Film: «Judas and the Black Messiah» raconte l’infiltration au sein des Black Panthers du faux activiste William O’Neal

« Judas and the Black Messiah, le très attendu film dirigé par Shaka King avec Daniel Kaluuya et Lakeith Stanfield fera sa première mondiale au Festival du film de Sundance 2021. La directrice du festival, Tabitha Jackson s’est déclarée ravie  « d’accueillir cette œuvre puissante » dans le programme du Festival de cinéma, qui donne une large place aux films indépendants, y compris durant la pandémie.

Le Black Panther Party et le FBI

« Judas and the Black Messiah» ou ‘Juda et le Messie Noir’ raconte comment un Noir de Chicago a collaboré avec le FBI dans les années 1960 en se faisant passer pour un militant du BPP. En 1967, alors que le patron et fondateur du FBI, J. Edgar Hoover craint que le leader charismatique du Black Panther Party, Fred Hampton, ne devienne un Messie noir, William O’Neal, un informateur recruté par l’institution policière (le FBI),  s’infiltre dans l’organisation du Black Panther de l’Illinois. Les précieuses informations du faux activiste au service du renseignement américain,  conduiront à la mise à mort de Fred Hampton, le matin du jeudi 4 décembre 1969.

L’homme abattu, Fredrick Allen Hampton était un militant américain et un socialiste révolutionnaire. Il était le président de la section de l’Illinois du Black Panther Party (BPP) et vice-président du BPP national. Deux ans avant sa mort, Fred Hampton a été identifié par le Federal Bureau of Investigation (FBI) comme étant une menace radicale. En décembre 1969, Fred Hampton a été tué dans son lit lors d’un raid initié par le Federal Bureau of Investigation (FBI). Mark Clark également membre actif du Black Panther a été assassiné le même jour et plusieurs autres militants du BPP ont été grièvement blessés.

William O’ Neal, l’informateur

William O’Neal, l’indic du FBI, était un ancien petit criminel de Chicago (vol de voiture, torture, enlèvement, infraction). En échange de ses crimes, William O’Neal a accepté d’infiltrer les Black Panthers en tant qu’agent de contre-espionnage. L’implication de William O’Neal dans le raid a été révélée en 1973, et il a été transféré en Californie sous le pseudonyme de ‘William Hart’ via le programme fédéral de protection des témoins. Il est mort en 1990 dans un accident de la circulation.

La mort de l’activiste Fred Hampton

Le mercredi 3 décembre 1969, après avoir donné un cours d’éducation politique dans une église, William O’Neal, Fred  Hampton et plusieurs membres des Panthers se sont rendus à l’appartement d’Hampton. Vers minuit, ils ont mangé le dîner préparé par William O’Neal. L’indic avait glissé du secobarbitol (un somnifère) dans la boisson de Fred Hampton. William O’Neal est parti et à environ 1h30 du matin, le 4 décembre, le président du BPP de l’Illinois, s’est endormi en parlant à sa mère au téléphone. À 4 h 45, Mark Clark, assis dans la pièce avant de l’appartement avec un fusil de chasse sur ses genoux, a reçu une balle dans la poitrine et a été tué sur le coup. Les témoins ont entendu ‘deux tirs à courte portée à l’arrière de la tête de Hampton, qui l’ont tué’.

William O’Neal a vécu dans la peur qu’on découvre sa ‘trahison’.

Casting : Daniel Kaluuya, Lakeith Stanfield, Jesse Plemons, Dominique Fishback, Lil Rel Howery, Martin Sheen.

Réalisateur : Shaka King. Scénaristes : Will Berson, Shaka King. Producteurs : Ryan Coogler, Charles D. King, Shaka King.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images

Ali Alexander, Noir activiste d’extrême droite chef du groupe Pro-Trump «Stop the Steal»

Le conspiraciste et activiste d’extrême droite Ali Alexander est le chef d’un groupe de réélection pro-Trump appelé «Stop the Steal». L’homme a soutenu l’idée d’envahir le Capitole pour protester contre les résultats des élections après la défaite de Donald Trump le 7 novembre dernier. Depuis, Ali Alexander se cache des autorités, niant être responsable de quoi que ce soit, son groupe «Stop the Steal» a été supprimé sur Twitter.

Dans la vidéo aujourd’hui enlevée du site Twitter, il motivait ses troupes : «Nous allons les convaincre de ne pas certifier le vote du 6 janvier en faisant défiler des centaines de milliers, voire des millions de patriotes, pour qu’ils s’assoient à Washington DC et ferment cette ville, n’est-ce pas.»  

Après l’assaut de milliers de pro-Trump au Capitole et la mort de cinq américains, Ali Alexander s’absout de toute responsabilité : «Je n’ai rien incité» a-t-il déclaré dans une vidéo publiée vendredi sur Twitter : «Je n’ai rien fait.»

Ali Alexander, qui s’est décrit comme l’un des «initiateurs officiels» du rassemblement du 6 janvier à Washington serait un activiste d’extrême droite et un théoricien du complot, affirme la presse américaine qui a enquêtée sur le chef du groupe Stop the Steal. Ali Alexander serait donc un criminel reconnu coupable de vol de propriété en 2007 et d’abus de carte de crédit en 2008.

Ali Alexander est entré dans la clandestinité après les émeutes du 6 janvier dernier dans les bâtiments du Capitole.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Image Twitter

Le film sur la seule Reine d’Haïti Marie-Louise Christophe célèbre le 217éme anniversaire de l’Indépendance de l’île

« Marie-Louise Christophe une reine haïtienne en Grande-Bretagne » ce film réalisé en collaboration avec une chercheuse à l’Université du Lancashire central, Nicole Willson et la Chambre de commerce haïtienne en Grande-Bretagne a été diffusé le 1er janvier, le jour du 217ème anniversaire de l’indépendance d’Haïti. Ce docu-fiction part à la découverte de la Reine Marie-Louise qui après avoir vécu dans le faste et la gloire dans son Palais Sans-Souci, quitte Port-au-Prince avec ses filles, le 1er août 1821, à destination de Londres sous la protection de l’amiral anglais Sir Home Popham.

Marie-Louise Christophe était destinée à devenir reine. Vergniaud Leconte, le biographe de Marie-Louise rappelle cette histoire glorieuse et tragique pour le Roi Christophe, aimé un temps par ses sujets, allié de Toussaint Louverture, à l’image de Napoléon qu’il défie, cet ancien général devenu Henri 1er, roi d’Haïti, sera déchu de sa couronne royale avant de se donner la mort, le dimanche 8 octobre 1820.

Le samedi 1er août 1778 quand Marie-Louise Coidavid-Melgrin naît au Cap François sur l’habitation Bédiou, commune de Ouanaminthe d’une famille d’affranchis, Haïti et Saint-Domingue ne font qu’un, c’est la colonie de Saint-Domingue. Sa mère est Célestina Coidavid et son père Charles Melgrin Coidavid de la riche lignée Coidavid, était un publicain, il gérait une auberge très prisée par la noblesse de l’île, l’hôtel de la Couronne. La jeune Marie-Louise fréquente l’école et reçoit une éducation à la française. Comme les filles blanches, elle étudie avec ses professeurs particuliers, la musique et la peinture.

En 1792, elle est très jeune quand elle devient la maîtresse du général Christophe et un an plus tard, à  ses quinze ans Marie-louise épouse au Cap-Français, le général Christophe âgé de vingt-six ans.

Le mardi 26 mars 1811, après une messe suivie d’un banquet à Fort-Liberté, Christophe et Marie-Louise sont proclamés Roi et Reine d’Haïti par les officiers et soldats de l’armée. La Constitution royale reconnaîtra à Marie-Louise le titre de Reine d’Haïti, elle vient de succèder à l’Impératrice Marie-Claire Bonheur. Elle s’installe au Palais Sans-Souci, elle a sa cour, ses courtisanes, son secrétaire, son aumônier, ses chambellans, ses écuyers, ses pages et le gouverneur de ses pages. Marie-Louise est et sera la seule Reine d’Haïti.

Le couple royal s’établit dans l’immense château de Sans-Souci dont la construction coûtera près de quinze millions de dollars. La magnificence du château sera décuplée quand vers 1808 débute l’un des plus captivants attraits du magnifique Palais royal, le jardin de la Reine, appelée également Folies des dames. Le jardin botanique est entretenu avec des soins particuliers par les paysagistes et arboriculteurs du Roi qui, sous la direction du baron Thomas Béliard, le directeur des Eaux et Forêts, sera composé de fleurs, d’arbres fruitiers et d’essences les plus rares au milieu des vastes pelouses, des statues de marbre, des colonnes, des vasques et des fontaines. Une splendeur, une vie d’extravagance au milieu d’une population qui observe.

Le Roi Henri-Christophe et son épouse avaient le Cap François à leurs pieds, lui, l’ancien esclave, elle, Marie-Louise, une fille d’aubergiste mais de grande lignée.

Il n’y avait plus d’esclavage sur l’île. L’île de Saint Domingue, après ses sept années de guerre, était en paix et partageait une prospérité jamais connue auparavant, relèvent les historiens.

Déclaré roi, Henry-Christophe mis son gouvernement en marche. Le jeudi de chaque semaine, le roi tenait la cour, le matin pour les roturiers et le soir pour la noblesse. Le matin, il entendait les plaintes des planteurs, des ouvriers ou des soldats, et ‘rendait des jugements généralement justes, mais souvent sévères pour l’une ou l’autre des parties’.

Si cette étiquette de haut rang plaisait au Roi Henri 1er et à la Reine Marie-Louise, le monde entier se moquait de la noblesse paysanne du Roi. Avant d’être sacré Roi et Reine, le couple eu ensemble quatre enfants : le prince François-Ferdinand Christophe, le prince royal Victor-Henry Christophe et les deux princesses Améthiste et Athénaire.

Le pays du roi Henri 1er prospérait mais pas sa popularité. Les ambitions d’Henri-Christophe ont été une des raisons de sa chute. Il a construit des monuments fastueux, un Palais, une Citadelle et souhaitait faire plus pour moderniser son île : construire des routes pavées, des forts, des écoles. Une révolution éclate au sein du Royaume nous sommes en 1820. Le Roi impopulaire se suicidera le soir du 8 octobre 1820. Le Roi Christophe sera enseveli dans sa Citadelle non achevée.

La reine et ses deux princesses arrivent en Angleterre dans le même temps son fils Victor-Henry Christophe, le prince royal, est tué par les insurgés. La monarchie est abolie.

L’ancienne souveraine prend possession d’une luxueuse résidence à Pise, en Italie, où elle et ses deux filles, vécurent dans la plus grande discrétion. On reparlera de l’unique Reine d’Haïti dans les Mémoires d’Outre-tombe de François-René de Chateaubriand qui fera mention de la famille royale haïtienne dans sa principale oeuvre, publiée en 1850. Malgré toutes ses demandes, Marie-Louise Christophe n’a jamais pu revoir son île.

La Reine d’Haïti mourut en exil un soir de mars 1851, dans son château italien. Elle avait 73 ans. La Reine fut enterrée dans la petite chapelle du couvent des Capucins de Pise où, aujourd’hui encore, elle repose à côté de sa sœur Louisa et de ses deux filles, les princesses Améthyste et Athénaïs.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Pinterest – Capture d’images Cnews ACTUS

Ce policier est le «héros national du Capitol», les américains applaudissent Eugène Goodman, «il a certainement sauvé des vies»

Un membre de la police du Capitole des États-Unis est salué comme un héros national après avoir éloigné les partisans du président Donald Trump des chambres du Sénat américain lors de la prise du Capitole.

Le journaliste du Huffington Post, Igor Bobic, était au Capitole pendant l’insurrection incitée par Trump, et il a partagé de nombreuses photos et vidéos pour documenter les événements qui ont eu lieu ce jour-là. L’une des choses les plus alarmantes qu’il a publiées sur Twitter était une vidéo de l’officier Eugene Goodman, qui a tenté d’affronter la foule seule avant qu’elle n’atteigne la salle du Sénat.

Dans la vidéo qu’il a publiée, on voit le moment effrayant où les manifestants sont dans le bâtiment depuis le premier étage du Sénat et s’avance face au policier.

Le Washington Post rapporte que lors de la rencontre entre Goodman et la foule, d’autres membres de la police du Capitole «couraient autour de la chambre en essayant de verrouiller plus d’une douzaine de portes menant au sol de la chambre et aux galeries au-dessus. L’avancée de la foule a forcé Goodman à se retirer dans les escaliers, mais les images le montrent en train de crier «au deuxième étage» dans sa radio, alertant ses collègues que la foule se rapprochait du Sénat.

Goodman a pris une autre position contre la foule en haut des marches, où il s’est brièvement tourné vers sa gauche et a vu que l’entrée principale de la chambre n’était pas complètement sécurisée. Goodman a alors semblé inciter le chef de la foule, identifié comme étant Doug Jensen, à le suivre loin des portes du Sénat et dans une autre pièce où le renfort attendait Goodman.

Jensen a été arrêté quelques jours plus tard, de même que d’autres membres de la foule qui ont été identifiés et inculpés en lien avec l’émeute.

De nombreux observateurs politiques se sont rendus sur Twitter pour exprimer leur horreur de ce qui aurait pu être et pour applaudir Eugène Goodman pour avoir contrôlé la situation.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Images Twitter @Igor Bobic

Racisme : Un commissaire de police suspendu par G. Darmanin pour sa carte de voeux à «connotation raciste»

« Ce dessin a choqué beaucoup de monde pour sa connotation raciste », c’est le commentaire du ministre de L’Intérieur Gérald Darmanin, à propos d’une carte de voeux litigieuse qui crée une nouvelle polémique dans la police française.

Pour le nouvel an, un commissaire de police en poste à Plaisir dans les Yvelines a trouvé plaisant, pour souhaiter à ses proches collègues une belle année 2021, l’envoi d’une carte de voeux (en réalité un dessin) où un policier près de sa voiture s’adresse à un Noir, lui disant : « Rapprochez-vous un peu. Mon taser recharge sur l’allume-cigare. Le commissaire (…) et les policiers de la circonscription de sécurité publique vous souhaite une bonne année 2021 ».

Le ministre Gérald Darmanin a aussitôt saisi la Police nationale, suspendant le commissaire mis en cause, à titre conservatoire.

En interne, rapporte le quotidien en ligne Le Dauphiné, la carte de voeux aurait provoqué un tollé au sein du commissariat de Plaisir. Des fonctionnaires choqués d’être associés à cette carte sont dans « l’incompréhension. Ça jette le discrédit sur l’ensemble du commissariat » explique au magazine, une source syndicale.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram  – Image Twitter