Joe Biden renvoie en Haïti près de 13 000 migrants entassés sous un pont

Des migrants se sont rassemblés sous le pont international de Del Rio. Une petite ville, siège du comté de Val Verde située entre le Mexique et le Texas, aux États-Unis. De cette position, ces hommes et ces femmes espéraient se rendre à la frontière américaine pour demander l’asile. Ils arrivent en si grand nombre que l’administration de Joe Biden semble dépasser, commente la presse américaine. La population et les élus locaux de cette ville de plus de 35 000 habitants n’ont jamais vu autant de migrants à leurs portes. Face à ce flux inédit, les élus Républicains font pression sur le président américain pour qu’il gère plus efficacement cette crise. Dès dimanche, l’administration Biden envisage des vols de retour. Les associations et organisations humanitaires dénoncent des conditions sanitaires déplorables dans lesquelles vivent pour le moment ces réfugiés.

Crédit ©️ Verónica G. Cárdenas pour le New York Times

Le flux de migrants, charrie des milliers de désespérés

Ces Haïtiens ont traversé le fleuve le Rìo Grande, faisant des allers-retours entre les États-Unis et le Mexique dans des eaux qui leur arrivaient jusqu’aux genoux. Certains parents portant de jeunes enfants sur leurs épaules, précise le New York Times. Incapables de s’approvisionner aux États-Unis, ils sont régulièrement retournés au Mexique chercher de la nourriture et du carton pour s’installer sous ou près du pont de Del Rio. Ils espèrent encore migrer vers les Etats-Unis après toutes les catastrophes qu’ils ont vécues dans leur pays, séisme et assassinat de leur président, Jovenel Moïse.

Une masse importante de gens dormant par terre ou se déplaçant dans une forte chaleur dans des conditions sanitaires difficiles, ont attiré l’attention des responsables locaux. Bruno Lozano, le maire de la ville, a décrit jeudi, des conditions sordides sous le pont qui ressemblent plus à un bidonville. Il y a très peu d’accès à l’eau potable, peu de nourriture et presque pas de toilettes.

La ville Del Rio, frontière entre le Mexique et les Etats-Unis

La ville de Del Rio, située dans une partie sud-ouest de l’État du Texas sur le plateau Edwards, juste en face du Rio Grande de Ciudad Acuña, au Mexique, a connu une vague incessante et régulière de migration depuis ce printemps, ont déclaré des responsables. Le shérif du comté de Val Verde, Frank Joe Martinez, a estimé la foule à 13 700 personnes et a déclaré que davantage d’Haïtiens traversaient le Mexique en bus.

On ne sait pas comment un si grand nombre s’est amassé si rapidement, bien que de nombreux Haïtiens se soient rassemblés dans des camps du côté mexicain de la frontière, y compris à Tijuana, en face de San Diego, pour attendre avant de décider de tenter ou non d’entrer aux États-Unis.

La frontière Del Rio a connu un trafic de migrants élevé cette année, en particulier des Haïtiens qui ont commencé à arriver en nombre à partir de juin. Et les chiffres ont continué d’augmenter en juillet et août, selon les récentes statistiques frontalières. La grande majorité des migrants présents sur le pont vendredi étaient des Haïtiens, a déclaré le juge du comté de Val Verde, Lewis Owens, qui est le plus haut responsable élu du comté et dont la juridiction comprend Del Rio.

Tiffany Burrow, le directrice des opérations du centre de rétention pour migrants de la Val Verde Humanitarian Border Coalition, a souligné qu’elle craignait que les ressources des haitiens ne soient  suffisantes. Les migrants ont dressé des tentes et construit des abris de fortune à partir de roseaux géants connus sous le nom de canne carrizo. Beaucoup se baignent et lavent leurs vêtements dans le fleuve.

Les expulsions s’organisent

Quant à l’administration Biden, elle prévoit l’expulsion de ces migrants haïtiens. Ils seront probablement sur cinq voire huit vols par jour vers Haïti à partir de dimanche, a déclaré vendredi un responsable. Tous les migrants seront testés pour le Covid-19.

Entre temps, la douane et la protection des frontières américaines ont déclaré qu’elles fermaient le passage avec Ciudad Acuna, au Mexique, « pour répondre aux besoins urgents de sécurité ».

Au moins deux femmes ont accouché, dont une qui a été testée positive au Covid-19 après avoir été emmenée à l’hôpital, a déclaré Lewis Owens, le juge du comté de Val Verde.

 

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Image ©️AP Photo/Eric Gay

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :