La martiniquaise Stéfi Celma, star montante, joue dans «Champagne»

Elle fait partie des actrices françaises de la nouvelle vague. Stéfi Celma est classée dans le top 50 des actrices les plus populaires. La comédienne a montré ses prédispositions pour le spectacle vivant dès le berceau. Elle l’avoue dans le magazine Marie-Claire «Au fond, c’est Jacques Martin qui m’a mis cette idée dans la tête !». Enfant, elle supplie sa maman de l’inscrire dans le show dominical de la belle époque de la télévision et tétanise l’assistance. Du haut de se ciq ans, Stéfi reprend un tube de «Pleure pas Boulou» de Pierre Bachelet et assure à Jacques Martin, qu’elle sera coiffeuse plus tard.

Quelques années passent, la jeune femme est une des stars montantes du cinéma.

De mannequin à actrice

«Jean, Patrick, Joanna, Romane et Guillaume se connaissent maintenant depuis plus de 30 ans. Leurs mariages et leurs enfants n’ont pas réussi à les éloigner et justement, ce week-end, la bande de cinquantenaires se retrouve en Champagne pour l’enterrement de vie de garçon de Patrick, le dernier célibataire de la bande. Mais la future épouse, arrivée à l’improviste, ne semble pas faire l’unanimité. Fous rires, engueulades, réconciliations et les tensions rejaillissent, car, annonce la production, en amitié, tout le monde trinque ! »

C’est ainsi que se résume le nouveau film du réalisateur Nicolas Vanier dans lequel Stéfi Celma campe le rôle d’Irina aux côtés d’Elsa Zylberstein et de Sylvie Testud. L’occasion de remettre les projecteurs sur une actrice qui débute sa carrière sur les planches. Elle sera tour à tour, comédienne, chanteuse et danseuse, avant de s’orienter vers la fiction sur petit écran. Elle multiplie ses apparitions dans des séries télévisées dès 2009. On la voit dans Seconde chance puis dans Joséphine, ange gardien et Boulevard du palais, deux séries à succès diffusées sur TF1 et France 2. Dans Case départ (2010) au 1.8 million d’entrées, elle est Rosalie. Un succès qu’elle doit en partie à deux trublions du Jamel Comedy Club, Fabrice Eboué et Thomas Ngijol.

Le film sort en salle le 8 juin.

 «Balle perdue» (Netflix)

 

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook @Blacknews page – Image Production