Colère des haitiens expulsés et violence à leur arrivée

À l’aéroport Toussaint Louverture en Haïti, la colère a fait place à la sidération. Des scènes de violence ont émaillées l’arrivée des premiers migrants expulsés d’El Rio. Une petite ville de 30 000 habitants entre le Texas et le Mexique. En début de semaine, des témoins ont signalé au Department of Homeland Security (DHS) des scènes tragiques et humiliantes à l’aéroport principal d’Haïti. Débarqués ce mardi, ces migrants furieux, se sont rués vers l’avion dans lequel ils sont arrivés. Tandis que d’autres, énervés, lançaient des chaussures sur l’appareil.

Les passagers ramassent leurs vêtemenst sur le tarmac de l'aéroport

Scènes de chaos à l’aéroport d’Haïti

Le chaos s’est installé à l’aéroport quand un homme a tenté de remonter à bord de l’avion. Aussitôt,  l’équipage de l’avion s’est dépêché de fermer les portes du charter, indique l’agence de presse Reuters.

Scène de panique à l'aéroport principal d'Haïti

Châssés violemment parfois de la fontière Texas, Del Rio le week-end dernier et entassés dans des conditions sordides, aujourd’hui des vidéos montrent ces migrants courant récupérer leurs effets personnels après que leurs bagages aient été jetés hors de l’avion.

Selon NBC News des pilotes à bord de l’un des vols auraient été agressés à leur arrivée en Haïti. Trois agents d’immigration américains ont égalemet été blessés.

Joe Biden expulse les migrants rassemblés à Del Rio

Expulsion de réfugiés entre Del Rio et le Mexique

Avant cela, à la frontière du Texas, un groupe d’haïtiens affrontait des agents de la patrouille frontalière qui les bousculaient. Les migrants tentaient de s’échapper quand ils ont réalisé qu’ils étaient en train d’être expulsés. Mardi, Brandon Judd,  du Conseil national des patrouilles indiquait à la presse que des migrants se sont enfuis par bus pour éviter leur renvoi.

Le week-end dernier, plus de 13 000 migrants se sont rassemblés sous un pont situé à Del Rio. Le président américain, Joe Biden, a plannifié leur retour sur plusieurs vols. 4 000 personnes ont été soit expulsées, soit déplacées vers d’autres centres de traitement, selon le Department of Homeland Security (DHS).

Ces expulsions ont été dénoncées par la communauté internationale. mais également par l’ONG Partners In Health. Le pays toujours dans une situation économique désastreuse vient de subir plusieurs catastrophes, un séisme de magnitude 7 et l’assassinat de leur président Juvenel Moïse.

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Image BBC

 

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :