La police ivoirienne «sauve » 68 enfants employés dans le cacao

La Côte-d’ivoire a mis fin à la traite de 68 enfants qui travaillaient dans des plantations de cacao. L’information est révélée par le site Afrik-Mag. Selon Amadou Bailo Diallo, cette demande croissante de personnel répond à une demande croissante des consommateurs occidentaux de chocolat. Beaucoup d’enfants sont analphabètes. Ils devraient donc retourner en classe ou apprendre un métier, affirme le journaliste. Mais au lieu de cela, ils sont employés illégalement dans des plantations.

Ce travail illégal a été repéré lors d’une descente à Soubré. Il s’agit de la plaque tournante de la production de cacao en Côte d’Ivoire, à l’ouest d’Abidjan. La police a mis fin au travail de 68 enfants utilisés dans des fermes.

Alain Lartmel, le directeur de la protection de l’enfance au ministère des femmes, la famille et des enfants a réagi. «Nous faisons un premier entretien. Ce qui nous permet de détecter si l’enfant est en situation de traite ou non. Selon le résultat de l’enquête, nous engageons une médiation pour trouver les familles. La médiation consiste à échanger avec ces familles et à permettre à l’enfant de retourner dans son foyer », déclaré le fonctionnaire.

Beaucoup d’enfants viennent soit Burkina Faso ou soit du Mali. Ce sont des fournisseurs traditionnels de main-d’œuvre pour leur voisin plus riche, atteste les fonctionnaires de la protection de l’enfance.

Luc Zaka, le commissaire de police dans la région de la Soubre ne décolère pas. «Nous sensibilisons depuis longtemps, mais tant que nous ne donnons pas un signal fort, en plus de punir ceux qui emploient leurs enfants à des travaux dangereux, cela continue toujours» dénonce Luc Zaka.

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews Page – Cnews ACTUS Page – Images et source Afrik Mag

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :