Claude Ribbe, Babette de Rozières rassemblent autour du 10 mai

Depuis 2009, l’écrivain et élu parisien, Claude Ribbe organise la fête du 10 mai. Un rassemblement réussi, avouent les participants. Le 10 mai, est la date retenue par les parlementaires français pour commémorer l’abolition de l’esclavage promulguée en 1848.

« Fer » réalisé par le musée Khômbol

Alors qu’une manifestation se tient le même jour au Jardin du Luxembourg, c’est dans le 17ème arrondissement que se déroule chaque année une autre cérémonie du même genre, mais plus accessible, plus populaire. À la place du Général Catroux, un lieu hautement symbolique. Pour Claude Ribbe, initiateur du rassemblement, cette cérémonie d’hommages prend tout son sens dans ce jardin parisien. Sur cette place s’élève un immense monument nommé « Fer » qui salue un héros français, le général Thomas Alexandre Dumas. L’homme né Thomas Alexandre Davy de la Pailletery, devenu un gradé de la cavalerie française est né esclave à Jérémie (Saint-Domingue) d’une femme esclave d’origine africaine et d’un colon.

Claude Ribbe demande depuis 19 ans le retour du héros haïtien Alexandre Dumas

Le 10 mai, une célébration pour les ultramarins de l’Hexagone

En bronze, le monument est dressé pour symboliser, affirme Claude Ribbe, la force et la témérité de cet homme qui lui tient à coeur.  Ce militaire « sans peur et sans reproche. Un personnage qui symbolise à lui tout seul toutes les victimes de l’esclavage. Et dont tous les français peuvent être fiers. Comme nous sommes fiers de son fils et de son petit-fils représentés à cette même place. ». L’élu parisien (originaire de la Guadeloupe) rappelle que la statue d’Alexandre Dumas (père) érigée en 1913 souffrira de la colère des nazis. Depuis, ce sont les « Fer » qui remplace la statue détruite sous l’occupation allemande.

L’occasion pour lui de renouveller sa demande de la voir revenir sur cette place des mémoires. Un jardin qui également accueille une autre résistante. « Solitude ». En septembre 2020, la mairie  de Paris a inauguré un jardin du nom de la rebelle guadeloupéenne : La mûlatresse Solitude.

Jardin du Luxembourg le 10 mai 2021

Le silence du Président Emmanuel Macron

Ce 10 mai 2021, alors que la polémique enflait sur l’absence de discours du Président Emmanuel Macron, celui de Claude Ribbe réunissait plusieurs dizaines d’invités. Tous venaient rendre hommage aux victimes de l’esclavage. Si en Outremer les dates de commémoration différent, c’est la loi dite « Taubira » qui fait consensus dans l’Hexagone. Mais estime les ressortissants des Outremer, d’une part il reste extrèment compliqué d’y participer, d’autre part la date du 10 mai dérange.

Place du Général Catroux, lundi 10 mai 2021, il est 18 heures. Des antillais pour la plupart sont sur la place mais aussi des personnalités et de nombreux élus qui ont répondus à l’invitation de Claude Ribbe.

GeoffroyBoulard, le maire du 17e Mairie17 et tous les élus de cet arrondissement étaient présents à la 13e commémoration de l’ abolition de l’esclavage du 10 mai 2021. Karen Taïeb, élue maire-adjointe aux côtés d’Anne Hidalgo a participé à cette journée. Babette de Rozières, élue au Conseil Régionale d’île-de-France et candidate sur la liste de Valérie Pécresse a marqué cette commémoration.

Alexandre Dumas (Père) - Statue du XIXème siècle détruite sous l'occupation allemande

Claude Ribbe demande le retour de la statue d’Alexandre Dumas

Avec d’abord le long discours de l’organisateur Claude Ribbe, cette cérémonie s’est déroulée en plusieurs étapes. Un dépôt de gerbes à l’intérieur des « Fer ». Une minute de silence, la sonnerie aux morts avec la garde républicaine, la marseillaise chantée par Elvis Miath ont été suivis du « Canon des nègres marrons ». Un chant composé par l’haïtien Amos Coulanges, interprèté en créole haïtien par le groupe Kalinago.

Au terme d’une heure, cette cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage s’est clôturée autour d’échanges sur la place des mémoires, la Place du Général Catroux.

Claude Ribbe (à l'extrème gauche) - Place du Général Catroux le 10 mai 2021

Depuis 19 ans l’écrivain Claude Ribbe fait un voeu. L’écrivain attend le retour de la statue d’Alexandre Dumas (père) sur cette même place. La mairie de Paris, a promis en septembre 2020, le retour de « ce héros, bien que libre et majestueux. Qui puisse servir de modèle à nos enfants».

Jeudi 4 février 2021, lors du conseil municipal, les élus de Paris ont décidé que Les « trois Dumas » seront bientôt de nouveau réunis. C’est une promesse et c’est surtout le souhait de Claude Ribbe.

« Le plus grand des Dumas, c’est le fils de la négresse. Il a risqué soixante fois sa vie pour la France et est mort pauvre », plaidait en son temps Anatole France.

Dorothée Audibert-Champenois. Facebook Blacknews Page – Images et vidéo Cnews ACTUS Page – Image A. Dumas (Anonyme – Domaine Public).

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :