Palme d’Or : Lamine Cissokho de Trappes à Cannes avec «Titane»

Lamine Cissokho est de la cité de Trappes, la ville qui a révélée de nombreuses stars dans le cinéma français. À seulement 26 ans, Lamine Cissokho est déjà primé. Le film dans lequel il joue a reçu la Palme d’Or au 74ème Festival du cinéma. D’origine Sénégalaise, père de deux enfants, l’acteur est cuisinier. Un métier qui le fait vivre en attendant d’assouvir pleinement sa passion pour le 7ème Art.

Alors qu’il est une des nouvelles stars du grand écran, Lamine reste furieusement lucide. Il sait les difficultés de ce métier et nous raconte comment après avoir galéré plusieurs années, il se doit d’être un exemple pour les plus jeunes que lui. À Paris, au Café du Trocadéro, son 1m96 impressionne mais c’est sans compter sur son incroyable tranquillité. Lamine Cissokho est jeune mais semble pourtant porter une lourde charge. Il aura attendu huit années pour que son rêve se concrétise.

Lamine Cissokho (Jupi/Jérôme)  et Agathe Roussel (Adrien)

Lamine Cissokho au casting de « Titane »

Il a fallu de peu qu’il refuse ce rôle, qui n’était pas le sien au départ. Mais comme il le répéte : « la chance est souvent au bout du chemin », la réalisatrice Julia Ducournau comme son agent ont cru en lui. Du casting de « Titane » il a obtenu le rôle de Jupi (Jérôme) qui fait de lui un acteur primé au Festival. Il le répète a satiété : « C’est incroyable ! ». Un rêve qui est réalité mais qui n’occulte pas les déceptions de Lamine Cissokho. Certes, il ne souhaite pas « être mis dans une case comme on le fait si bien en France », mais il sait que ce métier est « très dur pour les acteurs Noirs ». Prudent dans ces choix de rôles, il l’est depuis les bancs de l’école.

Lamine Cissokho est un garçon « fier et heureux ». Sa passion est aussi de faire la cuisine. Pour cela, il a passé des examens comme le CAP, le BEP et enfin le Baccalauréat. Et aujourd’hui, quand les cachets se font rares, le jeune homme de Trappes fait vivre sa famille de son premier métier. Il est cuisinier dans un Epadh en région parisienne. Intermittent durant une courte période, il espère retrouver ce statut sitôt la période Covid éclipsée.

Mais tous les espoirs sont permis et Lamine Cissokho croit en sa bonne étoile. Cette année 2021, il a participé à deux films sélectionnés au 74 ème Festival International du Film de Cannes. « Titane » de Julia Ducournau et « Un Triomphe » d’Emmanuel Courcol. Deux raisons pour l’acteur de se rendre à Cannes. Comme l’année précédente où acteur dans un film en sélection, il a fait sa première montée des marches. Cette promesse de son épouse a été réalisée en 2020.

Le Jury a « osé primé un film controversé mais beau »

Sénégalais, français, acteur noir et primé, Lamine Cissokho « en fait une force » dit-il. Il n’a pas assez de mots pour remercier son agent. Mais surtout Julia Ducournau qui lui a offert un rôle dans ce film de genre. Un honneur pour lui que le président du Jury, Spike Lee remette en mains propres la palme à la réalisatrice. Le réalisateur afro-américain est aussi un modèle pour ceux de sa génération.

Lamine Cissokho a encore plein d’étoiles dans les yeux et ça se voit ce mardi 27 juillet au Café du Trocadéro.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Cnews ACTUS Page – Images Dorothée A-Ch.

 

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :