Les pays du Commonwealth refusent une royauté raciste

Le Commonwealth s’agite depuis mardi 9 mars 2021. C’est l’une des dernières conséquences de l’interview-vérité de Meghan et Harry. L’affaire Meghan Markle n’est pas juste une affaire people. Elle prend des proportions politiques. Après la Maison Blanche qui donne son soutien à Meghan Markle ce sont les nations du Commonwealth qui réagissent.

Les allégations du prince Harry selon lesquelles un membre de la royauté est raciste soulève des questions. Dans les pays historiquement liés à la Grande-Gretagne le doute s’installent. Les 54 pays qui forment le Commonwealth sont sidérés. Ces anciennes colonies étaient jusqu’à aujourd’hui liés historiquement à l’Angleterre. Pendant des décennies, la Reine Elisabeth II était la force motrice du Commonwealth. Tout pourrait changer depuis l’interview accordée à Oprah Winfrey. L’ancien Premier ministre australien Malcolm s’interroge. Selon lui, il est temps de passer à une vraie démocratie après le départ de la Reine Elisabeth II.

La Reine, cheffe du Commonwealth

Alors que plus de 50 millions de personnes ont suivi l’interview, diffusée la veille du Commonwealth, la Reine a dit son sentiment. En essayant de réunir sa famille, la cheffe du Commonwealth a renouvellé son attention au couple Sussex. Seulement, les accusations de Meghan et d’Harry restent pertubants pour beaucoup de citoyens de cette organisation intergouvernementale.

Les peuples du Commonwealth sont en colère

Les peuples autrefois colonisés se demandent est-ce qu’il est bon de rester dans une telle association. Les pays s’apprêtent à quitter leur ancien colonisateur. Nicholas Sengoba, un chroniqueur ougandais est perplexe. Il se pose la question à savoir « si les chefs des pays du Commonwealth devraient toujours être «fiers de dîner» avec des membres de la famille royale britannique, compte tenu des accusations ».

Au Kenya Sylvia Wangari, résidente de Nairobi est en colère. « Nous sommes très en colère de voir notre compatriote africaine harcelée parce qu’elle est noire ». « Les Kenyans en 1952 n’ont montré à Elizabeth aucun racisme. Et elle est restée ici sans que nous lui montrions aucune discrimination» a ajouté Sylvia Wangari.

Meghan et Harry se sont rendus en Afrique du Sud en 2019. C’est à cette période que leur scission avec la famille royale est devenue plus claire. Ils envisageaient de vivre éventuellement au Cap.

Dorothée Audibert-Champenois (BLKNews) – Images ©️ APNews

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :