Martinique-Urgent : Casting tous profils pour un film documentaire et un livre photo, un projet de Jonathan Menialec

Jonathan Menialec a un grand projet en préparation sur le thème de l’identité et pour se faire, le jeune photographe qui s’est fait une réputation européenne, en exposant au coeur de Londres en 2019, part à la conquête des martiniquais. L’antillais, artiste-photographe envisage de publier un livre portrait et dans le même temps de tourner un documentaire dans lequel il montrera à travers son objectif, des visages de compatriotes ayant différents profils. Son objectif est de « faire voir », la multiplicité identitaire qui compose la population martiniquaise, dont les origines sont diverses.

Qu’ils aient des traits, indiens, africains, asiatiques ou européens, cette diversité compose désormais et depuis plusieurs siècles l’identité caribéenne pour les »parlants anglais » ou « antillaise » pour nous « parlants français, anglais ou créole ».

Ce projet englobe des prises de photographies, des vidéos artistiques et des interviews tout au long de la période de tournage entre le 10 décembre 2020 et le 10 janvier 2021. Tous les martiniquais sont concernés et seront retenus dès lors qu’ils respectent les conditions du projet « Identité ». Des familles :  Parents, enfants, frères, soeurs, grands parents, petits enfants d’une même lignée seront les bienvenus dans cette série de portraits. Mais également des mannequins de tous âges, des artistes « pour mettre leurs oeuvres en avant », peintres, musiciens, sculpteurs, bijoutiers, créateurs ou poètes.

Le casting est ouvert aux scolaires, aux personnels de santé, aux ouvriers, aux agriculteurs, aux enseignants, aux cadres, et surtout à des « profils atypiques », ceux qui ont connu des expériences extraordinaires ou singulières.

Par ailleurs, le réalisateur-photographe mettra à disposition les portraits aux participants pour ceux qui le souhaitent : contact@indigochromia.com .

Pour mieux comprendre l’ambitieux projet de Jonathan Menialec, voici ici le lien qui conduit à « Identité » Vous cliquez ici.

Bon casting et bon tournage aux martiniquais.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy @Do Thy

Une universitaire blanche affirme s’être fait passer pour une femme noire pendant des années

« J’ai tout fait, au cours de ma vie, pour ne pas vivre en tant qu’enfant juive blanche issue de la banlieue de Kansas City dans le Missouri, en me cachant derrière diverses identités, telle que l’identité noire que je n’avais pas le droit de revendiquer: d’abord noire-africaine, puis noire-américaine, puis noire des Caraïbes »

CNN vient de dévoiler une gigantesque usurpation d’identité d’une professeure américaine spécialiste de la culture noire qui revendiquait des origines afro-américaine. Cette femme, Jessica A. Krug, professeure agrégée en études africaines et latino-américaine à l’Université George Washington a reconnu qu’elle s’était inventé un héritage culturel pendant des années, et qu’elle était en fait blanche.

Jessica A. Krug, s’excuse et insiste sur le fait qu’elle n’était pas un « vautour » mais une sangsue de la culture » et admet qu’elle n’avait pas la légitimité pour revendiquer ces identités. Tout au long de sa carrière d’enseignante, lorsqu’il s’agissait de décliner son identité aux élèves ou à d’autres professeurs, Jessica A. Krug changeait constamment de version.

L’enseignante a collaboré dans le magazine Esssence, dédiée aux femmes afro-américaines, le journal a depuis supprimé ces écrits. La porte-parole de l’établissement de Washington D.C a déclaré à la presse américaine que des mesures seraient prises.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images