Le martiniquais Ody Steven Luchel au FIFP de Cannes

Il était un réalisateur attendu au Festival International du cinéma panafricain. Ody Steven Luchel portait dans ses bagages un très court métrage « Smoking Kills ». Un film qui raconte en une poignée de minutes, la question de l’addiction dans les foyers. Alors que le court-métrage de fiction a remporté plus d’une cinquantaine de prix, il ne fera les mêmes effets auprès du Jury du FIFP. Mais, Ody Steven Luchel reste convaincu que son passage, ici à Cannes restera  quand même une grande étape dans sa carrière. Ses autres projets, il les partage avec un enthousiasme intact.

Le martiniquais présentait son court-métrage de fiction à Cannes

« C’est la première fois que je viens à Cannes. C’était enrichissant car nous avons découverts des films et documentaires intéressant mais également les débats et les conférences. Cela m’a ouvert les yeux et boosté pour mes prochains projets » nous confie le réalisateur de « Smoking Kills ».

Si c’est son premier Festival panafricain à Cannes, pour Ody Steven Luchel c’est un évenement qu’il connait bien. Le martiniquais participe dans l’organisation technique d’un Festival similaire en Centre-Afrique qui ouvre ses portes d’ici novembre prochain. « J’ai vu des films qui m’ont énormément intéressés surtout la profondeur des histoires racontées.» précise l’antillais.

« Smoking Kills », la courte-fiction du cinéaste a fait sa première sortie en février 2021. « L’idée est née d’une réflexion entre amis qui avaient une dépendance à la cigarette. Malheureusement, je me suis rendu compte que ceux qui essayaient d’arrêter  étaient souvent de jeunes parents. Ils sont souvent pleins de remords face à la situation et aux conséquences familiales que cela entraînent. » se désole Ody Steven Luchel, lui même parent de deux jeunes enfants.

Adepte depuis 2016 aux Courts-métrages de fiction, l’ancien réalisateur de séries explique ce choix qui réduit, dit-il, les obstacles financiers. « C’est assez compliqué de gagner la confiance des investisseurs sur des séries. J’ai par ailleurs fait de nombreux clips et me suis mis à l’évènementiel. Aujourd’hui, selon moi, le court-métrage est le moyen le plus facile de montrer son savoir-faire. C’est un format qui peut se réaliser à moindre coût et dans des temps plus brefs. »

« Smoking Kills » un film de la diaspora

« Smoking Kills », tient à préciser Ody Steven Luchel, a tout son sens dans ce Festival panafricain. L’équipe qui a travaillé est diverse. « Moi, je suis martiniquais, l’actrice est originaire de Seine-et-Marne, d’autres acteurs sont d’Orléans, de la Guinée. Les techniciens sont de Centre-Afrique, d’Haïti, de la Guadeloupe et du Cap Vert. C’est pour moi, l’image de la diaspora.» se félicite le réalisateur.
Et le cinéaste révèle son coup de coeur, qui n’est autre que celui de sa compatriote Enricka MH. Le film court  a remporté le Dikalo 2021 du meilleur court-métrage du Festival.
La suite appartient à Ody Steven Luchel qui projette, il l’avoue, de tourner son premier long métrage. Très, très bientôt.

Reportage & Images Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews page

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :