Vaccin : Une britannique déclenche une réaction extrème

Sarah Beuckmann constate des éruptions de boutons sur son corps après avoir reçu le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. Elle a initialement développé des symptômes pseudo-grippaux lorsqu’elle a reçu sa première dose du vaccin le 18 mars. Mais une semaine plus trad tout s’emballe.

Cette mère de famille a eu de la fièvre le lendemain de la prise du vaccin. Ce qui semblait normal, indique la presse britannique. Seulement, quelques jours plus tard, cette femme qui vit à Glasgow en Grande-Bretagne s’inquiète. Elle a senti des changements sur ses membres inférieurs.

 Sarah Beuckmann a ressenti des picotements aux jambes puis une éruption cutanée est apparue autour de ses chevilles. La maman appelé le médecin généraliste pour prendre rendez-vous mais dans l’après-midi, des cloques de sang sont apparues sur sa peau.  Des ampoules sont également apparues sur ses mains, son visage, ses bras et son bas.

Transportée d’urgence à l’hôpital universitaire Queen Elizabeth, elle a séjourné 16 jours. La mère de famille a passé plus de deux semaines à l’hôpital de l’Université Queen Elizabeth à subir des tests avec des médecins, qui ont déterminé qu’elle avait subi une réaction au vaccin. Les médecins ont confirmé que le vaccin avait provoqué cette réaction rare après avoir effectué deux biopsies. Ils ont mis Sarah Beuckmann sous stéroïdes qui aident les ampoules à guérir. La britannique a déclaré au journal Daily Record qu’elle a un moment paniqué. « Vais-je me faire amputer les jambes?.Je ne savais pas ce qui se passait »

C’est en fauteuil roulant que Sarah Beuckmann est retournée à son domicile. Elle portait des bandages sur ses jambes et des cloques sur la plante de ses pieds.

Son médecin lui a déconseillé de recevoir sa deuxième dose, annonce le Daily Mial.

À l’hôpital de l’Université Queen Elizabeth le Dr Emma Wedgeworth, a décrit la réaction de Sarah comme«  extrêmement rare ». Selon le médecin, les vaccins sont conçus pour activer le système immunitaire et  parfois une activation dramatique peut se manifester dans la peau. Un porte-parole du NHS Greater Glasgow et Clyde a ajouté qu’il était normal que les vaccins provoquent des effets secondaires potentiels, mais que ceux-ci «doivent être constamment mis en balance avec les avantages escomptés dans la prévention de la maladie»

Dorothée Audibert-Champenois – Facebook Blacknews_Page – Cnews ACTUS Page – Images Daily record – Daily Mail – Metro.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :