Arrestation et mort violente de Ronald Greene qui supplie et s’excuse

Une vidéo de l’arrestation brutale d’un homme en Louisiane est révélée à la presse. Alors qu’il est menotté et semble en détresse, un agent le force à rester face contre terre. Cette nouvelle preuve montre la violence policière telle qu’elle est vécue par la population noire américaine aux Etats-Unis. Oubliant qu’ils étaient filmés les policiers racontent en direct le déroulé de l’arrestation sanglante et mortelle. Édifiant.

Peu après minuit le 10 mai 2019, Ronald Greene, un coiffeur, ne réussit pas à s’arrêter pour une infraction au code de la route non spécifiée. Il roule au sud de l’État de l’Arkansas. C’est là que commence la vidéo obtenue par l’Agence de Presse (AP), avec l’officier Dakota DeMoss poursuivant le SUV de Ronald Greene sur des routes rurales. Le coiffeur roule à plus de 185 km. Quelques secondes avant la fin de la poursuite, Dakota DeMoss avertit sur sa radio : «Nous devons faire quelque chose. Il va tuer quelqu’un».

Alors que Dakota DeMoss et le Master Trooper Chris Hollingsworth se précipitent sur le SUV de Ronald Greene, on peut voir Ronald Greene qui lève la main et dire plusieurs fois :  «OK, OK. Je suis désolé.»

Cette arrestation de 2019 en Louisiane, fait aujourd’hui l’objet d’une enquête fédérale sur les droits civils.

L’arrestation de Ronald Greene filmée en bodycam

Vendredi 21 mai, dans des nouvelles vidéos de bodycam, Ronald Greene, non armé est face contre terre, les bras et les pieds enchaînés tandis qu’un officier lui crie de ne pas se retourner. «Je suis ton frère! J’ai peur! J’ai peur!». On entend les excuses du coiffeur. L’homme est secoué à plusieurs reprises avec un pistolet paralysant avant même de sortir de sa voiture.

«Allongez-vous sur le ventre ! Allongez-vous sur le ventre! », hurle Kory York de la police de l’État de Louisiane. Alors  que Ronald Greene tente à plusieurs reprises de se retourner. «Tu ferais mieux de t’allonger sur ton putain de ventre comme je te l’ai dit! » ajoute l’agent de la route.

Apparemment terrifié, Ronald Greene s’excuse et gémit. Il acquièce : «Oui, monsieur». À d’autres moments de la vidéo, l’homme de 49 ans se plaint de douleur. Il est face contre terre dans une mare de son propre sang.

De nouvelles vidéos sur l’arrestation de l’afro-américain

La police de l’État de Louisiane déclare que Greene est décédé pendant son transfert à l’hôpital. Seulement les images traduisent une autre réalité. Les nouvelles vidéos diffusées ce vendredi révèlent le comportement des agents pendant et après l’arrestation. Mais surtout leurs implications et commentaires dans la mort de Ronald Greene.

L’avocat de la famille de Ronald Greene S. Lee Merritt, a déclaré que les images «ont les mêmes caractéristiques que la vidéo de George Floyd. La longueur et la brutalité pure». L’homme de loia partagé une vidéo sur Twitter.

On aperçoit le lieutenant John Cleary de la police d’État de Louisiane qui arrive sur les lieux. Il demande à un officier s’il va bien, ce à quoi son subalterne répond : «Oui monsieur, il suffit de nettoyer le sang». Alors qu’il se rapproche de l’endroit où Ronald Greene est allongé sur le sol et hurle de douleur, il demande à un autre officier s’il va bien. «Ouais, j’ai du sang partout sur moi», dit l’agent.

Après avoir dit à la ronde que «tout le monde a bien fait», c’est Chris Hollingsworth, un autre trooper qui se réjouit. «Je l’ai vaincu, je l’ai étouffé en essayant de le maîtriser», dit-il. «Tout à coup, il est devenu mou … je pensais qu’il était mort.». Un autre officier demande: «Vous avez tous ça sur bodycam?» et quelques instants plus tard, Chris Hollingsworth éteignait sa caméra.

L’autopsie du corps de Ronald Greene contredit la police

En 2020, l’AP a obtenu un rapport médical montrant qu’un médecin de la salle d’urgence a indiqué que Ronald Greene est arrivé mort à l’hôpital, contusionné et ensanglanté avec deux griffes de pistolet paralysant dans le dos. Cela a conduit le médecin à remettre en question le récit initial des policiers selon lequel Ronald Greene était «mort à l’impact» après s’être écrasé dans un arbre.

Un autre rapport d’autopsie, cette fois, a retenu la violence de l’arrestation comme l’un des facteurs de la mort de Ronald Greene, précise l’AP.

Chad Marlow, conseiller politique principal à l’ACLU, a déclaré que le long retard dans la diffusion de la vidéo sape la promesse de transparence que les caméras corporelles étaient censées inaugurer lorsqu’elles ont commencé à être largement utilisées par les forces de l’ordre.

La famille du coiffeur dépose une plainte

«Ils l’ont assassiné. C’était prévu, c’était prévu », a déclaré mercredi Mona Hardin, la mère de Ronald Greene. «Il n’a pas eu de chance. Ronnie n’a pas eu de chance. Il n’allait pas vivre pour en parler.»

La famille de Ronald Greene a déposé une plainte fédérale pour mort injustifiée. Pour les proches de la victime, les agents l’ont «brutalisé». Ils «l’ont laissé battu, ensanglanté et en arrêt cardiaque» avant de dissimuler la cause du décès.

Quant aux responsables de la police d’État, selon eux l’usage de la force par les soldats était justifié. Ils n’ont ouvert une enquête administrative que 474 jours après la mort de Ronald Greene.

Les protagonistes directs dans l’arrestation mortelle de Ronald Greene

Kory York a été suspendu sans salaire pendant 50 heures pour avoir traîné et pour avoir mal désactivé sa caméra corporelle.

Chris Hollingsworth est décédé dans un accident d’autoroute à un seul véhicule qui s’est produit des heures après avoir appris qu’il serait congédié pour son rôle dans l’affaire Ronald Greene.

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Cnews ACTUS Page – Images vidéo Bodycam

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :