Audrey Pulvar recevait à son QG des ultramarins d’Île-de-France

Audrey Pulvar est candidate à l’élection régionale pour l’Île-de-France. A ce titre, l’ancienne journaliste recevait des électeurs des régions d’Outre-Mer, ce samedi 5 juin 2021.

Il s’agissait pour la conseillère municipale de Paris, d’expliquer son programme si elle devenait présidente du Conseil. Pour ce faire, Audrey Pulvar ouvrait les portes de son QG sis au 21 faubourg Saint-Antoine dans un cadre très cosy.

Détendue, les cheveux libres, veste blanche et tee shirt « Woman At War », Audrey Pulvar invitait. La candidate est « en guerre ». Mais en ce début de week-end, c’est une femme engagée, tête de liste sur le programme «Île de France en Commun » qui écoutait ses semblables. Si Audrey Pulvar côtoie ses électeurs parisiens, c’est une martiniquaise, femme noire qui se faisait entendre sur différentes problématiques.

Après avoir précisé les thèmes majeurs de sa campagne, la candidate a longuement débattu sur la question identitaire. L’occasion pour la martiniquaise de partager ses expériences et d’insister sur l’imortance de sa candidature aux élections. Alors qu’elle subit régulièrement la foudre de ses contradicteurs qui l’accuse de racisme, Audrey Pulvar n’a de cesse de légitimer sa présence dans cette difficile campagne régionale.

 

 

Audrey Pulvar insiste et répète fortement que « Changer, c’est possible ! »

Issue de la société civile, c’est une personnalité qui ne laisse jamais indifférente. Redoutable adversaire face à la présidente sortante, Valérie Pécresse, l’antillaise reste combattive. Et elle sait qu’elle doit compter avec plus d’1 million d’ultramarins qui vivent en Île-de-France. Et à son quartier général, ce samedi, c’est sous un ton convivial que l’ancienne journaliste a partagé ses propres expériences. « Changer, c’est possible » at-elle répété durant ses échanges. Cette signature est aussi le slogan de sa campagne.

La conseillère de Paris a réaffirmé « la monté de l’extrème droite et des violences racistes en Île-de-France ». Selon Audrey Pulvar, les agresseurs ne voient aucune différence entre un ultramarin né français et un immigré naturalisé. Il importe, assure-t-elle, d’être conscient que toutes les luttes raciales concernent toutes le spersonnes de couleur. Qu’elles aient la peau claire ou moins claire.

Audrey Pulvar se veut un modèle pour les jeunes de la diaspora noire qui n’osaient pas occuper certains postes, dans un passé encore récent.

Aux citoyens qui doutent, la candidate leur dit : « Il faut qu’on arrive à mettre un cadre de vie. Et aussi des politiques publiques assez équitables, assez bienveillantes, pour que chaque jeune, quelque soit son origine, sa couleur de peau, où il vit, sa religion, sa non religion, son nom puisse dire : J’ai ma chance. »

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Cnews ACTUS Page – Images Cnews ACTUS Page

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :