Brigitte Bardot condamnée à la Réunion pour des propos racistes

Brigitte Bardot a été condamnée pour des commentaires racistes qu’elle a tenus en 2019. À l’époque, l’actrice française avait publié une lettre qualifiant les habitants de La Réunion de « sauvages ». Jeudi 4 novembre, Le Figaro a annoncé qu’elle devra verser une amende de 20 000 € pour ces commentaires.

Dans une lettre qui date de 2019, Brigitte Bardot qualifiait les Réunionnais d’« indigènes ». Ils auraient « gardé leurs gènes sauvages », mettant en cause la façon dont « ils traitent les animaux », rapporte The Telegraph. Elle qualifiait les habitants de « sauvages dégénérés ». Brigitte Bardot et sa fondation ciblaient la population tamoule hindoue. L’actrice lui reprochait de sacrifier des chèvres. La sex-symbol des années 50 et 60 a déclaré que cette pratique évoquait le « cannibalisme des siècles passés ». La population « dégénérée » de l’île était « toujours imprégnée de traditions ancestrales barbares » poursuivait son communiqué.

Le Tribunal de Saint-Denis de la Réunion a également condamné Bruno Jacquelin. Le porte-parole de Brigitte Bardo est redevable d’une amende de 4 000 €. Il avait fait part aux médias de cette fameuse déclaration.

Annick Girardin – AFP PHOTO / BERTRAND GUAY (Photo by BERTRAND GUAY / AFP) – Gouvernement

Après la publication, la ministre des territoires d’outre-mer de l’époque avait réagi. « Ce racisme n’est pas une opinion, c’est une infraction » avait répondu Annick Girardin.

Dorothée Audibert-Champenois. Facebook Blacknews Page.

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :