Noëla, 11 ans se suicide, elle «pleurait dans les couloirs» du collège

Valeicle et Paul sont ravagés. Le couple camerounais souffre de la disparition de leur fille Noëla. La petite était en classe de 6ème au Collège Henri-Matisse dans le 20ème arrondissement. Jeudi 13 janvier, elle s’est pendue dans sa chambre. Les secours n’ont pas pu la ranimer. La famille de la fillette réclame « justice ».

Sa petite sœur la découvre pendue avec sa ceinture de judo

La tragédie est révélée par le quotidien Le Parisien ce lundi 17 janvier. Une enquête pour « recherche des causes de la mort » est ouverte et confiée au commissariat du XXème arrondissement. La situation de la défunte sera au centre des investigations. Selon Paul, son beau-père « Elle se sentait détestée dans cet établissement. Elle n’appréciait que l’infirmière. » Si la collégienne « avait du caractère », rapporte le quotidien, elle était assidue au collège. « Elle travaillait trop vite et s’ennuyait en classe. Du coup, ça se passait mal au collège. Elle n’insultait personne, mais elle répondait aux professeurs. Si elle n’aimait pas, elle n’hésitait pas à le dire » affirme son beau-père.

Image fcpe et famille de Noëla/Le Parisien

Noëla avait du « caractère »

Il y a quelques jours, la fillette et sa mère étaient convoquées par le principal du collège. Le 10 janvier, elles s’y rendent à 17h40. Noëla doit s’expliquer pour avoir menacé son professeur d’histoire et de géographie. Une accusation que conteste l’enfant qui se défend, jurant à sa mère « qu’elle n’avait rien fait ». Mais les paroles du principal sont blessantes pour la jeune fille. Selon Valeicle, sa mère qui se dit choquée du « ton employé qui aurait heurté sa fille »« Sa place n’est pas à l’école, mais dans un centre psychiatrique spécialisé » est la réponse du principal au mal-être de la fillette. Conclusion, Noëla devait passer en conseil de discipline le 24 janvier prochain. En attendant, « elle devait rester à la maison ». Noëla est persuadée qu’elle sera une nouvelle fois exclue du collège.

Deux fois expulsée de son collège

Un crève-coeur pour la famille de l’enfant : « Depuis septembre, elle a été renvoyée deux fois » Après sa mort, les langues se délient et Valeicle apprend que sa fille « pleurait souvent dans les couloirs ». « Le collège l’a poussé au suicide. Je me battrai jusqu’au bout pour le faire reconnaître » assure la maman.

Deux cellules d’écoute et de soutien psychologique ont été mis en place dès le lendemain de la mort de Noëla. Une minute de silence a été observée par l’ensemble du collège. Une marche blanche est prévue le mercredi 19 janvier devant l’établissement.

Source Le Parisien  Dorothée Audibert-Champenois – Images Le parisien (Famille de Noëla)