«L’Afrique fait son cinéma» reçoit les Antilles aux Champs-Elysées

Au cinéma Lincoln, sur les Champs-Elysées, Blaise Pascal Tanguy suit le bon déroulé du film programmé à 20 heures. Ce samedi soir, le réalisateur et fondateur du Festival reçoit une production guadeloupéenne. Son homologue camerounais, Blaise Mendjiwa est arrivé de Cannes avec son documentaire « La Guadeloupe Terre du Rhum et des Hommes ». Blaise Pascal Tanguy est dans la salle de projection. Il sera l’un des premiers à saluer les festivaliers après le long documentaire. Pour cette édition 2021, le festival accueille des films et des documentaires de réalisateurs afro-descendants. Un marathon de cinq jours où une soixantaine de réalisations sont vues dans différentes salles parisiennes depuis le 25 octobre.

« L’Afrique fait son cinéma » reprend en présentiel suite au Covid-19

Depuis son lancement il y a 3 ans « L’Afrique fait son cinéma » n’a pas changé ses objectifs, assure Blaise Pascal Tanguy. « Le Festival est né juste après la création de l’association Afternetwork France en 2017. Le challenge des membres de l’association était de se rendre en Afrique pour former des enfants aux métiers du cinéma. Il s’agissait pour nous d’apprendre ces métiers aux enfants mais aussi d’aider les jeunes réalisateurs africains. « L’Afrique fait son cinéma », leur offrait, l’opportunité de montrer leur savoir-faire en France. »

« La Guadeloupe Terre du Rhum et des Hommes » de Blaise Mendjiwa

Si les films africains ont lancé le Festival, Blaise Pascal Tanguy atteste qu’il ne se limite pas au continent noir.  « La sélection officielle est très ouverte. Nous avons même des films d’Asie. Car si on veut se faire connaître on ne doit pas s’enfermer. Quand les autres viennent voir ce que nous faisons, ils nous découvrent autrement. » pense le fondateur du Festival.

Un jury de 20 professionnels

Des réalisateurs des 3 continents composent le Jury de 20 professionnels.  « Dans notre jury nous laissons la place aussi à des cinéphiles. Ils peuvent également juger les réalisations. Cette année, nous avons reçu environ 387 films. Il a fallu 6 mois pour les visionner.  Au terme du visionnage, 62 productions ont été retenues pour cette 3éme édition. »

Samedi soir, au Lincoln seront remis les Ubuntus, les récompenses du festival. Le mot Ubuntus qui se traduit par « Je suis, donc nous sommes » est tiré d’une philosophie d’Afrique du sud. Plusieurs prix (Ubuntu) seront décernés dont l’or, l’argent et le bronze. Le Meilleur Long métrage, Meilleur Court métrage, Meilleur Documentaire, court et long, meilleure série Télévision. Le meilleur acteur et Meilleure actrice seront primés ce samedi 30 octobre.

«Nous avons des Longs et courts métrages de fiction mais aussi des longs et courts documentaires. » C’est ce soir que le palmarès des Ubuntus sera révélé, à partir de 21heures.

Reportage et images Dorothée Audibert-Champenois à Facebook Blacknews page.

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :