«Luc Laventure, un homme bon» Séverine sa nièce, témoigne

Mercredi 16 mars, beaucoup ont répondu présent lors de la cérémonie d’adieu organisée pour Luc Laventure. Des anonymes, des personnalités, des institutionnels, des présidents d’associations étaient à l’enterrement de leur ami. Une église remplie par ceux qu’il a aidés, des gens qui ont un jour croisés sa route. Et bien entendu la famille du défunt était aux premiers rangs. Sévérine Massol, encore choquée de la mort subite de son oncle, trouve à peine les mots et le souffle pour témoigner. Elle raconte néanmoins, comment son oncle était perçu par ses proches et par ceux, nombreux qui ont traversés sa vie.

En milieu de matinée, une messe émouvante s’est tenue à l’église Saint Ambroise dans le 11ème arrondissement de la capitale. Des chants à cappella ont été interprétés en créole par Marie-Céline Chroné et Béatrice Civaton.

« Chagren é Lanm, koulé pou vou, Pas ou sav, pas ou sav,
 Sa ki ni pli lwen. La vi ka fini é sa bien. Nou ké wouvwé démen »
---
« Le chagrin et les larmes coulent pour toi. 
Car tu sais, tu sais ce qui nous attend. Ta vie se termine aujourd'hui mais on se reverra bientôt »

« Stéfania, sa fille a brossé un très beau portrait de Luc »

Séverine Massol, la nièce de Luc Laventure raconte son oncle disparu : « Luc était quelqu’un de très discret concernant sa famille et je ne connaissais pas tout le monde. Malheureusement, j’ai découvert sa fille ce mercredi à l’église et on a tous su qu’il était un grand-père gâteau. D’ailleurs pour son petit-fils, son surnom était Papy grimaces, car il aimait faire des grimaces. Stéfania a dressé un très beau portrait de Luc, son papa, tel que nous le connaissons. Quelqu’un de très généreux. Quelqu’un qui était toujours là pour aider, pour tendre la main mais qui avait aussi son caractère. On l’a tous connu comme cela. C’est vrai que la cérémonie était très émouvante. Une cérémonie à l’image de Luc. Des chants magnifiques à cappella et en créole. C’était magnifique.»

« On retiendra de lui que c’est un homme bon »

« On a aussi évoqué son enfance à Grand-Rivière en Martinique. Il était devenu un grand journaliste qui s’invitait par le petit écran dans nos maisons. Comme affirment les uns et les autres, et j’en témoigne aussi, Luc Laventure était vraiment là pour aider, pour écouter. Mon oncle était quelqu’un d’objectif et rationnel. Il était rigoureux et sincère avec lui-même. Moi en tant que nièce, j’ai eu à le solliciter pas plus tard que le vendredi précédent sa mort. On devait se voir le mardi suivant, parce que je lance un événement. Je lui ai dit ‘Tonton je crée un évènement le 3 avril, j’aurais besoin de toi. Il m’a répondue : ‘Qu’est-ce-qu’il y a ma nièce ? tu as besoin de sous. Je lui ai dit : ‘Mais non Tonton. J’ai juste besoin de toi, que tu m’accompagnes et m’aides à trouver des partenaires, par exemple. Il m’a rassurée en me disant : ‘Tu sais très bien que Tonton ne va pas te lâcher et Tonton va t’aider. Allez on va se voir mardi et on parle de tout ça. je lui ai dit : ‘super Tonton à mardi, gros bisous’. Ce sont nos derniers mot, notre dernier échange. C’est très émouvant de parler de lui ainsi aujourd’hui. C’est très émouvant. Comme un vide … On retiendra de lui que c’est un homme bon. On a voyagé à travers lui. A travers tous ses reportages. Et c’est cela que nous garderons. »

Séverine Massol, entrepreneure, chargée de communication

« Un homme de conviction »

Des nombreux amis de Luc Laventure, Lydia Bangou dite Lyly va regretter, dit-elle : « Un homme de conviction. Il était très ouvert sur le monde. Luc m’a toujours boostée. Il était fière de mon prix d’honneur à l’Académie culinaire du Monde Créole. Il va me manquer. » Elle ajoute « C’était très dur mercredi. Il y a une vingtaine d’années, Luc, étant l’ami de mon père, il était venu à  son enterrement en Guadeloupe. Et depuis, il suivait ma carrière. Aujourd’hui, à quelques jours d’intervalle, j’ai perdu deux personnes qui comptaient pour moi. Luc et Serge Guezo, un autre ami. C’est très très dur.  »

Lydia Bangou dite Lyly

Le lendemain de la disparition du martiniquais, son épouse Madeleine Lameynardie-Laventure a publié un faire part sur les réseaux sociaux.

Luc Laventure s’est éteint dans la nuit de samedi à dimanche 6 mars suite à un malaise à son domicile parisien. Il était décoré comme Chevalier de la Légion d’honneur. Luc Laventure était journaliste, réalisateur, directeur des programmes et antennes de France Ô, de TéléPays. Il a fondé le site Outremers 360, il en était le Président. Marie-Christine Ponamalé, journaliste et rédactrice en chef de la structure a longuement salué le travail entrepris avec Luc Laventure. Ensemble ils ont construit le « dernier bébé » de l’ancien journaliste de Rfo Martinique et ancien dirigeant de Rfo Paris. La réunionnaise éprouvée, atteste que « Outremers 360 continuera et d’autres projets de Luc vont aussi se mettre en place .. ce qu’il a bâti va perdurer avec une équipe motivée ».

Eglise Saint Ambroise - 11ème arrondissement de Paris

Dorothée Audibert-Champenois – Photos ©️Sévérine Massol – Facebook @Blacknews Page