Anthony Martial – Vidéos intimes : le sportif gagne son procès contre un faux mannequin

Anthony Martial ne s’est pas laissé intimider par un chantage crapuleux dont il faisait l’objet. Le footballeur originaire de Guadeloupe a eu raison, le Tribunal de Nancy vient de condamner une femme qui le faisait chanter. Ils échangeaient virtuellement sur les réseaux sociaux jusqu’au jour où le sportif aurait décidé de mettre un terme à ces textos intimistes.

Anthony Martial, père de deux enfants, en couple avec leur mère, Mélanie Da Cruz avait porté plainte pour chantage. Le sportif de Manchester partageait des images virtuellement avec le faux mannequin de 2018 à 2019. À la fin de cette relation, le faux Top model a tenté de soutirer de l’argent à l’attaquant mais contrairement à un basketteur de l’équipe de France qui a préféré payer le même faux mannequin, Anthony Martial a porté l’affaire en justice.

Le tribunal de Nancy a rendu son verdict ce vendredi 20 novembre 2020, la femme accusée est condamnée à une peine de prison avec sursis qui devra verser « 1 euro de dommages et intérêts » au footballeur.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de C’news Actus Dothy @Do Thy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy –  Source People magazine –  ©️ SportsWallas

 

 

La garde-robe de parfums de Mariama Diallo, le Top de Rihanna s’inspire des senteurs africaines apaisantes

Mariama Diallo a honoré des campagnes mondiales de Savage Fenty à Puma.

Le magazine Byrdie a rencontré la mannequin guinéo-américaine qui lui a révélé tous ses secrets de beauté, sa routine de soins de la peau, des cheveux et sa garde-robe de parfum.

La passion de sa mère pour le parfum a conduit Mariama Diallo à cultiver ce goût du parfum. «Ma mère n’a jamais quitté la maison sans une sorte de parfum qui a mis l’ambiance pour toute occasion», atteste le Top Model.

«Notre parfum n’est pas seulement ce que vous sentez, c’est ce que vous ressentez lorsque vous vous habillez le matin, pour une soirée, pour une réunion de conseil. C’est tout autant un accessoire de la façon dont vous vous présentez au monde que vos vêtements  et n’oublions pas ses liens étroits avec la mémoire et l’émotion».

«Mon premier parfum était Kilian Princess. Au début de ma carrière, je voyageais d’aéroport en aéroport et je suis tombée dessus et j’ai adoré l’odeur. À l’époque, cependant, je me sentais trop jeune pour un tel parfum. Quand je suis devenue un peu plus âgée et que j’ai su que le parfum était important pour moi, c’est le premier que je me suis promise d’acheter. La quarantaine (le confinement) m’a montrée le véritable pouvoir de mes parfums sur mon humeur et comment je les intériorise».

«Le travail à domicile présente ses propres complexités et frustrations, il est donc important que j’aie un parfum qui puisse m’apaiser, réchauffer mon humeur et me laisser une sensation de fraîcheur globale. Valentino a un parfum appelé Born in Roma. Il a un parfum qui est chaleureux et doux avec une finition sombre persistante qui résonne bien dans une pièce. Cela m’aide à rester alerte et concentrée pendant une journée de travail exigeante».

Pour une ambiance douillette : «Rien n’a été plus rafraîchissant pendant la quarantaine que de sauter dans et hors de survêtements confortables! J’adore une belle ambiance confortable et Sì Passione de Giorgio Armani incarne parfaitement cela. Cela me rappelle une salade de fruits sucrée avec une présence très légère. Si je devais imaginez l’endroit où le parfum m’a emmené, ce serait le brunch».

Le parfum qui vous apporte du réconfort : «La Maison Francis Kurkdjian Paris a créé un parfum appelé Gentle Fluidity. C’est l’un de ces parfums qu’une femme achète encore et encore parce qu’elle ne se lasse pas de le sentir. Il a une base solide de noix de muscade et de bois ambrés qui lui confèrent le sentiment d’être chez soi. Si je ferme les yeux et que je respire le parfum de Gentle Fluidity, je suis ramené dans le salon de la maison de ma grand-mère en jouant avec mes cousins ​​à cause de son intimité».

Pour se détendre ou se déstresser : «Presque n’importe quel ouest-africain, sait que les épices sont la vie! L’arôme qu’elles dégagent est vraiment apaisant et donne le ton de la paix, de la famille et J’adore la façon dont différents ingrédients se combinent pour créer une odeur qui leur est propre. Cela me rappelle la maison et l’amour que ma mère nous a montrés à travers son travail dans la cuisine».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Image Instagram Source ITW Byrdie

Elles racontent leur mariage, le mannequin Aweng Ade-Chuol et Alexus Ade-Chuol fêtent leur union dans une pizzeria

Si les fans du Top Model Aweng Ade-Chuol ont appris son mariage sur Twitter c’est dans Vogue que le mannequin soudanais raconte son histoire d’amour. La première rencontre entre le mannequin Aweng Ade-Chuol et l’entrepreneure et artiste des ongles Alexus Ade-Chuol, a été complètement un hasard. C’était lors d’une réunion d’affaires. Avant de se dire oui à l’église, Aweng et Alexus sont restées fiancées durant neuf mois.

«Nous étions à Paris et nous étions complètement submergées par l’amour que nous partagions». Après plusieurs mois sans se voir, les deux jeunes femmes se retrouvent dans la capitale française : «Nous étions séparées depuis deux mois», se souvient Aweng Ade-Chuol. «Je suis retournée à Londres pour le travail et à l’époque, Alexus était basée à New York.» Et Alexus poursuit : «Elle m’a demandée si je voulais l’épouser, (nous étions dans notre chambre d’hôtel)», raconte Alexus Ade-Chuol. «Et j’ai dit : « Si tu me le demande, je dirais oui sans me poser de questions ».

«Je me marie avec ma fiancée angélique, intelligente, qui est au-delà de la perfection.» écrit Aweng Ade-Chuol sur son compte Twitter. Le mariage a eu lieu à l’hôtel de ville de Manhattan. «J’aime tellement ma femme maintenant que tous mes rêves d’enfance de ce que devrait être un mariage sont obsolètes », dit Alexus Ade-Chuol. «Je voulais juste être avec elle et quelques personnes importantes pour elle et moi.»

Aweng Ade-Chuol portait un magnifique costume et un pantalon évasé à talons de Kwaidan Editions et des boucles d’oreilles signé Panconesi.

La cérémonie était «simple et douce» explique la cheffe d’Entreprise. «L’officiant était si gentil avec nous. Je ne l’oublierai jamais. Elle fera partie de cette journée qui restera la plus heureuse de ma vie.»

Après le mariage, les jeunes mariées sont allées se faire tatouer ​​«XII» assortis sur leurs annulaires à Tattoo Shop : «Quelle meilleure façon de clôturer la cérémonie à New York, que dans une boutique de tatouage? » note l’épouse de Aweng Ade-Chuol. Puis, elles sont parties à Penn Station pour prendre une pizza chez Rose’s Pizza and Pasta.

Aweng Ade-Chuol n’est pas que mannequin, quand elle n’est pa sur les catwalks, le Top  sud-soudanais, kenyan et australien, basé à New York étudie le droit à University of New England (en Australie), elle obtiendra son diplôme fin 2021.
Alexus Ade-Chuol est une artiste et propriétaire d’une  boutique d’onglerie.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images @photo_tatianakatkova/Vogue

Tina Kunakey, star de « danjé » de Kalash, torride pour la collection de lingerie Cuup

En 2016, elle fait une apparition sur le clip Danjé du chanteur de reggae dancehall Kalash mais le mannequin en contrat avec une agence de Top à Barcelone, Mad Models Management ne tarde pas à lancer sa marque de lingerie « Cuup ». Toujours sous les feux de la rampe avec son célèbre époux Vincent Cassel, la métisse Italienne et togolaise fait exploser les compteurs des réseaux sociaux à chaque publication.

Aujourd’hui, trois clichés chauffent la toile. Tina Kunakey a dévoilé vendredi 11 juillet, de nouvelles photos de sa collaboration avec la marque de lingerie « Cuup ». Sexy, la jeune maman de 23 ans, topless en culotte, prenait la pose dans un ensemble de lingerie de couleur noire à côté d’un chien.

 

Les trois images publiées sur Instagram ont totalisé plus de 280 000 likes.

Tina Kunakey et son frère Zakari (19 ans)

Tina Kunakey a donné naissance à une petite fille Amazonie, née le 19 avril 2019. Depuis, la jeune femme a retrouvé sa silhouette d’avant la naissance de son premier enfant.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Instagram/JMHaedrichispa/TéléLoisirs

Comme Naomi Campbell, Olivia Anakwe regrette que les coiffeurs noirs soient absents des grands défilés de mode

On se souvient qu’en avril 2019, Olivia Anakwe, mannequin nigérian-américain se plaignait d’être souvent seule en backstage pour sa mise en beauté. Aujourd’hui, la jeune fille rappelle les déconvenues des top modèles qui peinent en coulisses à trouver des coiffeurs qualifiés et compétents.   Une légère accalmie tout de même mais son constat reste sévère tout comme celui de son aînée Naomi Campbell.

Olivia Anakwe, Top model est étudiante, bénévole et animatrice de dîners. La jeune femme de 22 ans termine actuellement sa dernière année à l’Université Pace, où elle étudie la psychologie dans le but de devenir dermatologue. Par ailleurs, Olivia Anakwe a signé chez Elite Models et a participé à 40 shows, notamment pour Miu Miu, Thom Browne, Jacquemus, Marc Jacobs et Kate Spade. Top Modèle mais aussi bénévole, Olivia Anakwe est membre de Edible Schoolyard, un organisme à but non lucratif à New York qui se concentre sur la littératie alimentaire.

Même si elle admirait Naomi Campbell, Olivia Anakwe n’était pas une grande fan de mode. Sa carrière de mannequin est un pur hasard. Il y a trois ans, Olivia visitait la ville de New York et tandis qu’elle qu’elle mangeait à Westville avec sa famille, son futur agent, Marina Fairfax, l’a interpellée, lui demandant si elle avait pensé un jour devenir mannequin.

Afin de pouvoir jongler avec sa nouvelle carrière de mannequin et ses études, Olivia Anakwe est transférée de l’Université de Pittsburgh, où elle étudiait, à Pace. Depuis cette fameuse rencontre, le top model a parcouru les podiums de Paris à la Fashion Week de New York, tourné pour Harper’s Bazaar, Vogue et Allure, et joué dans une campagne Miu Miu tout en suivant ses cours tôt le matin ou tard le soir ou encore en ligne dans l’objectif d’atteindre son rêve, celui de devenir dermatologue.

En 2019, Olivia Anakwe a chahuté des coiffeurs qui ne pouvaient pas peigner les cheveux crépus ou texturés, décrivant sa propre expérience lors de la Fashion Week de Paris. A ce défilé, la jeune fille notait que seule, une manucure, une nail artist dans les coulisses d’un défilé de mode, était disponible pour lui tresser les cheveux. Une mauvaise expérience pour l’américo-nigeriane qui aussitôt a lance cet impérieux conseil à ses pairs :  «Quelle que soit la taille de votre équipe, assurez-vous d’avoir une personne compétente pour les soins des cheveux texturé afro ou embauchez simplement un coiffeur noir» a écrit Olivia sur un post publié sur Instagarm.

Comme le fait remarquer certains médias de mode, cette histoire n’est pas inédite. En 2016, la mannequin Naomi Campbell déclarait à Teen Vogue des situations similaires quand elle a commencé à défiler: «Il est décevant d’entendre que les modèles de couleurs rencontrent toujours ces mêmes problèmes toutes ces années plus tard.» D’autres mannequins ont également dénoncé le problème des cheveux noirs dans l’industrie de la mode, partageant leurs propres histoires et alertant sur la nécessité d’apporter ses propres produits, de trouver un autre mannequin pour s’entre-aider, ou au pire de garder les cheveux complètement naturels.

L’agacement d’Olivia s’est manifesté quand un mannequin allemand dans les coulisses s’est vexé qu’un coiffeur refuse de la coiffer. Olivia Anakwe voulait s’assurer que tout le monde était au courant de ce qui se passait et comment était traité les mannequins noirs. Le Top a donc publié un long message sur son compte Instagram :«Il était très important pour moi de ne pas seulement aborder le sujet avec colère mais de se demander ce que nous pourrons faire  pour améliorer les choses» précise la nigeriane dans la presse.

Olivia Anakwe n’a aucun moment  été inquiète des réactions violentes après s’être exprimée sur la question. «Il est toujours important d’exprimer votre opinion si vous êtes dans une situation inconfortable, exprimez-vous» estime le mannequin. «Je pense que le fait de devenir mannequin alors que j’étais plus âgée, à 18 ans, cela m’a permis d’avoir cette voix et cette volonté pour que je puisse parler suite à une situation qui me mettait mal à l’aise.»

Plusieurs médias ont relayé sa colère devenue virale sur la Toile en avril 2019 et les langues se sont déliées. Les acteurs noirs ont commencé à partager leurs expériences. Mais la réponse la plus surprenante, c’est celle-là :  «Un coiffeur m’a contacté pour me dire qu’il allait commencer à offrir des cours pour que les gens apprennent davantage sur les produits capillaires adaptés aux cheveux afro», explique Olivia. «Un autre Top m’a approchée pour obtenir une liste des produits capillaires afro qu’il faudrait avoir dans les coulisses.» Depuis, Olivia Anakwe, assure qu’elle a pu travailler avec des coiffeurs connaissant mieux les cheveux des personnes Noires.

Cette publication virale date de presque un an et Olivia Anakwe se prépare aujourd’hui à concrétiser ses rêves d’étudiante. En mai prochain, elle obtiendra son diplôme de l’Université Pace. Avocate et bénévole pour Edible Schoolyard, elle a aidé l’organisation à but non lucratif à collecter plus de 20 000 dollars. En décembre 2019, elle s’est rendue à Lagos, au Nigéria, pour aider le programme d’alphabétisation alimentaire :  Lagos Food Bank Initiative. Olivia Anakwe projette d’y retourner cette année pour poursuivre son aide humanitaire.

Dorothée Audibert-Champenois/Source teen Vogue Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images Kim Weston Arnold / Indigital.tv:/Facebook/  Jacq Harriet:

My Web Africa : Julia Otobo poursuit son rêve de mannequin à New York

Julia Ese Otobo est un top model de 23 ans.  Amoureuse de son afro, elle veut montrer au monde que les cheveux noirs sont magnifiques.

Julia a signé à New York avec MSA Models.

Son parcours est un conte de fée.

A cours d’argent, la jolie africaine née au Nigeria, quitte l’Université.

Julia s’inscrit au concours de Pearl Look Model Nigeria qu’elle gagne. Elle remporte un voyage et un contrat pour travailler avec Ice Model Management en Afrique du Sud.

Son meilleur souvenir, c’est ce jour où la jeune nigérianne a fait avec sa sœur jumelle Janet Otobo, la couverture de Luminance Magazine en Afrique du Sud.

Ses cheveux crépus, elle en est amoureuse. Elle porte un afro car son copain de l’époque le lui a demandé et puis Julia s’est prise au jeu du cheveux naturel et crépu. Elle a gardé sa coupe.

Aujourd’hui, Julia vit actuellement dans «The Big Apple» et défile pour des designers comme Chromat et Marc Jacobs à New York à la Fashion Week. Les plus grands créateurs la demandent sur leur podium.

Son objectif est de porter les modèles de Victoria Secret coiffé de son Afro, comme elle l’a fait pour Maria Borges afin de montrer au monde que les cheveux noirs sont magnifiques.

Source : Moon Look-Mag
Photo Credits
SDR Photo
Tim Hulme Photography
Steven Love Menendez
Luminance: Sivan Miller

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy