Attaque de requin à Saint-Kitts-et-Nevis : L’étudiante en médecine mordue est amputée de la jambe

Le drame s’est déroulé près d’une île inhabitée, à mi-chemin entre Saint-Kitts-et-Nevis.

Selon les médias locaux, sept personnes sont allées faire du kayak à Booby Island quand une étudiante du groupe a été attaquée par des requins. L’attaque a eu lieu ce samedi 9 janvier. Le groupe de kayakistes était composé d’étudiants en médecine de Ross University. Sitôt sur l’île, les sept personnes ont décidé de se jeter à l’eau. C’est à ce moment que l’étudiante a été agressée par des requins. Le groupe de jeunes se baignait pourtant à moins de 200m du rivage.

La police alertée, a permis aux secours de transporter rapidement la victime à l’hôpital Alexandra de Nevis, rapporte le média en ligne SKNVibes. Mais les membres de l’hôpital ont déclaré que la jambe de l’étudiante était trop endommagée suite aux graves morsures du requin, ils n’ont pu sauver la jambe de l’étudiante. Finalement, des dispositions ont été prises pour transférer la victime à l’étranger pour des soins plus adtaptés.

C’est la deuxième attaque de requin dans la région en un mois. Le 10 décembre dernier à Orient Bay, à Saint-Martin un touriste français a été mordu également par un requin, rappelle Le Daily Herald de Saint-Martin.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images capture d’écran Cnews ACTUS SKNVibes.com

Une polynésienne scalpée et tuée par 4 pitbulls et un bull-terrier

Mardi 12 mai, à Papeete en Polynésie française, la promenade traditionnelle d’une octogénaire s’est terminée en tragédie quand plusieurs chiens l’ont attaquée dans la commune de Pirae. Une enquête pour homicide involontaire est ouverte.

Pour Paris, il était mercredi 13 mai. La polynésienne de 87 ans faisait sa marche habituelle autour du stade de son domicile quand elle s’est fait agressée par une meute de chiens. Les témoins qui l’ont découverte ont expliqué à l’AFP, qu’il pensait qu’elle avait fait un malaise et qu’elle gisait par terre, entourée de plusieurs chiens. « Elle était allongée avec plein de chiens autour d’elle » décrit Ramon Teihotua, l’un des témoins, « Je me suis rapproché, j’ai chassé les chiens avec ma raquette, et j’ai vu que la dame était comme scalpée, et qu’elle était mordue très profondément aux deux bras, au cou et au visage : c’était atroce. Je pense qu’elle était déjà décédée ». 

Le polynésien raconte comment il a tenté de chasser les pitbulls qui sont revenus à la charge : « Ils étaient très agressifs. Il y avait quatre pitbulls et un bull-terrier. Ils avaient du sang sur le museau, on avait du mal à s’approcher d’elle (l’octogénaire) pour protéger son corps », indique le premier témoin de la scène. « Il a fallu l’intervention de la police municipale pour éloigner les chiens. » a déclaré Ramon Teihotua.

Selon les premiers éléments  de l’enquête, les molosses appartiennent à deux jeunes hommes qui ont été placés en garde à vue. Il ne s’agirait donc pas d’animaux errants. L’enquête pour homicide involontaire se poursuit.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Pinterest

Trois chiens tués par un essaim agressif d’abeilles dans le Sud-Ouest des Etats-Unis

Des abeilles mellifères africanisées, également appelées «abeilles tueuses», sont répandues dans le sud-ouest des États-Unis, notamment en Arizona et au Nouveau-Mexique. Elles ont tendance à se multiplier pendant les mois de mars à octobre. D’origine européenne, ces avettes sont élevées à grande échelle en apiculture pour produire du miel et pour la pollinisation. Les experts disent qu’elles ont tendance à être agressives, attaquant dès la moindre agitation dans le seul but de protéger leur ruche.

Abeilles mellifères

Mercredi, les pompiers dans l’Arizona ont été appelés à Tucson (une ville du désert de Sonora) pour secourir des animaux domestiques en détresse sur une propriété, suite à une attaque d’abeilles particulièrement agressives. Les habitants ont été tenus à l’écart pendant qu’une équipe de pompiers était chargée de «mousser» les abeilles avec de l’insecticide afin de les tuer et de protéger les chiens de toute nouvelle attaque.

Pompiers de Tucson (Arizona)

Les trois chiens ont été déplacés loin des abeilles et emmenés chez un vétérinaire mais les trois animaux agressés ont succombé aux piqures, ont twitté les autorités du département. Les pompiers n’ont pas précisé quelle espèce d’abeille était responsable de l’attaque.

«Nous n’avons jamais aimé tuer des abeilles précieuses, mais dans ces rares cas, c’est nécessaire», a déclaré dans un tweet, le responsable du service d’incendie de Tucson.

Les pompiers appellent à plus de vigilance pendant cette saison d’essaimage (avril et mai) où, trop à l’étroit la moitié des abeilles quitte leur ruche, et décide de s’en aller, avec la reine. Si on ne les provoquent pas, ces abeilles restent inoffensives et ne piquent pas. Mais il vaut mieux quand même être prudent et ne pas agacer les avettes.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesMOLine