Breonna Taylor : sa famille obtient 12 millions de dollars de dédommagement

La famille de Breonna Taylor obtient 12 millions de dollars de dédommagement. L’infirmière de 26 ans a été abattue chez elle par la police dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 mars 2020. « Elle a survécu à cette intrusion policière, environ six minutes avant de succomber à ses blessures», ont indiqué Sam Aguiar et Lonita Bake, les avocats de la famille.

La famille de Breonna Taylor a annoncé mardi 15 septembre avoir renoncé à une plainte au civil dans le cadre d’un accord historique avec la mairie de Louisville. Le montant accordé à la famille de l’afro-américaine, 12 millions de dollars est l’une des plus importantes jamais allouées à des proches de victime de la police.

Tamika Palmer en conférence de presse

«Aujourd’hui est un jour important pour la justice et pour Breonna. Mais ce n’est que le début » a déclaré  la mère de Breonna Taylor, Tamika Palmer,  lors d’une conférence de presse. Elle a dans le même temps, déploré que les officiers de police mis en cause dans la mort de sa fille soient encore en liberté, six mois après la mort de Breonna Taylor.

A l’instar de George Floyd, victime de violences policières, la mort de Breonna Taylor a suscité à travers le pays, indignations et colère. Plusieurs personnalités et artistes ont prêté leurs voix pour défendre la cause de la jeune infirmière. Munis d’un mandat d’arrêt dit « No Knock », les policiers sont rentrés chez Taylor Breonna,  peu après minuit, alors même qu’elle se préparait pour la nuit. Taylor Breonna a reçu plusieurs balles avant d’agoniser cinq minutes au sol, sans soins. Son petit ami, Kenneth Walker a été accusé de tentative de meurtre sur un policier après avoir tiré sur les agents qui avaient fait irruption dans l’appartement de sa compagne.

Cet accord «est un bon premier pas», a indiqué Sam Aguiar, l’un des avocats de la famille. «La ville n’a évidemment pas le pouvoir de porter plainte, seul le procureur général peut le faire. Mais ce que la ville peut faire, c’est changer ses pratiques policières, et elle peut reconnaître que beaucoup de choses ont mal tourné cette nuit-là.»

 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Facebook/Breonna Family/Web24

Naomi Osaka, déterminée à lutter contre le racisme systémique, les discriminations et les violences policières aux USA

«Avant d’être une athlète, je suis une femme noire» affirmait Naomi Osaka sur son compte Instagram, refusant de participer à une rencontre sportive, au lendemain de l’agression de Jacob Blake à Kenosha, dans le Wisconsin.

Du haut de ses 22 ans, comment ne pas féliciter Naomi Osaka qui s’engage sans compter, pour faire entendre des messages encore difficile à entendre dans la société américaine. Grâce à sa notoriété, la jeune sportive se devait de participer au mouvement Black Lives Matter qui reprend tout son sens depuis la mort brutale de l’afro-américain, George Floyd. Depuis que la vie aux Etats-Unis s’étire entre manifestations et revendications pour que change les mentalités entre Blancs et Noirs, les artistes, sportifs et politiques ne désarment pas et investissent le champs des médias en prenant des décisions engagées et radicales. Naomi Osaka, à l’instar de ses grands frères de la NBA, a choisi, en single d’entrer sur les courts de tennis, masquée puisque que c’est une règle sanitaire mondiale, mais résolument déterminée à faire entendre son discours à une large population blanche qui, compose essentiellement, son auditoire.

Naomi Osaka est une jeune femme, née d’un père haïtien, Leonard François, d’une île de la Caraïbe, la première à instituer une République dirigée par des hommes Noirs. Tamaki Osaka, sa mère est japonaise, héritière des patrimoines culturels de l’empire du soleil levant. Naomi est donc une métisse de parents issue des deux extrémités du globe. Au Japon, l’homogénéité raciale n’est pas de mise, et la hafu (métisse) ne correspond pas au standard des filles de l’île. En 2006, elle a trois ans, ses parents partent pour la Floride, elle s’installe chez ses grands-parents et se nourrit culturellement du créole, langue nationale d’Haïti.

Naomi Osaka devient une brillante compétitrice au tennis. Seulement, déçu, par la United States Tennis Association qui montre peu d’intérêt pour sa fille, qu’il entraîne depuis l’âge de trois ans, Leonard François prend la décision de la faire jouer sous le drapeau du Japon. La jeune fille a 13 ans, elle utilise désormais le patronyme de sa mère Osaka, elle sera championne pour le drapeau blanc et rouge. Mais Naomi Osaka, la métisse caribéenne reste sensible à cette communauté noire aux Etats-Unis, qui subit encore aujourd’hui, des discriminations, le racisme systémique et des violences policières. La jeune championne ne se lasse pas de dénoncer des morts qui s’inscrivent chaque jour dans les grands quotidiens américains.

Dans le courant George Floyd qui a fait ressurgir le Black Lives Matter et suite aux violences policières à l’encontre de Jacob Blake, un père de famille criblé de balles dans le dos dans le Wisconsin, les actions de la jeune Naomi Osaka vont devenir virales. Après une courte pause (boycott), la sportive est revenue en compétition, alourdie de 7 masques, au nom de plusieurs victimes afro-américaines. Elle en a porté un à chaque match. Interrogée avant qu’elle ne remporte son 3ème grand Chelem, samedi 12 septembre, la courageuse athlète a expliqué son choix, il s’agit selon Naomi Osaka de «faire parler les gens», la grande majorité du public qui fréquente les courts de tennis sont Blancs. Et prudente, elle poursuivait : «C’est assez triste que sept masques ne soient pas suffisants pour le nombre de noms», a déclaré Osaka. «J’espère que j’arriverai à la finale et que vous pourrez tous les voir.» Naomi Osaka a réussi son challenge, elle devient 3ème mondial du classement international.

Breonna Taylor, Elijah McClain, Ahmaud Arbery, Trayvon Martin, George Floyd, Philando Castile et Tamir Rice.

Lors d’un match de l’US Open la semaine dernière, la vainqueure du Grand Chelem portait un masque facial portant le nom de Breonna Taylor, la technicienne médicale des urgences  de 26 ans qui a été tuée par la police en mars. Dans des vidéos diffusées par ESPN après les matchs de Naomi Osaka, Sybrina Fulton, la mère de Trayvon Martin, et Marcus Arbery Sr., le père d’Ahmaud Arbery, ont remercié la joueuse.

Naomi Osaka a twitté qu’ils étaient tous courageux et forts : « À ce stade, je me sens comme un vaisseau qui ouvre la voie (la conscience). Espérons que cela va atténuer la douleur. Espérons que je peux aider à faire face à tout ce qu’ils attendent.»

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Twitter Us Open/Montage C’news Actus Dothy

Washington: «Papa King, nous n’oublierons pas!», Yolanda Renée King et des dizaines de milliers de marcheurs au Lincoln Memorial

Yolanda Renee King,  la petite-fille du révérend Martin Luther King Jr., lève le poing lors de la marche sur Washington au Lincoln Memorial. 57 ans après la prise de parole de son grand-père, lors de son discours historique «I Have A Dream», prononcé le 28 août 1963,  la petite-fille de 12 ans a tenu son propre discours militant devant une foule immense rassemblée ce vendredi 28 août 2020 près de la Maison Blanche.

Martin Luther King III et Yolanda Renee King

«Ma génération est descendue dans la rue, pacifiquement et avec des masques et une distanciation sociale, pour protester contre le racisme», a rappelé la jeune fille. «Et je veux demander aux jeunes ici de se joindre à moi pour promettre que nous ne faisons que commencer à nous battre, notre génération mais aussi celle qui viendra après nous»

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées vendredi à Washington dans le cadre d’un mouvement massif pour protester contre la brutalité policière. Les orateurs se sont adressés à la foule depuis les marches du Lincoln Memorial, où le révérend Martin Luther King, Jr. s’est exprimé en 1963.

La mère de Breonna Taylor a parlé à l’immense foule et a exhorté à voter en novembre prochain, aux prochaines élections présidentielles. D’autres familles de victimes de violences  policières (Jacob Blake, George Floyd, Rayshard Brooks, Ahmaud Arbery, Trayvon Martin et Eric Garner) se trouvaient également au Lincoln Memorial. «Il y a un genou sur le cou de la démocratie» a déclaré Martin Luther King III, fils de Martin Luther King et Coretta Scott King.

Quant à  Yolanda Renee King, la jeune activiste a invoqué de manière poignante le révérend Dr Martin Luther King Jr., lui promettant : «Papa King, nous n’oublierons pas!»

Les organisateurs ont rappelé aux participants de pratiquer la distanciation sociale et de porter des masques tout au long de la manifestation.

Yolanda Renee King, vendredi 28 août 2020

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images SkyNews/Washington4

Oprah Winfrey : « Je réclame justice en son nom », elle rend hommage à Breonna Taylor, l’infirmière tuée par la police à Louisville

Oprah Winfrey rend hommage à Breonna Taylor en la mettant en couverture, un événement historique. Pour la première fois dans l’histoire de la publication de « O Magazine », ce ne sera pas Oprah Winfrey en vedette mais Breonna Taylor, une technicienne des urgences tuée le 13 mars dernier à son domicile. Elle avait 26 ans.

Il était 00 h 43, dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 mars 2020 quand trois policiers de Louisville munis d’un bélier sont entrés et ont tiré plus de 20 balles dans l’appartement de Breonna Taylor, la touchant huit fois. Pendant au moins cinq minutes, l’infirmière affectée aux urgences luttait pour respirer, témoigne son petit ami, Kenneth Walker, 28 ans, qui a déclaré aux enquêteurs qu’elle était vivante pendant qu’il appelait sa mère à l’aide.

Kenneth Walker, petit ami de Breonna Taylor

« Elle a tenu encore cinq à six minutes avant de succomber finalement à ses blessures couchée au sol » sans soins, ont confirmé Sam Aguiar et Lonita Bake,  les avocats de la famille. Au même moment, les agents du LMPD Jonathan Mattingly, et les détectives Myles Cosgrove et Brett Hankison ont demandé à Kenneth Walker de sortir, eux-mêmes s’activant pour soigner le Sgt. Jonathan Mattingly, lui mettant un garrot sur sa cuisse après que Kenneth Walker lui ait tiré dessus.

La fusillade de Taylor fait l’objet d’une enquête du FBI et du procureur général du Kentucky, Daniel Cameron.  En attendant, Jonathan Mattingly et Myles Cosgrove sont en réaffectation administrative, tandis que Brett Hankison a été licencié en juin, il a fait appel de son licenciement. Les avocats de Breonna Taylor ont indiqué que Brett Hankison, qui se trouvait à l’extérieur de l’appartement a tiré «à l’aveugle»,  au moins un des coups de feu mortels.

Jonathan Mattingly,  Myles Cosgrove et Brett Hankison

Le petit ami de Breonna Taylor, Kenneth Walker a été accusé de tentative de meurtre sur un policier après avoir tiré, avec un mandat de perquisition, sur des agents qui avaient fait irruption dans l’appartement de sa compagne. Le nom de Breonna Taylor est désormais associé à George Floyd dans les manifestations contre les violences policières aux Etats-Unis.

Pour son dernier numéro de « O » magazine, Oprah Winfrey qui est toujours en couverture de ce média, a consacré sa une à l’infirmière Afro-américaine, en lui rendant hommage également dans un clip :

« Elle était comme moi, elle était comme toi et comme tous ceux qui meurent subitement, elle avait des projets. Ce que je sais avec certitude : c’est que nous ne pouvons pas rester silencieux. Nous n’avons pas assez utilisé nos voix pour réclamer justice. Et c’est pourquoi Breonna Taylor fait la couverture de Ô Magazine. Je réclame justice en son nom. Si vous fermez les yeux sur le racisme, vous en devenez complice. En le regardant, je vois l’innocence. Simple puissante. Il était essentiel pour moi de montrer cela. »

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran Oprah Winfrey

Breonna Taylor: Beyoncé solidaire des victimes de violences policières, elle demande l’inculpation des officiers

Trois mois après la mort de l’ambulancière Breonna Taylor, la famille de la jeune femme de 26 ans, attend d’en savoir plus sur le dossier. Trois mois de silence  depuis qu’un soir, trois policiers ont tiré 8 balles sur la technicienne en soins médicaux. Ils se seraient trompés de cible ce vendredi 13 mars 2020, aux environs  d’1 heure du matin . Beyoncé a pris sa plume.

Trois mois d’attente et un jour de trop, pour la chanteuse Beyoncé qui  a écrit personnellement au procureur général du Kentucky. La lettre a été publiée sur le SITE de Beyoncé Carter. Dans ce courrier elle a trois vœux :  que les officiers de police mis en cause soient inculpés, elle demande de faire toute la transparence sur les investigations menées contre ces officiers et suggère une remise en cause des pratiques d’arrestation de la police.

Beyoncé invite également à signer plusieurs pétitions pour que toute la lumière soit faite dans l’affaire de Breonna Taylor pour « Pour prouver la valeur de la vie d’une femme noire »

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Griot