Lloyd Austin est à la tête du Pentagone, la pandémie, la Chine, les racistes et les extrémistes, ses dossiers prioritaires

Historique ! Avec une écrasante majorité de 93 voix contre 2 sur les 100 sièges de la chambre haute du congrès américain, Lloyd Austin devient le premier Afro-Américain à la tête du Pentagone. Choisi par Joe Biden et confirmé mardi 10 janvier par le Sénat américain, le général à la retraite a promis de débarrasser l’armée américaine «des racistes et des extrémistes» de s’attaquer à la pandémie du coronavirus qui a tuée plus de 400 000 américains et préciser la Chine comme une menace pour les Etats-Unis.

L’ancien commandant des États-Unis des forces militaires au Moyen-Orient et en Asie du Sud a déclaré devant les membres du Sénat que sa première priorité serait de s’assurer que toutes les ressources militaires soient mobilisées contre la pandémie du coronavirus : « Le plus grand défi pour notre pays en ce moment … est la pandémie » a indiqué le nouveau secrétaire à la défense des Etats-Unis.

Après que les responsables de la défense américaine ont annoncé que 12 soldats de la Garde nationale initialement affectés à la sécurité pour l’inauguration de Biden mercredi avaient été écartés en raison de liens extrémistes, Lloyd Austin s’est exprimé promettant d’affronter ce qu’il nomme l’ennemi de l’intérieur.

Lors d’une audition du Comité sénatorial des forces armées, il a promis «de débarrasser (de) rangs (de l’armée) les racistes et les extrémistes, et de créer un climat dans lequel tout le monde apte et désireux a la possibilité de servir ce pays avec dignité. La sûreté et la sécurité de notre démocratie exigent un contrôle civil compétent de nos forces armées. J’ai passé toute ma vie à m’y consacrer» a ajouté l’ancien commandant central.

Lloyd Austin a souligné l’importance des alliances militaires pour son pays, affirmant que l’un de ses premiers voyages consisterait à visiter le Japon, la Corée du Sud et l’Australie. Quant à la Chine, le concurrent le plus inquiétant qui intensifie sa concurrence pour devenir la « puissance dominante », le secrétaire à la Défense prend acte et annonce que le pays commencera « à contrôler leur agression ».

La Russie, longtemps considérée comme le principal adversaire de Washington  reste une préoccupation, note Lloyd Austin, mais pas de la même manière que Pékin.

L’ancien général quatre étoiles est le premier Afro-Américain à occuper le poste de secrétaire à la Défense.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Inspired Traveler – Newnationnow – News Yahoo –

 

 

 

 

Amanda Gorman : L’intégralité de son poème «La colline que nous escaladons» qu’elle adresse au monde entier

Amanda Gorman est devenue la plus jeune poète à se produire lors d’une investiture présidentielle américaine. En s’adressant aux dignitaires présents à Washington DC et en appelant à «l’unité et à la solidarité» son poème lu en cinq minutes et quarante trois secondes  «The Hill We Climb» a ému son auditoire au delà du continent Nord Américain.

«La colline que nous escaladons d’Amanda Gorman» 

 

«Quand le jour vient, nous nous demandons, où pouvons-nous trouver la lumière dans cette obscurité qui n’en finit pas?

(…)

Nous avons bravé le ventre de la bête.

Nous avons appris que le calme n’est pas toujours la paix.

Et les normes et les notions de ce qui est juste n’est pas toujours justice.

Et pourtant, l’aube est à nous avant que nous ne le sachions.

D’une manière ou d’une autre, nous le faisons. D’une manière ou d’une autre, nous avons survécu et été témoin d’une nation qui n’est pas brisée, mais simplement inachevée.

Nous, successeurs d’un pays et d’une époque où une fille noire maigre descendant d’esclaves et élevée par une mère célibataire, pouvons rêver de devenir présidente pour se retrouver à réciter seule devant vous.

Et oui, nous sommes loin d’être polis, loin d’être parfaits, mais cela ne veut pas dire que nous ne nous efforçons pas de former une union parfaite.

Nous nous efforçons de forger notre union avec un but.

Pour composer un pays engagé à toutes les cultures, couleurs, caractères et conditions de l’homme.

Et ainsi nous levons nos regards non pas sur ce qui se tient entre nous, mais sur ce qui se tient devant nous.

Nous comblons le fossé parce que nous savons que pour donner la priorité à notre avenir, nous devons d’abord mettre nos différences de côté.

Nous déposons nos armes afin de pouvoir tendre nos bras les uns aux autres.

Nous ne cherchons le mal à personne et l’harmonie pour tous.

Que le globe (…) dise que c’est vrai.

Même en pleurant, nous avons grandi.

Même si nous souffrons, nous l’espérons.

Même si nous sommes fatigués, nous avons essayé.

Non pas parce que nous ne connaîtrons plus jamais la défaite, mais parce que nous ne sèmerons plus jamais la division.

L’Écriture nous dit d’envisager que chacun s’assiera sous sa propre vigne et son figuier et que personne ne leur fera peur.

Si nous voulons vivre à la hauteur de notre temps, alors la victoire ne sera pas dans la lame, mais dans tous les ponts que nous avons construits.

Telle est la promesse de la clairière, la colline que nous gravissons si seulement nous osons.

C’est parce qu’être américain est plus qu’une fierté dont nous héritons. C’est le passé dans lequel nous entrons et comment nous le réparons.

Nous avons vu une force qui briserait notre nation plutôt que de la partager. Cela détruirait notre pays si cela signifiait retarder la démocratie. Et cet effort a failli réussir.

Mais si la démocratie peut être périodiquement retardée, elle ne peut jamais être vaincue définitivement.

Dans cette vérité, dans cette foi, nous avons confiance car tant que nous avons les yeux sur l’avenir, l’histoire a les yeux sur nous.

C’est l’ère de la juste rédemption. Nous le craignions dès sa création.

Nous ne nous sentions pas prêts à être les héritiers d’une heure aussi terrifiante.

Mais en son sein, nous avons trouvé le pouvoir d’écrire un nouveau chapitre, de nous offrir de l’espoir et du rire, alors qu’une fois que nous nous sommes demandés, comment pourrions-nous éventuellement vaincre la catastrophe?

Maintenant, nous affirmons, comment la catastrophe pourrait-elle l’emporter sur nous?

Nous ne retournerons pas à ce qui était, mais nous nous dirigerons vers ce qui sera, un pays meurtri, mais entier, bienveillant, mais audacieux, féroce et libre.

Nous ne serons pas retournés ou interrompus par l’intimidation parce que nous savons que notre inaction et notre inertie seront l’héritage de la prochaine génération.

Nos erreurs deviennent leurs fardeaux, mais une chose est certaine.

Si nous fusionnons la miséricorde avec la force et la force avec le droit, alors l’amour devient notre héritage et change le droit d’aînesse de nos enfants.

Laissons donc derrière nous un pays meilleur que celui qui nous reste.

À chaque souffle de ma poitrine martelée de bronze nous élèverons ce monde blessé en un monde merveilleux.

Nous nous élèverons des collines dorées de l’Ouest.

Nous sortirons du nord-est balayé par le vent où nos ancêtres ont réalisé la première révolution.

Nous sortirons des villes bordées de lacs des États du Midwest.

Nous nous lèverons du sud ensoleillé.

Nous reconstruirons, nous réconcilierons et nous rétablirons dans chaque recoin connu de notre nation, dans chaque coin appelé notre pays, notre peuple diversifié et beau en ressortira battu et beau.

Le jour venu, nous sortons de l’ombre enflammée et sans peur. La nouvelle aube fleurit alors que nous la libérons. Car il y a toujours de la lumière.

Si seulement nous sommes assez courageux pour le voir. Si seulement nous sommes assez courageux pour l’être. »

(Amanda Gorman)

L’ancienne Première Dame Michelle Obama a relevé les «mots forts et poignants» de la jeune poétesse  : «Continuez à briller, Amanda!» a ajouté l’ex-First Lady.

Amanda Gorman née à Los Angeles en 1998, avait un trouble de la parole dans son enfance ce qui ne l’a pas empêché de remporter le concours de la Poète Jeunesse 2017 de Los Angeles à 16 ans. Trois ans plus tard, alors qu’elle étudie la sociologie à Harvard, elle devient lauréate nationale de la poète jeunesse (National Youth Poet). En 2015, elle publie son premier livre, The One for Whom Food Is Not Enough. La californienne promet un livre d’images, Change Sings, dans le courant de cette année, assure -t-elle à ses fidèles lecteurs.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy
Abonnement Facebook Cnews ACTUS – Page
Images Business Insider – BBC News – Capture d’écran

Racisme et sexisme contre Serena Williams : «son âge, son poids» la défavorisent, ulcéré son mari répond

Alexis Ohanian, le mari de Serena Williams a qualifié Ion Tiriac de raciste et sexiste après que l’ancien joueur de tennis a suggéré qu’elle devrait prendre sa retraite «en raison de son âge et de son poids». L’ancien joueur de tennis professionnel et star du hockey, qui a acquis une immense fortune, a publiquement méprisé Serena Williams à la télévision roumaine lors d’une récente interview.

Serena Williams et Ion Tiriac

En septembre dernier, Serena Williams s’était retirée de Roland-Garros en raison d’une blessure au talon d’Achille mais la championne de tennis n’a jamais évoqué son départ des compétitions. Avec un palmarès élogieux, la soeur de Venus Williams reste encore une valeur sûre dans ce sport élitiste. À 39 ans, Serena Williams compte 73 titres en simple, dont 23 du Grand Chelem quand Ion Tiriac, 81 ans, n’en compte qu’un seul en simple et 22 en double dont l’Open de France de 1970, qu’il a remporté avec sa compatriote, Ilie Năstase. Devenu propriétaire de l’Open de Madrid, l’ancien joueur de tennis qui s’est classé au 8e rang mondial estime que la joueuse  devrait arrêter de concourir professionnellement et il explique pourquoi. «À cet âge et au poids qu’elle pèse maintenant, elle ne bouge pas aussi facilement qu’il le faisait il y a 15 ans», aurait déclaré Ion Tiriac. «Serena était une joueuse sensationnelle. Si elle avait un peu de décence, elle prendrait sa retraite» a poursuivi le milliardaire.

Des attaques qui ont commencées bien plus tôt. En 2018, Serena Williams avait qualifié Ion Tiriac «d’ignorant» quand il critiquait son poids, dans Sport Bild, une publication allemande. Mais cette fois, sur les réseaux sociaux, Alexis Ohanian, le mari de Serena Williams a défendu son épouse. Tout en en ridiculisant Ion Tiriac, l’entrepreneur en technologie de 37 ans a accusé l’ancien joueur d’être une personne «raciste et sexiste».

Depuis son accouchement en 2017, Serena Williams a remporté un seul titre (en janvier 2020) mais la sportive est restée compétitive et a atteint les demi-finales de l’US Open.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS. Twitter Instagram – Images YahooSportUK – Newswep – DailyMail

 

Naomi Osaka est nommée athlète féminine de l’année 2020 par l’Associated Press

Brillante sur les courts de tennis et femme activiste, Naomi Osaka est désignée sportive de l’année 2020.

Titulaire à l’US Open d’un troisième titre du Grand Chelem, Naomi Osaka s’est également démarquée pour avoir dénoncé l’injustice raciale et la brutalité policière aux Etats-Unis. Dans une interview par e.mail elle expliquait l’insupportable idée de ne rien faire face à ces discriminations :

«C’était difficile d’être isolé de ma famille pendant une grande partie de l’année, mais ce n’est rien comparé aux autres. C’était triste de regarder et de lire les nouvelles des personnes souffrant du COVID-19, et l’effet économique et social sur tant de personnes (perte d’emplois, santé mentale). Ce fut une année si difficile pour tant de gens », a écrit Naomi Osaka dans cette interview.

«Et puis regarder les injustices de la police comme George Floyd, Breonna Taylor et Jacob Blake (pour n’en nommer que quelques-uns) cet été m’a brisée le cœur. Je suis fière de ma victoire aux Internationaux des États-Unis, mais plus encore parce que j’incite les gens à parler des vrais problèmes.»

C’est lors d’un tournoi à New York que Naomi Osaka, dont le père est haïtien et la mère est japonaise, a déclaré qu’elle ne jouerait pas sa demi-finale, rejoignant des athlètes de la NBA en protestation contre la fusillade de Jacob Blake par la police.

Autant pour son activisme loin du court de tennis que pour ses succès sportifs, Naomi Osaka a été sélectionnée par l’Associated Press (AP) comme l’athlète féminine de l’année. Les résultats ont été révélés dimanche après un vote des rédacteurs sportifs membres de l’AP et des écrivains de l’AP.

Lors de l’US Open, Naomi Osaka a attiré l’attention sur les victimes noires de violence. Pour ses matches, la sportive arborait des masques portant les noms de Floyd, Taylor, Tamir Rice, Elijah McClain, Trayvon Martin, Ahmaud Arbery et Philando Castile.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Twitter NO

Police : Une journaliste et 3 militants arrêtés et inculpés de violence sur des Forces de l’Ordre lors des manifs Black Lives Matter

«Les arrestations d’aujourd’hui envoient un message selon lequel la violence visant les forces de l’ordre ne sera pas tolérée» a déclaré le procureur américain Cody Hiland rapporte la chaîne digitale FOX 16 de Little Rock. «Entrer par effraction dans une enceinte de police et bombarder un véhicule de police avec un engin explosif artisanal n’est clairement pas une manifestation pacifique.»

Cody Hiland, procureur

Renea Baek Goddard, une journaliste d’extrême gauche travaillant dans l’Arkansas et trois autres suspects ont été officiellement inculpés la semaine dernière pour des incendies de véhicules de police lors des manifestations de Black Lives Matter au cours de l’été, selon le Post-Millennial.

La journaliste de 22 ans, aurait lancé des cocktails Molotov vers les véhicules du service de police de Little Rock le 25 août au cours d’une manifestation. Les quatre suspects ont été arrêtés à la suite d’une enquête de plusieurs mois menée par le Bureau fédéral des armes à feu et des explosifs, indique un communiqué de presse du 17 décembre du bureau du procureur des États-Unis de l’Arkansas.

Renea Baek Goddard

La journaliste mise en cause a travaillé pour KUAR Public Radio à Little Rock, a contribué au média LGBTQ Autostraddle et fait des piges pour Arkansas Public Media après avoir fréquenté l’Université de l’Arkansas à Little Rock, indique la presse américaine.

Les trois autres suspects inculpés, Brittany Jeffrey, Aline Espinosa-Villegas et Emily Nowlin sont également liés à de l’activisme d’extrême gauche, est-il précisé dans le communiqué.

Brittany Dawn Jeffrey, 31 ans, est accusée d’avoir autorisé des militants à utiliser sa maison pour assembler des appareils incendiaires et a diffusé en direct son arrestation sur Facebook le 17 décembre, selon le Post-Millennial. Se faisant appeler «your local blactivist», Brittany Dawn Jeffrey a mené une série de manifestations de style Black Lives Matter après la mort de George Floyd, y compris des rassemblements. Elle a été arrêtée à plusieurs reprises, précise le site d’informations PM.

Le 28 août, un véhicule de la police de l’État de l’Arkansas a été vandalisé et brûlé alors qu’il était stocké dans un parking du quartier général de la police à Little Rock. Un autre véhicule a été incendié et plusieurs autres voitures ont subi de nombreux vandalismes. Les enquêteurs ont trouvé un cocktail Molotov détoné créé à partir d’une bouteille de brandy.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Source Foxnews 16

 

Le ranch Neverland de Michael Jackson est vendu, un milliardaire remporte la mise

L’homme d’affaires milliardaire Ron Burkle (actionnaire majoritaire de Soho House) est le nouveau propriétaire du ranch Neverland de Michael Jackson en Californie de 2700 acres ( 1092.65 hectares) à Los Olivos, près de Santa Barbara.

Le Wall Street Journal rapporte que la propriété a été vendue pour 22 millions de dollars à Ron Burkle, un associé de la regrettée pop star et cofondateur de la société d’investissement Yucaipa Companies. Initialement, en 2016,  le prix demandé de la propriété était de 100 millions de dollars.

En plus d’une résidence principale et d’un pool house, la propriété dispose d’un bâtiment séparé avec une salle de cinéma de 50 places et un studio de danse. Les autres caractéristiques du ranch sont une gare de «style Disney», une caserne de pompiers et une grange.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Images FoxKtvU

Mode : Angela Davis et le designer John Dean lancent une collection capsule «Heroes Of Blackness», un collector pour les chanceux

La marque de vêtement «Renowned Los Angeles» a créé une collection capsule de deux pièces, qui complète la ligne «Heroes Of Blackness» de la marque. Une partie des bénéfices ira aux organisations Underground Grit et Dream Defenders.

A la mort de l’Afro-Américain George Floyd le mouvement Black Lives Matter est monté en puissance et le monde se sensibilisait un peu plus aux revendications des communautés noires dans le monde. Plus particulièrement les marques dans la mode, dans les cosmétiques et dans l’habillement mais six mois plus tard, le designer John Dean (connu pour son Label Renowned L.A.), constate que les questions sur la diversité se sont tues. D’où l’idée pour le créateur et entrepreneur américain de célébrer les Héros Noirs, les symboles des luttes des Noirs américains du Civil Rights Movement au Black Lives Matter.

Pour ce faire, John Dean a lancé la ligne de vêtements ethniques «Heroes of Blackness». Angela Davis, l’icône de la lutte pour une réforme sociétale aux USA, grande figure du combat d’émancipation, du combat féministe, du combat pour l’égalité, est partenaire de cette opération caritative.

Angela Davis, professeur émérite à l’Université de Californie à Santa Cruz, ancienne Black Panther et militante des droits civiques a donc lancé sa première collaboration de mode, en travaillant avec le label L.A. sur cette collection «Heroes of Blackness» qui présente son image sur des T-shirts et des sweats à capuche. La conception du collage comporte des images vintage d’Angela Davis collées à des phrases telles que «puissance noire» et «organiser, unifier, reconstruire».

Selon le designer, John Dean, Angela Davis est une source d’inspiration non seulement en tant militante mais en tant qu’icône de la mode. «Je pense que sa silhouette est la plus puissante», a -t-il indiqué aux médias américains. «Si je pense à la silhouette d’une femme à l’afro, je pense tout de suite à Angela Davis. C’est presque comme si elle était un logo à ce stade. Elle est l’archétype pour moi.» a ajouté le leader de la marque L.A.

Angela Davis X Renown comprend un t-shirt noir unisexe (26 £) et un sweat à capuche noir (56 £) présentant des œuvres d’artistes noirs indépendants.

Sur la capuche du sweat cette phrase :  «Nous ne demandons plus rien» qu’explique John Dean The Guardian : «Les Noirs doivent recevoir ce qu’ils méritent, à savoir l’égalité, la justice et le pouvoir».

«Travailler avec le Dr Angela Davis a été surréaliste. Elle a consacré sa vie à la libération des Noirs. Cette collection sera un morceau d’histoire pour elle et tous ceux qui se sont opposés à l’oppression. Il est juste que je continue son héritage», a déclaré John Dean sur Instagram.

Les précommandes de cette collection capsule sont disponibles en ligne, la série est donc en édition limitée.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Twitter

Un collégien expulsé, sa mère exigeait le retrait d’un ouvrage peu flatteur sur le passé des Noirs américains

Faith Fox, avocate afro-américaine et mère célibataire a raconté dans une interview au New York Times comment son fils, Jamel Van Rensalier, a été expulsé de son établissement suites à ses remarques sur l’étude théâtrale du livre primé «Fences». Son fils a été renvoyé après que l’affaire ait pris une  tournure inattendue dans ce cours d’anglais du Lycée d’élite, la Providence Day School à Charlotte en Caroline du Nord.

Eboueur gouailleur et râleur dans le Pittsburgh encore très ségrégué des années 1950, Troy dans «Fences» rend la vie impossible à son fils, à son frère et à son épouse. L’homme a accumulé au cours de son existence des frustrations raciales, sociales ou sexuelles. L’oeuvre d’August Wilson de son vrai nom Frederick August Kittel, écrite en 1983, débute avec un flot d’insultes racistes et l’avocate, Faith Fox s’inquiètait de l’image négative véhiculée par cette famille afro-américaine, citée dans le livre.

 

Lorsque la mère de l’élève de troisième du collège apprend en novembre  que la classe d’anglais de son fils allait étudier «Fences» d’August Wilson, elle s’est plainte aux responsables de l’établissement. La mère de famille estimait que le texte ne devait pas être lu dans une classe majoritairement composée d’enfants blancs.

L’ouvrage adapté dans un film mettant en vedette Denzel Washington en 2016, décrit l’histoire bouleversante de cette famille noire qui lutte pour réaliser ses rêves. Troy, héros du livre reporte sur ses fils les malheurs et les discriminations dont il a été victime. Il ne digère pas la non-reconnaissance de sa valeur au baseball, car pour lui sa carrière a été gâchée à cause de sa couleur de peau. «Fences» a remporté le prestigieux prix Pulitzer en 1987. 

 

Faith Fox a déclaré dans une interview  que le texte favoriserait des stéréotypes sur les familles noires.

Après une série de courriels et une rencontre avec la mère de l’élève, le collège a proposé un autre ouvrage à Jamel Van Rensalier. Les familles de quatre autres élèves ont manifesté également leur désaccord en s’associant à un groupe Facebook de parents. Le désaccord s’est intensifié quand les responsables du collège ont qualifié d’attaque personnelle des échanges contre un membre professoral.

Le lendemain de Thanksgiving, Jamel Van Rensalier, 14 ans était renvoyé.

Ce qui était censé être une leçon littéraire sur la diversité et l’inclusion avait en quelque sorte coûté sa place à un jeune Noir de 14 ans  dans un lycée privé d’élite. «Ce n’était pas quelque chose que je pensais approprié pour une salle remplie d’élites et d’enfants blancs aisés», a déclaré Faith Fox la mère de Jamel Van Rensalier.

L’adolescent a avoué à sa mère qu’il avait finalement compris «pourquoi le mouvement Black Lives Matter est si important et ne concerne pas seulement George Floyd et toutes ces personnes mourant dans les rues, mais cela a aussi à voir avec la façon dont nous sommes traités partout ailleurs.» a reconnu Jamel.

Après l’expulsion,  un lettre «des membres du corps professoral noirs concernés» a été envoyée aux parents des quatre autres étudiants qui s’étaient plaints, faisant valoir les mérites littéraires de «Fences». Selon les professeurs, les grands écrivains afro-américains ne créent pas des personnages noirs parfaits lorsqu’ils essaient de montrer «l’héritage préjudiciable du racisme». Une opinion partagée par de nombreux critiques et universitaires qui rappellent que «Fences» est largement enseigné au collège et au lycée, mais, quand bien-même, ils exhortent à le faire avec prudence. Sandra G. Shannon, professeur de littérature afro-américaine à l’Université Howard et fondatrice de la August Wilson Society, a déclaré que les établissements scolaires ne devraient pas se dérober aux «dures réalités du passé».

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Capture de Woctv.com by Cnews ACTUS

 

Arrêté 20 ans plus tard pour le meurtre de son ex-petite amie retrouvée dans une valise lestée de poids d’haltérophilie

Elle était actrice et avait 26 ans, elle vivait à Miami. En 2001, comme figurante, Rebeca Pena terminait le biopic de Muhammed Ali avec Will Smith. Son corps a été découvert par des plaisanciers dans la baie de Biscayne, le soir du 16 avril 2001. Il y avait des poids d’haltérophilie à l’intérieur de la valise qui étaient destinées à la maintenir lestée. «Chaque survivant attend le jour où le meurtrier de son être cher sera traduit en justice. Pour la famille Pena, nous pensons que ce jour est enfin arrivé », a déclaré mardi, la procureure Katherine Fernandez Rundle, lors de l’arrestation du meurtrier.

Le bureau du procureur de l’État de Miami-Dade a annoncé avoir inculpé Berkley Curtis Jr., 46 ans, de meurtre au deuxième degré pour la mort de l’actrice Rebeca Pena avec laquelle il avait un enfant.

Katherine Fernandez Rundle, la procureure 

Rebeca Pena, 26 ans, a été vue pour la dernière fois en train de quitter le tournage d’un film dans sa Honda Civic blanche vers 2 h 15 le 10 avril 2001, selon le Daily News.  Sa voiture a été retrouvée plus tard près de son appartement à Miramar. À l’époque, la jeune femme s’était plainte que son ex-petit ami la «traquait». Rebecca Pena avait déposé une ordonnance de protection contre son ex dans le comté de Broward. En 1998, selon Rafael Pena, son père, Berkley Curtis Jr avait déjà tenté de la tuer par strangulation avant une salutaire intervention policière.

NBC Miami affirme que les autorités ont découvert plus tard le même type de poids trouvé dans la valise au domicile du père de Curtis. Berkley Curtis Jr n’a pas été arrêté car sa nouvelle petite amie lui avait fourni un alibi, attestant qu’ils s’étaient tous les deux couchés tôt le soir de la disparition de Rebecca Pena.

Depuis cette dernière s’est rétractée, admettant qu’ils n’étaient pas ensemble toute la nuit. «Je tiens à féliciter le service de police de Miami-Dade pour son travail acharné et son engagement à traduire en justice le meurtrier de Rebeca Pena.» a déclaré la procureure Katherine Fernandez Rundle.

La police n’a pas dit ce qui a exactement conduit à la récente arrestation de Berkley Curtis Jr, mais évoqué une nouvelle technologie les ayant permis de reprendre le cold case. Une affaire qui aurait été résolue bien plus tôt s’il existait comme aujourd’hui le système du GPS.

Rafael Pena, le père de Rebeca Pena

«Avec cette nouvelle de l’arrestation de cet homme, la douleur sera moindre parce que justice a été rendue», a indiqué le père de Rebeca Pena «Mais le vide est toujours là et ne disparaîtra pas». Désespéré, il a tenu a livré ce message pour conclure : «Chaque jour, nous ne la voyons pas ici, nous pleurons un peu. Mais nous sommes satisfaits de la vie que nous lui avons donnée. Je le dis à tout le monde, profitez de la vie avec vos enfants et pardonnez-leur, car vous ne savez pas ce qui peut arriver un jour»

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef du site CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Image

Gianna la fille de George Floyd a eu une fête d’anniversaire surprise, offerte par le rappeur Lil Baby

Mercredi, jour des enfants, c’était également hier l’anniversaire d’une petite fille devenue célèbre malgré elle, Gianna Floyd, née un 16 décembre.

Gianna Floyd et Roxie Washington

À six ans, le monde entier la découvrait et son nom était cité dans toute la presse internationale. Gianna Floyd perdait son père un lundi 25 mai 2020, après une arrestation policière violente et brutale. Coincé sous le genou d’un policier du Minnesota, Dereck Chauvin, qui suppliait de le laisser respirer mourrait, asphyxié à 46 ans. La vidéo de la jeune Darnella Frazier aura fait le tour du monde et soulevé des protestations soutenus par le mouvement Black Lives Matter.

Lil Baby, Gianna Floyd et Roxie Washington

Aujourd’hui, 7 mois plus tard, grâce à l’appui et aux soutiens de personnalités comme Barbra Streisand, la petite fille tente d’aller de l’avant avec l’aide de sa mère et de ses proches. Et c’est un nouvel événement qui lui donnera un peu plus d’assurance et de baume au cœur. Le site TMZ révèle que pour ses 7 ans, l’artiste Lil Baby, de son vrai nom Dominique Jones lui a fait une surprise pour son anniversaire. Une fête que la petite Gianna n’oubliera pas de sitôt, précise sa maman Roxie Washington.

Lil Baby a tout réglé pour que cette fête soit unique, indique TMZ. Le rappeur a partagé certaines des images de la fête sur sa story Instagram, qu’il a sous-titrée : «RIP George Floyd de « The Bigger Picture », une référence à sa chanson sur la brutalité policière, inspirée entre autres par le meurtre de George Floyd. Shaquille O’Neal est également venue saluer Gianna Floyd.

Cinq officiers, Derek Chauvin, Tou Thao, Thomas Lane et J. Alexander Kueng, ont été inculpés de la mort de George Floyd. Derek Chauvin, le principal accusé du meurtre comparaîtra pour crime au deuxième degré tandis que les autres officiers ont été accusés de complicité. Tous les policiers sont libérés sous caution et seront jugés ensemble.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef du site CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Image HotNewHipHop – Capture d’écran Cnews ACTUS