Une universitaire blanche affirme s’être fait passer pour une femme noire pendant des années

« J’ai tout fait, au cours de ma vie, pour ne pas vivre en tant qu’enfant juive blanche issue de la banlieue de Kansas City dans le Missouri, en me cachant derrière diverses identités, telle que l’identité noire que je n’avais pas le droit de revendiquer: d’abord noire-africaine, puis noire-américaine, puis noire des Caraïbes »

CNN vient de dévoiler une gigantesque usurpation d’identité d’une professeure américaine spécialiste de la culture noire qui revendiquait des origines afro-américaine. Cette femme, Jessica A. Krug, professeure agrégée en études africaines et latino-américaine à l’Université George Washington a reconnu qu’elle s’était inventé un héritage culturel pendant des années, et qu’elle était en fait blanche.

Jessica A. Krug, s’excuse et insiste sur le fait qu’elle n’était pas un « vautour » mais une sangsue de la culture » et admet qu’elle n’avait pas la légitimité pour revendiquer ces identités. Tout au long de sa carrière d’enseignante, lorsqu’il s’agissait de décliner son identité aux élèves ou à d’autres professeurs, Jessica A. Krug changeait constamment de version.

L’enseignante a collaboré dans le magazine Esssence, dédiée aux femmes afro-américaines, le journal a depuis supprimé ces écrits. La porte-parole de l’établissement de Washington D.C a déclaré à la presse américaine que des mesures seraient prises.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images