Meghan Markle annonce avoir fait une fausse couche un «chagrin insupportable» pour le couple Sussex

«C’était un matin de juillet qui commençait aussi normalement que n’importe quel autre jour : Préparer le petit déjeuner. Nourrir les chiens. Prendre des vitamines. Trouvez cette chaussette manquante. Récupérer le crayon qui a roulé sous la table. J’attache mes cheveux en queue de cheval avant de sortir mon fils de son berceau ». Meghan Markle est en train de décrire le moment où elle «est tombée au sol » alors que sa fausse couche commençait.

Ce mercredi 25 novembre 2020, dans une tribune écrite pour le New York Times, intitulé «Les pertes que nous partageons» la duchesse de Sussex révèle avoir fait une fausse couche : «Je savais, en serrant mon premier-né, que je perdais mon deuxième».

Dans cet éditorial émouvant, la duchesse de 39 ans décrit l’instant où elle a «ressenti une crampe aiguë» après avoir changé la couche de son fils Archie Mountbatten Windsor.

«Après avoir changé sa couche, j’ai ressenti une forte crampe. Je me suis laissée tomber sur le sol avec lui dans mes bras, fredonnant une berceuse pour nous garder tous les deux calmes, la mélodie joyeuse contrastant fortement avec mon sentiment que quelque chose n’allait pas. Quelques heures plus tard, je me suis allongée sur un lit d’hôpital, tenant la main de mon mari. Je sentis la moiteur de sa paume et ses jointures mouillées par nos deux larmes. En regardant les murs blancs et froids, mes yeux se sont vitrés. J’ai essayé d’imaginer comment nous guéririons.»

«Assis dans un lit d’hôpital, regardant le chagrin de mon mari alors qu’il essayait de retenir mes morceaux brisés, j’ai réalisé que la seule façon de commencer à guérir est de demander d’abord :« Ça va? »

Dans l’article «Les pertes que nous partageons », elle poursuit en parlant de l’importance de demander aux gens s’ils vont bien.

«Je me suis souvenue de l’année dernière où Harry et moi terminions une longue tournée en Afrique du Sud. J’étais épuisée. J’allaitais notre bébé et j’essayais de garder un visage courageux aux yeux du public.»

«Ça va?» m’a demandé un journaliste. Je lui ai répondu honnêtement, ne sachant pas que ce que j’ai dit résonnerait avec tant de nouvelles mamans et plus âgées, et quiconque avait, à sa manière, souffert en silence. Ma réponse spontanée semblait donner aux gens la permission de dire leur vérité. Mais ce n’est pas la réponse honnête qui m’a le plus aidé, c’est la question elle-même.»

«Merci d’avoir posé la question», dis-je. «Peu de gens ont demandé si je vais bien.»

Durant cette période particulière «Nous nous adaptons à une nouvelle normalité où les visages sont dissimulés par des masques, mais cela nous oblige à nous regarder dans les yeux, parfois remplis de chaleur, d’autres fois de larmes. Pour la première fois, depuis longtemps, en tant qu’êtres humains, nous nous voyons vraiment.»

Depuis la publication de l’article, une source proche de la duchesse de Sussex a confirmé que Meghan était actuellement en «bonne santé».

La source a déclaré que le couple avait pris le temps de comprendre ce qui s’était passé et avait pris la décision d’en parler publiquement après avoir réalisé à quel point les fausses couches étaient courantes.

Meghan Markle a avoué dans sa tribune qu’elle voulait encourager les gens à demander «ça va?» particulièrement durant cette saison des fêtes.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef de C’newsActusDothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy

 

Meghan Markle défie la couronne anglaise, l’activiste royale vote aux USA, une première chez les Windsor

Meghan Markle n’a eu de cesse de souligner son antipathie à l’égard du Président sortant Donald Trump. Pour cette nouvelle élection américaine, la duchesse de Sussex a voté dans sa région de naissance, la Californie. Une première dans l’histoire de la royauté britannique, car c’est la première fois qu’un membre royal se rend dans un bureau électoral pour glisser, son bulletin dans l’urne. Meghan Markle en froid avec la presse people au Royaume Uni, retrouve ses activités d’activiste qui lui manquaient tant, alors qu’elle est toujours membre de la plus emblématique famille royale d’Angleterre. La belle-fille de feu Lady-Di brave la couronne britannique, qui par principe, affiche une grande neutralité politique.

Los Angeles, mardi 3 novembre 2020, ouverture des bureaux de vote

Après s’être activement mêlée à la campagne électorale américaine qui a provoquée un vote massif des électeurs démocrates ce mardi 3 novembre dernier, les tabloïds américains ont révélé la participation (attendue) de la duchesse de Sussex à ce rendez-vous politique et citoyen dont les résultats officiels ne sont toujours pas connus.

Samedi 19 mai 2018, à la chapelle St-Georges au château de Windsor

Depuis son départ d’Angleterre en janvier dernier, Meghan Markle, après une courte escale au Canada a très rapidement posé ses valises royales à Los Angeles, où elle a grandi. Avec sa petite famille dont Archie Mountbatten Windsor, son fils d’un an, les Sussex se sont installés dans une villa cossue à plusieurs millions de dollars à Santa Barbara, à environ 150 kilomètres au nord de Los Angeles. C’est donc chez elle, dans un bureau de la Cité des Anges que Meghan Markle a voté.

Retour une campagne électorale virtuelle (due au nouveau coronavirus) et très militante. Sur les réseaux sociaux Meghan Markle s’est montrée très déterminée à convaincre ses compatriotes,  la californienne a été très présente sur l’importance de voter pour cette élection. Celle qui est à l’origine du Megxit en début d’année, a également participé à la Journée nationale d’inscription des électeurs avec le prince Harry pour encourager les gens à voter. Le site BlackEnterprise.com notait qu’avant l’élection présidentielle, l’ancienne actrice travaillait avec la militante féministe Gloria Steinem pour encourager les Américains à s’inscrire et à voter.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – @Do Thy – Image @Do Thy et ©️Marcellus Cox

Elle menaçait une blogueuse Noire, Meghan Markle l’écarte, l’ex-meilleure amie Jessica Mulroney prête à se «venger»

Une époque bénie pour Jessica Mulroney et sa meilleure amie Meghan Markle, le temps où les deux copines étaient si soudées, que les fans de la duchesse de Sussex en palissaient d’envie. La styliste canadienne invitée VIP au mariage du prince Harry et de Meghan Markle, était de toutes les sorties officielles. Mais début juin 2020, cette belle relation amicale a tourné au vinaigre. Meghan Markle s’est détournée des attentions de son ex-meilleure amie après un impair commis en plein mouvement Black Lives Matter. La spécialiste du marketing nuptial fait des pieds et des mains pour recoller les morceaux, sans succès, mais déterminer, elle ne compte pas s’arrêter aux refus de la duchesse de Sussex. Jessica Mulroney est prête à se venger, elle n’a plus rien à perdre.

Après les événements liés à la mort de George Floyd, un Afro-Américain mort asphyxié sous le genou d’un policier de Minneapolis le 25 mai dernier, le mouvement Black Lives Matter s’est retrouvé au premier plan dans la lutte contre le racisme et les violences policières aux USA. Dans ce contexte, il a été reproché à Jessica Mulroney d’avoir utilisé son influence et menacé une blogueuse noire au sujet du privilège blanc.

Le 7 juin 2020, soit deux semaines après la mort brutale de George Floyd, Sasha Exeter appelle ses amies à prendre part au mouvement Black Lives Matter en utilisant les réseaux sociaux. C’est cette demande qui aurait offensée Jessica Mulroney qui envoie, après des échanges épiques, une menace écrite à l’influenceuse.  La designer Jessica Mulroney poursuit ses intimidations, fait part de son différend à plusieurs marques, ce qui inquiète et surprend Sasha Exeter.

Le jeudi 11 juin Jessica Mulroney admet finalement qu’elle avait eu tort de se heurter à la blogueuse lifestyle Sasha Exeter. La blogueuse a souligné que Jessica Mulroney avait abordé divers problèmes sur sa plate-forme, sans jamais parlé du mouvement «Black Lives Matter». Et Sasha Exeter a trouvé cela ironique étant donné que sa meilleure amie, Meghan Markle est «sans doute l’une des femmes noires les plus célèbres du monde».

Jessica Mulroney aurait répliqué en disant : «J’ai également parlé aux entreprises et aux gens de la façon dont vous m’avez traité injustement. Vous pensez que votre voix compte. Eh bien, cela n’a d’importance que si vous l’exprimez avec gentillesse et sans faire honte aux gens qui essaient simplement d’apprendre. Bonne chance.»

Sasha Exeter a pris le message de Jessica Mulroney comme une menace directe pour sa carrière et a déclaré que la publication l’avait laissée «paralysée par la peur». Dans le même temps, CTV Television Network, le réseau de télévision canadien annonçait que l’émission de télé-réalité sur le mariage «I Do, Redo» de Jessica Mulroney était supprimée sur toutes ses chaînes.

La styliste canadienne a depuis fait son mea culpa et déclaré : «Je respecte la décision de CTV et j’ai décidé de m’éloigner de mes engagements professionnels en ce moment. Je vais prendre ce temps pour réfléchir, apprendre et me concentrer sur ma famille.

«Je tiens également à préciser que je n’ai aucune intention de poursuivre une action en justice. J’avais tort, et pour cela, je suis vraiment désolée. Je reste plus engagée que jamais à soutenir les efforts de lutte contre le racisme et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour corriger ce problème.»

Meghan Markle qui a ouvertement pris position en faveur du mouvement Black Lives Matter a coupé court à toute réconciliation d’avec Jessica Mulroney. Selon le quotidien The Daily Mail, Jessica Mulroney a encore téléphoné Meghan Markle, mais en vain. Meghan Markle s’est murée dans un long silence, comme elle l’a fait avec toutes ses autres amis et connaissances de Los Angeles. Sans émissions, sans sa chronique mode dans Good Morning America, ayant perdu une grande part de ses fructueux revenus, Jessica Mulroney menace d’écrire un livre révélations sur son ancienne bonne copine, la duchesse de Sussex. Ça promet !

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Instagram/Pinterest/20ceansVibes/Portail news/Guestoftheguest

Facebook: Meghan, Harry et des associations anti-raciales obtiennent le retrait des pubs sur les réseaux sociaux durant 30 jours

Dans le monde, la moitié des bénéfices de Facebook, (70 milliards de dollars en 2019) sont principalement réalisés grâce à la publicité. Cette campagne #StopHateForProfit, diligentée par une coalition de groupes de justice civile et raciale comme le NAACP, Color of Change et Anti -Defamation League, vise à touche le portefeuille de tous les réseaux sociaux, notamment celui de Facebook. La Ligue des associations anti-raciales appelle à des changements structurels dans le monde du numérique et  Meghan et Harry saluent et soutiennent cett initiative.

Pendant au moins 30 jours à compter du 1er juillet Coca-Cola, Verizon ou encore Honda vont cesser toutes les publicités numériques sur les plateformes de médias sociaux dans le monde. Cette décision fait partie d’un boycott de Facebook et Instagram organisé par la Ligue anti-diffamation, la NAACP et d’autres organisations appelée la campagne « Stop Hate For Profit »


« J’ai apprécié les conversations que j’ai eues avec le duc et la duchesse, et j’étais très satisfaite qu’ils proposent d’utiliser leur plate-forme pour s’adresser à des sociétés importantes. En participant à la campagne #StopHateForProfit, ils veulent, comme nous, dénoncer la haine en ligne. » a déclaré Rashad Robinson, le dirigeant du NAACP.

«Nous sommes reconnaissants au duc et à la duchesse de Sussex d’avoir reconnu l’importance de la solidarité en ce moment. Votre engagement envers la vérité, la justice et l’égalité est apprécié. » a souligné le chef de l’organisation de défense des droits afro-américains, s’adressant au couple Sussex.

« Alors que nous développons Archewell, l’un des domaines que le duc et la duchesse de Sussex ont souhaité aborder, est le discours de haine en ligne, et nous avons travaillé avec les défenseurs des droits civiques. et des groupes de justice raciale à ce sujet. » a confié à la presse, une source proche du couple royal.

Selon le magazine féminin américain, Harper’s Bazaar, les deux membres de la famille royale soutiennent la campagne « Stop Hate For Profit» qui appelle les entreprises à boycotter les publicités sur Facebook, durant tout le mois de juillet

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesCoingape

Meghan Markle libérée du protocole royal, soutient le Black Lives Matter et s’engage contre le racisme systémique

« La vie de George Floyd comptait », résume la duchesse dans un message enregistré le 3 juin dernier.

Libérée du protocole qui la contraignait, Meghan Markle se sent utile désormais dans des causes qui lui sont chères. L’ancienne actrice estime que son arrivée à Los Angeles tombe à pic. Sa nouvelle installation non loin de sa mère lui permettra non seulement de reprendre sa vie d’avant mais surtout de s’engager dans des combats qui lui importent notamment contre le racisme systémique aux Etats-Unis. Comme le rapporte les médias d’Outre Atlantique, la duchesse de Sussex « voit désormais son travail en tant que leader comme une nouvelle priorité. »

Meghan Markle a pris la parole le 3 juin dernier pour commenter la fin tragique de George Floyd, mort sous le pied d’un policier à Minneapolis. L’occasion de faire une première sortie très engagée et très remarquée et de montrer son soutien au mouvement Black Lives Matter, confie une de ses proches au Daily Mail.

La maman d’Archie Mountbatten Windsor se remet de son départ d’Angleterre, une sortie inédite qui a provoquée le Megxit au début de l’année et permis au couple de prendre seul son envol, loin du stress, de leurs obligations royales, de la presse à scandale d’abord au Canada puis en Californie. Les tabloïds de la Côte-ouest ont suivi les actions bénévoles de la duchesse, qui durant la crise Covid-19, distribuait des repas aux démunis de Los Angeles.

Si Meghan Markle et Harry sont toujours en froid avec la presse anglaise, le public américain voit d’un bon œil l’ investissement de l’Afro-Américaine dans la lutte contre les violences policières et contre le racisme. Dès ses fiançailles d’avec le prince Harry d’Angleterre, la jeune femme de 38 ans, n’a eu de cesse de révéler les attaques racistes dont elle a longtemps fait l’objet au Royaume-Uni.

Aujourd’hui précise Meghan Markle, il est temps que cela cesse. « La vie de George Floy comptait » déclarait la duchesse lors de sa prise de parole face à des jeunes étudiants qu’elle saluait pour leur remise de diplômes.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy et capture d’écran C’news Actus Dothy

G. Floyd : Meghan Markle à des étudiants : «Les vies noires comptent … L’erreur serait de ne rien dire»»

Avec la mort brutale de l’afro-américain, George Floyd, la duchesse de Sussex, Meghan Markle, estime que ce qui se passe aux Etats-Unis est «absolument dévastateur» et «l’erreur serait de ne rien dire».

La mère du petit Archie Windsor-Mountbatten intervenait lors d’une remise de diplômes aux étudiants de l’Immaculate Heart High School à Los Angeles. Au cours de la séance virtuelle, Meghan Markle est intervenue commentant dans un puissant discourt les circonstances dans laquelle George Floyd a perdu la vie.

Avant, elle s’est excusée de n’avoir pu réagir plus tôt, il lui fallait du temps a indiqué Meghan Markle. Dans son message qui n’a duré que 5 minutes, la duchesse a tout d’abord cité des noms de victimes policières : « La vie de George Floyd était importante et la vie de Breonna Taylor était importante et la vie de Philando Castile était importante, et la vie de Tamir Rice était importante », a-t-elle déclaré aux étudiants de Immaculate Heart High à Los Angeles.

Elle a ajouté que les étudiants devraient analyser cette expérience «comme une leçon d’histoire, pas comme votre réalité.» Meghan Meghan a souligné que les gens sont «restés solidaires» malgré les émeutes raciales. « Nous voyons des communautés se rassembler et se développer», a-t-elle poursuivi et «Vous allez faire partie de ce mouvement.»

Face aux jeunes diplômés, Meghan Meghan s’est dit désolée de ne pas avoir amené le monde « à un endroit » qu’ils méritent.

L’épouse du prince Harry a exhorté les étudiants fraîchement diplômés à utiliser leur voix et à devenir les leaders « dont nous rêvons tous si profondément ». « Je suis si fière de voir en chacun de vous un ancien élève et j’ai tellement hâte de voir ce que vous allez faire. Sachez que je vous encourage tout au long du chemin» a conclu Meghan Markle.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran Vidéo NbcNews/SachaCarter

Meghan Markle a choisi une jeune styliste jamaïcaine pour sa garde robe royale

Extraordinaire, sensationnel, remarquable, le travail d’un génie de la mode. Elle a failli remporter la mise pour réaliser la wedding robe de Meghan Markle devant Givenchy. Depuis trois ans le Royaume-Uni et la France saluent ses créations. C’est au tour de la duchesse de Sussex de confirmer sa réputation. Grace Wales Bonner  est sa styliste.

Grace Wales Boner (au milieu)

Avant de devenir duchesse, la californienne Meghan Markle était connue sur les réseaux sociaux pour sa défense de l’environnement et du commerce équitable, mais également pour ses choix vestimentaires qui faisaient systématiquement grimpé son audience sur le Web. Aujourd’hui qu’elle n’est plus l’actrice vedette de la série judiciaire Suits, Meghan Markle toujours soucieuse de son apparence, fait des choix plébiscités mondialement par la presse et par son public. Depuis le 19 mai 2018, date où l’afro-américaine est entrée dans la famille royale, ses tenues sont passées au crible par la presse et le public du monde entier.

Jusqu’à l’arrivée de son premier fils, un an plus tard, c’est un sans faute vestimentaire.

Meghan Markle, le prince Harry et leur fils Archie Harrison

Mercredi 8 mai 2019, à 13h40, dans le château de Windsor, Meghan Markle et le prince Harry présentaient officiellement Archie Harrison, septième dans la succession royale. On découvrait l’arrière-petit fils de la reine Elizabeth II, souriant dans son linceul blanc. Mais la star dans le hall Saint-George était Meghan Markle, fatiguée mais radieuse dans une robe trench blanche à ceinture de la créatrice britannique d’origine jamaïcaine Grace Wales Bonner.

Menswear – London Fashion Week

Meghan Markle a hérité de sa mère, professeur de yoga, la sérénité et le respect de la nature. C’est dans cet esprit que la jeune styliste réalise et invente. Son concept de vêtement, explique-t-elle dans le magazine Town&Country, allie la fluidité entre les sexes et l’art de la diaspora africaine. Grace Wales Bonner est l’une des plus célèbres stylistes du Royaume-Uni et la nouvelle duchesse l’a choisie. « J’adore lorsqu’un garçon enfile l’une des vestes brodées que portaient les femmes et ne voit pas la différence. Mon travail consiste à ouvrir à l’interprétation », a-t-elle déclaré à la Gentlewoman.

Menswear

Influencée à la fois par le Vogue britannique et la mode du luxe, la caribéenne Grace Wales Bonner a reçu des critiques élogieuses pour ses collections de vêtements pour hommes (Menswear), impeccablement finis. En 2016, elle a 25 ans quand elle remporte le prestigieux Prix LVMH pour les jeunes créateurs de mode, une récompense de 300 000 euros qu’elle investit dans son entreprise de mode.

Menswear – London Fashion Week

Fin avril 2019, Grace Wales Bonner reçoit le premier prix du BFC / Vogue Designer Fashion Fund.

Vogue British

La talentueuse styliste maîtrise également les arts visuels, comme l’indique l’intitulé de sa thèse au Central Saint Martins College of Art and Design. Ses recherches examinaient la « rythmicité noire » dans les travaux de Charlie Parker, Jean-Michel Basquiat et Kerry James Marshall.

L’automne dernier, sous le thème « Un temps pour de nouveaux rêves », la jeune styliste a inauguré une exposition aux Galeries serpentines dans les jardins de Kensington à Hyde Park qui « explorait les résonances magiques au sein de pratiques culturelles et esthétiques noires ».

Grace Wales Bonner, a vécu toute son enfance dans un quartier cossue de Dulwich, dans le Grand Londres. Durant ces années de lycéenne, l’étudiante a longtemps observé le comportement des usagers dans les bus. Les fameux bus rouges de Londres étaient sont moyens de transports favoris, durant deux heures elle roulait entre Brixton, Streatham et Tooting, les quartiers animés de la banlieue Sud de Londres. « Je voyais tout le monde monter et descendre du bus et je remarquais comment différents groupes s’habillaient, en mélangeant vêtements de sport et vêtements traditionnels. J’ai compris en les regardant, comment les gens utilisent leurs vêtements.»

Sa fascination pour la tenue vestimentaire en tant que forme de codage culturel a fait de Grace Wales Bonner, une des stars britanniques de la mode.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesGWB

Meghan Markle est « odieuse et trop capricieuse », ses collaborateurs démissionnent

Meghan Markle serait une duchesse trop exigeante, une « féministe » qui bouleverse trop les codes de la monarchie, et cela ne plait pas à tous. Ses collaborateurs proches sont à bout, épuisés et la quittent.

Les tensions se multiplient entre les pensionnaires de Buckingham et de Kensington. Depuis l’arrivée de Meghan Markle au sein de la famille royale britannique, les deux frères William et Harry si complices autrefois, sont distants, rapportent les médias people d’Outre-Manche. Leurs épouses respectives, Meghan et Kate ne se querellent pas vraiment, elles ne sont tout simplement pas très proches, commente un magazine britannique.

Des révélations divulguées quotidiennement dans la presse, révèlent le caractère odieux et capricieux de la duchesse de Sussex qui attend son premier enfant. Après la soudaine démission de sa proche collaboratrice, la française Melissa Touabti, aujourd’hui, la future maman est face à un nouveau coup dur. Une nouvelle collaboratrice est en passe de quitter ses fonctions auprès de la duchesse. C’était, souligne la presse, une ex-collaboratrice chevronnée, redoutable auprès de la reine.

Selon le Sunday Times et The Mirror, Samantha Cohen, âgée de 50 ans, devrait quitter ses fonctions au sein du palais de Kensington au printemps prochain.
La source du Sunday Times a également révélé la routine matinale de la duchesse qui se lève à 4h30 tous les matins pour sa séance de yoga. Samantha Cohen pense que les nouveaux collaborateurs devraient être adaptables et patients.

Le caractère difficile de Meghan Markle fait jaser et les sources révèlent le quotidien du duc et de la duchesse de Sussex. Dans les coulisses, le  prince Harry aurait comme mission de trouver la taupe qui distille les secrets, depuis le Palais Royal.

L’image de la Duchesse de Sussex souffre de toutes ses frasques révélées au grand jour. Mais les journalistes britanniques sont bien renseignées et parlent de  sources « très bien placées » qui dénoncent certains  souhaits  extravagants ou « irréalisables » de Meghan Markle.

Avant la cérémonie de mariage, le samedi 19 mai 2018, l’épouse du Duc Harry aurait formulé l’ordre de pulvériser dans toute la chapelle Saint-Georges des brumisateurs de parfum avant l’arrivée des invités. Elle ne supportait pas l’odeur de renfermé de la chapelle bâtie au XVème siècle à Windsor. La future duchesse aurait essuyé un refus de la reine. L’informateur rapporte, que Buckingham s’est indigné en expliquant poliment au bureau de Meghan Markle, que c’était la chapelle de la reine, et , que c’était tout simplement inconvenant. « La chapelle Saint-Georges est un lieu de recueillement de Sa Majesté comme elle le fut pour ses prédécesseurs pendant 5 siècles », a fait observer la reine Elizabeth II.

Dans le même temps, l’ancienne actrice espérait porter un diadème réservé à la princesse Eugénie ( petite-fille de la reine), nouveau refus.

Des anecdotes qui risquent de pâlir l’image romantique du couple qui emménage à Frogmore Cottage pour sans doute s’éloigner un peu plus du protocole royal. Meghan Markle et le prince Harry s’installeront dans un chalet situé à proximité de Windsor pour attendre l’arrivée de leur prochain bébé et l’élever (si possible) selon leur convenance.

Pour le Times Meghan Markle est classée N° 7 parmi les personnalités de l’année 2018.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy/captures d’écran/Mega Agency