Londres honore la seule et unique reine d’Haïti Marie-Louise Christophe

Wilford Marous, le Président de la Chambre de commerce haïtienne au Royaume-Uni, son Vice-président Michelet Romulus, le Nubian Jak Community Trust et plusieurs personnalités haïtiennes ont honoré à Londres en début de semaine, la première et unique reine d’Haïti. L’épouse du célèbre Roi Christophe née  Marie-LouiseCoidavid-Melgrin le samedi 1er août 1778 au Cap François sur l’habitation Bédiou, commune de Ouanaminthe en Haïti. En 1792, elle est très jeune quand elle devient la maîtresse du Général Christophe et un an plus tard, à  ses quinze ans Marie-louise épouse, le général Christophe âgé de vingt-six ans.

Nous sommes en 1820 quand une révolution éclate au sein du Royaume haïtien. Le prince royal, son fils Victor-Henry Christophe est tué par des insurgés. La monarchie est abolie.  La reine et ses deux princesses arrivent en Angleterre en septembre1821. Marie-louise Christophe était désignée dans les calendriers royaux haïtiens comme « l’auguste reine des haïtiens ».

 

La plaque qui l’honore a été dévoilée ce lundi 7 février 2022 au 49 Weymouth Street, Marylebone à Londres dans le district de la Cité de Westminster. Là où elle a vécu entre 1821 et 1824. La Chambre de commerce haïtienne en Grande Bretagne a eu l’honneur de participer à cet événement historique. Un moment chargé d’émotions pour la communauté haïtienne qui salue la présence du Lord Mayor of Westminster, Andrew Smith,  de l’Ambassadeur de la République d’Haïti à Londres, SE Euvrard Saint Amand et de Lord Leslie Griffiths.

De gauche à droite : Michelet Romulus (Vice Pdt Chambre de Commerce haïtienne), 
Euvrard Saint Amand (Ambassadeur), Andrew Smith (Lord Mayor of Wesminster),
 Wilford Marous (Haitian Chamber UK Pdt), Dr Nicole Willson (Chercheuse-Researcher)

C’est en 2019 que Nicole Willson, chercheuse à l’Université de central Lancashire sort de l’oubli l’unique reine haïtienne Marie-Louise Christophe. Elle découvre alors une copie de son testament aux Archives nationales du Royaume-Uni.

L’occasion pour la chercheuse de retracer les demeures et le parcours de cette famille royale haïtienne en Grande-Bretagne.

Après la mort de son époux et l’assassinat de ses fils, Marie-Louise Christophe se rendit en Grande Bretagne avec ses filles fin 1821. Elle y passa les trois années suivantes de sa vie. D’abord recueillie par l’abolitionniste Thomas Clarkson, elle occupa différents logements à Blackheath et Hastings avant de s’installer à Marylebone, où elle vécut jusqu’en 1824. Elle quitta ensuite l’Angleterre avec ses filles pour l’Europe.

49 Weymouth Street - W1G 8NG Londres où a vécu l'unique reine haïtienne, Marie-Louise Christophe

Marie-louise était désignée dans les calendriers royaux haïtiens comme « l’auguste reine des haïtiens » et était, selon la presse britannique du XIXème siècle « aimée de tous les rangs et de toutes les conditions » . Dans son exil européen, elle a fait preuve d’un courage, d’une résilience et d’une détermination sans précédent. La reine Marie-Louise Christophe a perdu de nombreux membres de sa famille au cours de sa vie. Elle a vécu selon la maxime du Royaume haïtien « Je renais de mes cendres ».

Wilford Marous, Michelet Romulus Chambre de commerce haïtienne au Royaume

Le président de la Chambre de commerce haïtienne, Wilford Marous et son équipe ont tenu à remercier leur collaboratrice le Dr Nicole Willson pour « avoir pris le temps de faire les recherches pour la réalisation de ce grand projet. C’est le résultat d’un partage exceptionnel d’héritage entre le Royaume-Uni et Haïti. Cette collaboration fructueuse a permis à ce grand projet historique de se concrétiser. Longue vie à la reine ! » a déclaré Wilford Marous.

https://youtu.be/9XOhMr2Fmh0

Dorothée Audibert-Champenois – Source et Images ©️ La Chambre de Commerce Haïtienne au Royaume Uni – Facebook @Blacknews Page