Tourisme-Victoire Jasmin: «Les aides de l’Etat» ne suffisent plus

Les aides de l’Etat dans le tourisme pour les outre-mer, est-ce suffisant ? La sénatrice Victoire Jasmine était l’invitée de Public-Sénat ce week-end. Elle répondait à une question sur l’état du tourisme aux Antilles. Une internaute soucieuse de connaître le point de vue de l’élue guadelouéenne, l’interrogeait. Si Victoire Jasmin reconnait les efforts de l’Etat, elle constate que des difficultés persistent dans ce secteur.

Extraits de Sénat-Stream : «Il y a eu des aides de l’Etat pour le tourisme. Mais la difficulté aujourd’hui, c’est que beaucoup d’établissement ne peuvent pas fonctionner. Même quand il n’y a pas beaucoup de touristes, il faut entretenir tout ce qui contribue au bien être du touristes potentiels. Les établissements fonctionnent plus ou moins. Avec une population locale qui ne peut pas aller dans certains hôtels.»

Victoire Jasmin - Sénatrice PS de Guadeloupe (Sénat Stream)

Le tourisme en chute libre

La sénatrice guadeloupéenne avoue ne pas être en mesure d’évaluer « si les aides sont suffisantes ou pas ». N’étant pas elle-même du secteur, précise Victoire Jasmin. Mais, rapporte la sénatrice les professionnels du secteur sont déçus. Ils regrettent les mesures prises concernant les déplacements sur les territoires.

Victoire Jasmine note les autres appuis financiers, qu’elle salue. « Il y eu des aides mais il y eu aussi des prêts garantis par l’Etat. Je sais qu’il y a des entreprises qui contribuent à la prise en charge des touristes. Et comme la situation ne s’améliorent pas pour elles, elles accumulent les difficultés pour les échéances.». La sénatrice affirme que si certaines échéances sont différées ce n’est pas toujours le cas. « Il y a un personnel à prendre en compte. Mais également tous ceux qui travaillent indirectement avec les touristes. Comme les agriculteurs qui fournissent des produits frais ou les saisonniers du secteur ». En résumé, les aides sont insuffisantes mais réglent pour autant les frais fixes des acteurs du tourisme guadeloupéen, note Victoire Jasmin.

Avec un secteur qui pèse 10% du PIB local, les mesures ant-covid sont une catastrophe. Les conditions sanitaires  imposées depuis le 1er février 2021 aux voyageurs de l’Hexagone sont strictes. Sauf pour des motifs impérieux, les déplacements vers la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, sont encore interdits.

Dorothée Audibert-Champenois (BLKNews) – Images Capture d’écran BLKNews

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :