Une délégation de la Guadeloupe au Festival panafricain de Cannes

Elles étaient deux de la Région Guadeloupe à se rendre à la 18ème édition du Festival Panafricain de Cannes. Géraldine Naigre et Myriam Badia ne sont pas arrivées les mains vides dans le sud de la France. Les deux femmes sont venues d’abord en soutien au documentaire « La Guadeloupe, Terre de Rhum et des Hommes » et ont confirmé que la Guadeloupe sera désormais présente au FIFP.

Myriam Badia - Géraldine Naigre - Blaise Mendjiwa

La Guadeloupe défendait ses couleurs à la 18ème édition du FIFP

L’enjeu était énorme. La délégation espérait repartir ce dimanche 24 octobre avec un Dikalo Award pour sacrer, ici à Cannes, le long documentaire sur le parcours du rhum en Guadeloupe. Si la production a été bien accueillie lors de sa projection, elle augurait d’une récompense, pourrait-on croire, le vendredi 22 octobre, jour de sa diffusion. Mais le Jury documentaire a pensé autrement. Les membres du Jury ont préféré à « La Guadeloupe, Terre de Rhum et des Hommes » un autre film. « The Rumba King » d’Alan Brain reçoit le Dikalo du meilleur documentaire. Néanmoins, Blaise Mendjiwa, comme tous les autres réalisateurs ce soir-là, a été récompensé par la direction du Festival. C’est un rituel, chaque année, les cinéastes présents reçoivent un diplôme pour leur participation à l’évènement.

Les Dikalos Awards du Festival International du Film Panafricain de Cannes

Une délégation qui s’engage dans le cinéma comme outil pédagogique pour la jeunesse

Géraldine Naigre est conseillère régionale de la Guadeloupe, et vice-présidente de la Commission culture et de l’audiovisuel. Myriam Badia est chef du service cinéma et audiovisuel à la Région Guadeloupe. À ce titre, l’institution présidée par Ary Chalus, portait sa contribution au film réalisé par Blaise Mendjiwa. A travers la culture, c’est tout le patrimoine guadeloupéen qui se révèle au Monde, pense en substance la conseillère régionale. Géraldine Naigre explique les objectifs que la Région Guadeloupe a mis en place depuis 2017. Un dispositif destiné à soutenir la création et la production d’oeuvres cinématographiques et audiovisuelles.

Myriam Badia et Géraldine Naigre de la Région Guadeloupe

C’est dans ce cadre qu’une délégation de la Guadeloupe a accompagné le long documentaire de Blaise Mendjiwa La Guadeloupe Terre de Rhum et des Hommes. « Nous avons tenu à faire cette expérience avec le Festival Panafricain de Cannes. C’est une expérience qui consistait à voir les différents films des autres continents. Nous avons pu échanger, comparer et surtout penser plus loin dans ce domaine. » a déclaré Géraldine Naigre.

« Cette expérience enrichissante présage du bon pour l’avenir de la cinématographie guadeloupéenne. Même si les résultats obtenus ne sont pas ceux de nos espérances ici à Cannes, nous croyons fortement au potentiel de notre archipel dans le domaine du cinéma » a ajouté la vice-présidente à la commission culture, après avoir quitté la ville du cinéma.

Blaise Mendjiwa, Géraldine Naigre et Basile Nguangue Ebelle (Fondateur du Festival)

Ce mercredi 27 octobre, la délégation régionale repart pour la Guadeloupe en souhaitant bonne chance au documentaire. Il sera vu ce soir par un nouveau public dans le 8ème arrondissement de Paris.

Le documentaire sélectionné dans d’autres festivals

« La Guadeloupe Terre de Rhum et des Hommes » continue son parcours promotionnel et s’arrête cette semaine aux Champs-Elysées. Le documentaire du camerounais Blaise Mendjiwa sera diffusé au festival : L’Afrique fait son cinéma. Sélectionné, il concoure dans la 3ème édition du Festival fondé par Blaise Pascal Tanguy. Du 25 au 30 octobre le Festival International de Films Africain et Afro-descendants de Paris ouvre ses portes au Cinéma Lincoln Champs Elysées.

Reportage/Images Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page 

 

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :