Démissions en cascade au Créfom, Patrick Karam, la cible

Cette élection présidentielle restera gravée dans les mémoires tant elle a brouillé les pistes. A Paris, la communauté antillaise a été largement sollicitée pour maintenir la candidature de Valérie Pécresse aux Régionales jusqu’à la propulser en tête des primaire pour la Présidentielle 2022. La candidate Les Républicains a su mobiliser les associations ultramarines voire même a réussi a convaincre des dirigeants comme celui du Créfom entre autres à lui accorder son suffrage.

14/12/17-Chanté Nwel-Valérie Pécresse & Patrick Karam (Photo/Dorothée Audibert-Champenois)

Mais les alliances n’ont pas suffi à la faire passer le 1er tour du vote pour l’élection suprême. Et c’est vraiment loin du podium que la Présidente du Conseil Régional a chuté. Dans sa folie, elle emporte dans le même temps, crispation et colère jusqu’au sein du Conseil représentatif des français d’outremer. Dans l’ombre de la candidate malheureuse se dessine son vice-Président, d’origine guadeloupéenne, Patrick Karam. Ancien président du Créfom, s’il n’est pas le bras droit de sa favorite Valérie Pécresse, il reste celui le plus proche, près à tout construire autour de la dite brillante parisienne. « Patrick Karam, pèse sur le Créfom mais ne nous aide pas », « Mal vu par les hommes politiques de la Droite, Patrick Karam est un homme clivant et détestable. » Le conseiller régional est dans la cible de personnalités LR mais également de nombreux délégués du Créfom qui expliquent leur départ spontané par l’omniprésence du guadeloupéen dans le fonctionnement de l’association. Si certains présidents continuent à lui marquer leur soutien, d’autres manifestent violemment leur opposition contre l’ancien porte-parole de Valérie Pécresse. En listant des procédés peu louables dans la distribution de cartes d’adhésion à Pécresse, en dénonçant les fausses raisons électoralistes évoquées au moment de son retrait de la campagne LR, une de ses compatriotes et collègue du Conseil régional a ouvert une plainte en diffamation.

\"\"

14/12/17 - Cantiques de Noël antillais - Photo Dorothée Audibert-Champenois

« La France n’a commis aucun crime contre l’humanité »

Pourtant, nommé par Valérie Pécresse pour rédiger un programme sur l’avenir des Outremer durant la période électorale, le programme a semblé absent du QG de campagne. Et, s’exaspère une déléguée démissionnaire : « La vidéo du Président du Créfom appelant à voter Pécresse au régional, était déjà insupportable. » Le discours du Zénith, a été la goutte d’eau ajoute-t-elle : « La France n’a commis aucun crime contre l’humanité » s’est pourfendue la favorite des LR. Une phrase incompréhensible, sans que le responsable du Créfom réagisse : « C’est comme s’il avait validé les propos de Valérie Pécresse puisqu’il n’a pas rien fait. » S’ils attestent qu’il ne s’agit pas de « complotisme », ils sont persuadés que le président d’honneur du Créfom dicte ses volontés à l’actuel Président. Autre raison du mécontentement, la structure associative ne bénéficie d’aucune subvention, seuls 10 adhérents sont inscrits à ce jour. Si les déléguées de PACA, de Région Auvergne Rhône-Alpes, du 95 et du 93 en Ile-de-France ont remis leur démission, « les autres vont suivre cette semaine » précise la déléguée interrogée par téléphone.

Grosse déception dans les rangs du Créfom

La déception est grande. « A un moment donné, il n’y a pas eu de retour du président pour différentes raisons. On a perdu confiance à cause du manque de combattivité » des raisons citées spontanément par les partants. Le lien entre Créfom et Conseil Régional est si soudé qu »une ex-déléguée lâche « le Créfom, c’est Valérie ». La conseillère régionale qui s’est dit insultée par vidéo, sonne le glas : « Patrick l’a amenée à sa perte ». Assourdissant.

\"\"

14/12/17 – Cantiques de Noël antillais – Photo Dorothée Audibert-Champenois

En martelant « les Outremer ne compte pas, ça ne rapporte pas de voix » comment aujourd’hui, Valérie Pécresse, à l’origine des récompenses décernées aux meilleurs cantiques antillais de Noël, pourra recoller les liens distendus avec une communauté qui s’est tournée largement vers les chants de la France Insoumise? Interrogé au téléphone, Antony Etelbert le secrétaire général du Créfom regrette que la période sanitaire liée au Covid 19 (2019/2022) est quasiment rendu invisible les actions menées par le Conseil représentatif des français d’Outremer. Mais il reconnait qu’il y a « qu’il y a une confusion dans le fonctionnement de l’association, du fait de la présence de Patrick Karam. C’est un vrai problème » avoue Antony Etelbert.

\"\"« Il s’agit là d’une difficulté morale » ajoute même le secrétaire général, « c’est anormal qu’un Président d’honneur puisse s’exprimer » au nom du Créfom. Le même dysfonctionnement révélé plus haut par les délégués démissionnaires qui plus mesuré annonce leur départ suite à « un manque de disponibilité à assurer leur responsabilité » au sein de la structure associative. Antony Etelbert qui se désole que finalement « toutes les associations ont souffert de visibilité durant la pandémie » assure que le Créfom continue avec la même force de défendre les ultramarins de l’Hexagone. Le Conseil Représentatif des français d’Outremer s’acharne à travailler en partenariat entre autres avec la défenseure des droits, le ministère des Outremer.

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook @Blacknews Page – Images Blacknews page