Comment manger ses emballages peut aider la planète

Manger des emballage de fruits et légumes ne viendrait à l’idée de personnes.

Une entreprise américaine s’est posée cette question : comment lutter contre le gaspillage alimentaire ?  Leur réponse est étonnante mais innovante. En utilisant un spray ! L’idée est de manger les emballages alimentaires pour aider la planète. Aux États-Unis, Apeel Sciences a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates pour répondre à cet objectif. Le procédé d’Apeel est un traitement par pulvérisation à base de plantes entièrement comestibles. Cela consiste à enrober les fruits et légumes. Une technique qui a l’avantage, également, de prolonger leur durée de conservation.

Cette «seconde peau» ralentit la détérioration des fruits et légumes. Elle empêche l’eau de s’échapper de la surface du fruit et à l’oxygène de pénétrer. Elle aurait donc un double avantage.

Consommer les emballages c’est possible

En France, en 2018, près de 1,2 million de tonnes de plastique ont été utilisées dans les emballages à usage unique. Si 56% des bouteilles et flacons sont recyclés, le taux chute à 4% pour les emballages en plastique. Ceux là-même qui servent entre autres à protéger les aliments .

Dans le même temps en Europe, 88 millions de tonnes métriques de nourriture se gâtent chaque année avant même qu’elles n’atteignent la table du consommateur. Les fruits et légumes sont particulièrement vulnérables. Et, la chaîne de distribution ne parvient pas toujours à éviter les énormes quantités de déchets dûs à la proléfération d’emballage plastique.

Mais il est possible de ralentir l’oxydation des produits frais. Il suffit d’empêcher l’eau de s’échapper de la surface et l’oxygène de pénétrer. Étant donné que les fruits et légumes dans des emballages en plastique ne sont clairement pas une solution verte, un matériau biodégradable ne pourrait-il pas agir comme une barrière? s’interrogent les chercheurs.

Une seconde peau pour les fruits et légumes

Et en Europe? Approuvée par la Commission européenne en juin 2019, cette technologie est actuellement testée dans des supermarchés au Danemark, en Allemagne et au Royaume-Uni. Si son succès se confirme, il pourrait devenir un nouvel acteur de la lutte contre le gaspillage alimentaire .

Dorothée Audibert-ChampenoisFacebook BLKNews – CNews ACTUS Page – Image Source #LivingCircular

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :