Deux soeurs juges dans la même ville en Alabama font la une des journaux aux Etats-Unis

Samarria Dunson et Lloria James sont entrées dans l’histoire américaine. Ces deux sœurs ont fait l’actualité aux Etats-unis après qu’elles soient toutes deux devenues juges à Montgomery, en Alabama où elles exercent les fonctions de juges dans la même ville, dans le même Palais de justice.

Elles n’ont que 18 mois d’écart mais ont tout fait ensemble, ou presque tout et au même moment. Les deux soeurs ont obtenu leur diplôme en même temps quand elles étaient à Lee High School puis à l’Université de l’Alabama. Alors que Lloria James savait qu’elle voulait faire du droit depuis le début, Samarria Dunson voulait d’abord étudier à la faculté de médecine. Samarria a finalement choisi de faire le droit comme sa soeur Lloria.

Etudiantes, elles ont fréquenté la même faculté de droit de l’Université de l’Alabama. Elles se sont entraidées durant leurs études de droit. Samarria Dunson ayant un an d’avance sur Lloria James, c’est donc elle qui prodiguait des conseils à sa soeur pour, dit-elle, lui «faciliter les choses».

Après avoir obtenu son diplôme et réussi l’examen du barreau de l’Alabama, Samarria Dunson s’est spécialisée dans les questions médicales tandis que Lloria James a commencé sa carrière en tant que procureur. Aujourd’hui âgée de 42 ans, Samarria Dunson est nommée juge municipale de Montgomery et sa sœur Lloria James est nommée à la cour de circuit.

Les deux femmes remercient leurs parents et l’éducation qu’elles ont eue. Les deux juges espèrent êtres des modèles pour les plus jeunes. Les deux soeurs souhaitent encourager d’autres enfants à élargir leurs horizons : «Il s’agit pour nous» a déclaré Samarria Dunson «d’élever la nouvelle génération de professionnels».  «C’est notre travail en tant que leaders à Montgomery d’être dans ces endroits, dans ces espaces où les enfants, qui ne sont pas exposés à certaines carrières ou à différentes personnes, nous voient et s’en inspirent.» a ajouté la juge. «Cela nous aide. Cela aide Montgomery » a poursuivi Samarria Dunson.

 

 

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – ©️ Images FaceToFaceAfrica – Because of them we can.

 

 

Elle élève 12 enfants après la mort de sa soeur et de son beau-frère victimes de la Covid-19

Elle s’appelle Francesca McCall et habite en Alabama (État du sud-est des États-Unis). Avec sa jeune soeur Chantale, Francesca s’était assurée de prendre soin des enfants de l’une et de l’autre, en cas de coup dur. Et C’est la plus jeune, Chantale, 35 ans qui, il y a trois mois, succombe des suites de la Covid-19. Comme promis, Francesca McCall a aussitôt pris en charge les 12 enfants des deux familles : «Nous avons toujours dit que nous ne voulions pas que nos enfants soient séparés. Nous voulions que nos enfants restent ensemble». C’était le pacte des deux soeurs McCall.

Chantale McCall travaillait pour une agence de santé à domicile et était toujours très prudente, explique sa soeur, encore sous le choc. Hospitalisée pour la première fois à Selma, où elle résidait, l’état de Chantale McCall s’est très vite dégradé. Et, c’est dans un hôpital de Birmingham où elle a été transférée et mise sous respirateur-artificiel que la mère de famille est morte.

Chantale est décédée 16 septembre et, le 25 octobre, son mari Rance Martin (40 ans) est mort également victime de la Covid-19, date du 35ème anniversaire de sa femme.

À la mort de sa jeune sœur, Francesca mère célibataire de 40 ans, qui élevait déjà sept enfants, n’a pas hésité à accueillir les cinq enfants de Chantale dans sa maison de Birmingham, en Alabama. Les 12 enfants qui ont entre 2 et 17 ans sont : Chayna 2 ans – Céleste 4 – Trenton, 7 ans – Aniyah 11 ans – Saaphyn 13 ans – Destiny 14 ans – et LaKeria 15 ans. Et ceux de Chantale McCall :  Serenity 5 ans – Trinity 6 ans – Angel 13 ans et De’Alan 15 ans.

En vert, les enfants de Chantale McCall  et en violet ceux de Francesca McCall

« Nous avons tous les garçons dans une pièce et nous avons toutes les filles dans les deux autres pièces, donc tout le monde est en quelque sorte juste les uns sur les autres ». Avec l’aide de sa mère et travaillant à domicile pour une société d’assurance, Francesca s’organise : «C’est parfois un peu chaotique d’essayer de mettre tout le monde en ligne pour l’école. Une fois que vous les avez réveillés et gérés, et qu’ils ont mangé tout va bien» avoue la mère de 12 enfants.

Elle reçoit également beaucoup d’aides de la communauté et de son église, rapportent les journaux d’Outre-Atlantique. Une campagne GoFundMe a permis de recueillir plus de 56 000 $ (46 174,52 Euros) pour la famille.

Francesca McCall a confié à CNN que«les enfants tiennent le coup, même s’ils ont eu des moments difficiles ». Pour les fêtes de fin d’année, la mère de cette grande famille a décidé de rendre un hommage émouvant à sa petite soeur : «Notre plan pour Noël est de célébrer la vie de ma sœur et son héritage, qu’elle laisse derrière elle», a déclaré Francesca McCall.


Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook C’news ACTUS – Twitter Instagram C’news ACTUS

Rosa Parks: Sa petite maison reconstruite est exposée en Italie, faute d’un lieu mémoriel aux Etats-Unis

La maison délabrée et écaillée de peinture où l’icône des droits civiques américaine Rosa Parks s’est réfugiée après son refus de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery en Alabama en 1955 le 1er décembre 1955,  est exposée en Italie dans une imposante cour centrale du Palais Royal de Naples. La maisonnette attend son retour sur les terres américaines, en vain.

«Almost Home» dans la cour du  Palais Royal de Naples

Après avoir sauvé la maison de sa «tante Rosa» , une petite maison de deux étages située à Détroit qui risquait une démolition en pleine crise financière de 2008,  Rhea McCauley, la nièce de Rosa Parks a fait don à un https://www.bbc.com/news/av/embed/p05ztf7j/43492073« >artiste américain qui l’a reconstruite.  La petite maison «Almost Home» a d’abord été exposée en Allemagne, et aujourd’hui elle est en Italie.

L’artiste Ryan Mendoza fait campagne depuis plus de cinq ans pour attirer l’attention sur la valeur historique de la maison, où Rosa Parks a vécu pendant une courte période après son acte de défi à Montgomery, Alabama. Dans une interview avant l’inauguration en Italie, Ryan Mendoza a déclaré qu’il espérait que cette exposition à Naples de «Almost Home» attirerait l’attention sur l’héritage de Rosa Parks et aiderait l’Amérique à «se souvenir d’une maison qu’elle  semble avoir oubliée».

Ryan Mendoza et Rhea McCauley (sa nièce)

La maison était abandonnée et devait être démolie après la crise financière de 2008 mais la nièce de la militante Rosa Parks, Rhea McCauley, l’a achetée à la ville de Détroit pour 500 dollars et en a fait don à Ryan Mendoza. Après des efforts infructueux pour persuader la ville de sauver le bâtiment, Ryan  Mendoza a eu l’idée, en 2016,  de la démonter, de la reconstruire et de l’exposer en Allemagne.

En 2018, l’Université Brown dans l’État de Rhode Island aux USA, espérait présenter la maison dans le cadre d’une exposition prévue sur le mouvement des droits civiques organisée par son Centre pour l’esclavage et la justice. Mais le projet n’a pas abouti.

Seule, la Fondation Morra Greco basée à Naples a donc accepté d’aider à organiser l’exposition avec le soutien du ministère italien de la Culture et du gouvernement régional de Campanie.  Selon la BBC, Ryan Mendoza se réjouit que la maison, «si fragile qu’on puisse presque la faire sauter», soit exposée dans la cour centrale d’un Palais Royal des Bourbons, où Rosa Parks n’aurait certainement jamais été accueillie.

Rosa Parks dans un bus en Alabama (reconstitution)

Rosa Louise McCauley est née à Tuskegee en Alabama, le 4 février 1913. Elle a déménagé avec ses parents, James et Leona McCauley, à Pine Level, Alabama, à l’âge de 2 ans pour résider avec la famille de Leona. Son frère, Sylvester, est né en 1915 et peu de temps avant que leurs parents ne se séparent.

Martin Luther King Jr. et Rosa Parks

Lorsque Rosa Parks a refusé de céder son siège d’autobus en 1955, ce n’était pas la première fois qu’elle affrontait le chauffeur James Blake. 12 ans plus tôt, Rosa Parks est montée dans son bus très bondé. Il faisait froid ce jour-là,  l’adolescente a payé son billet à l’avant, puis a refusé de respecter la règle pour que les Noirs débarquent et rentrent par la porte arrière. Elle a tenu bon jusqu’à ce que, en colère, James Blake tire sa manche de manteau, pour qu’elle s’exécute. Rosa Parks a quitté le bus plutôt que de céder.

La mère de Rosa Parks était enseignante. Rosa a déménagé à Montgomery, en Alabama, à l’âge de 11 ans et a fréquenté le lycée puis un Collège pour les nègres dans l’État de l’Alabama. Elle a abandonné ses classes à 16 ans, pour s’occuper de sa grand-mère mourante et, peu de temps après, de sa mère souffrant d’une maladie chronique. En 1932, à 19 ans, elle épousera Raymond Parks, un homme autodidacte de 10 ans son aîné qui travaillait comme coiffeur et était membre de l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur (NAACP). Il a soutenu Rosa dans ses efforts pour obtenir son diplôme d’études secondaires.

Deuxième arrestation en 1956

Rosa Parks était une militante des droits civiques bien avant son arrestation. Comme son époux, elle était un membre de la section de Montgomery de l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur (NAACP), qu’elle a rejoint en 1943. Au moment de son arrestation, Rosa Parks était secrétaire de la section locale de la NAACP. Son activisme politique s’est poursuivi pendant le boycott et le reste de sa vie.

Démontage de la petite maison à Détroit

À la mort de Rosa Parks à 92 ans, le 24 octobre 2005, elle a reçu un hommage généralement réservé aux hommes d’État et aux chefs militaires. Son corps a été transporté dans la rotonde du Capitole américain. Plus de 30 000 personnes sont passées devant son cercueil pour lui rendre hommage. En 2013, elle aurait eu 100 ans quand sa statue de bronze a été érigée au Capitole à Washington.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images et sources H/History – BBC News –