: thefashionhistorian/Black Fashion Museum

Naomi Campbell au 1er défilé à Paris du créateur austro-nigérian Kenneth Ize, finaliste du prix LVMH

La mode africaine prend son élan sur la scène internationale et Paris est l’endroit où les créteurs africains s’expriment le mieux. Le 24 février dernier, Kenneth Ize a fait ses débuts à la Fashion Week de Paris avec sa ligne de vêtements pour femmes qu’il a développée et a lancé avec sa complice Naomi Campbell et Liya Kebede, mannequin et actrice éthiopienne, à l’Arise Fashion Week de Lagos.

 

Une consécration pour le designer Kenneth Ize. Le mannequin britannique d’origine jamaïcaine, Naomi Campbell, vêtue d’un trench-ceinture à rayures colorées, a clôturé le défilé du créateur nigérian dès l’ouverture des défilés français. Le finaliste du prix LVMH pour les jeunes designers de l’année dernière laisse exploser sa joie sur le catwalk : «Elle a rendu cela possible. Elle a fait partie du voyage dès le premier jour».

Les créations colorées de Kenneth Ize, dans un mélange de tricots à motifs, de dentelle autrichienne et de tissu aso oke rayé avec des ourlets à franges, des tuniques à carreaux associées à des vêtements courts à rayures, des sweats à capuche et des tricots spongieux de style rétro ont séduit Naomi Campbell, la super star des podiums de la mode.

Kenneth Ize a grandi entre le Nigéria et l’Autriche ce qui explique son univers multi-culturel. «J’ai immédiatement remarqué le travail de Kenneth. Il est presque impossible de ne pas s’arrêter devant toutes ces couleurs, ces tissus délicats» a déclaré Jean-Paul Claverie, membre du jury du Prix LVMH et conseiller du PDG de LVMH Bernard Arnault.

Kenneth Ize s’est vraiment fait connaître ce jour de janvier 2019, quand il eu eu l’idée d’exposer sa collection de vêtements pour hommes dans l’appartement d’un ami. «J’ai paniqué parce que je ne savais pas trop comment attirer les gens de l’industrie de la mode, alors j’ai posté une photo de la salle d’exposition sur Instagram et certains journalistes et clients ont commencé à m’envoyer des messages». Un risque relevé.

Ici à Paris, le nom du créateur Kenneth Ize a marqué les esprits. La presse française a reconnu le talent du nigérian et de nombreux médias ont présenté sa collection présenté en exclusivité par le Top d’origine jamaïcaine, Naomi Campbell.

Malgré ce succès à la Paris Fashion Week, le jeune garde intact son ambition de s’ouvrir à l’internation. Et même si son chiffre d’Affaires à triplé cette saison, Kenneth Ize annonce être toujours à la recherche d’investisseurs pour étendre sa marque. « Pour le printemps / été 2020, j’ai presque encore doublé mes ventes. » a reconnu Kenneth Ize, le finaliste du prix LVMH, .

Dorothée Audibert-Champenois Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Facebook