Une kenyane invente des briques plus résistantes que le béton

Au Kenya, Nzambi Matee a mis au jour une nouvelle forme de briques. Grâce à sa dernière invention, peut se vanter d’avoir fait d’une pierre deux coups. Pour la protection de l’environnement comme pour l’aide aux sans abris,  la découverte de la kenyanne va faire date.  Le recyclage de déchets lui aura permis de faire une découverte majeure dans l’industrie du BTP. Mais pour l’instant, Nzambi Matee veut aider la population défavorisée qui peine à se loger décemment au Kenya. Un pays où 95 % des habitants vivent en-dessous du seuil de pauvreté dans certaines régions.

Cette découverte majeure pourra permettre de construire de nombreux logements en zone rurale comme en zone urbaine.

Dans son usine qu’elle nomme Gjenge Makers, ouverte en 2017 à Nairobi, Nzambi Matee mélange des déchets plastiques et du sable. Ensuite, ses ouvriers les soufflent avec de la chaleur avant de les compresser en briques solides comme du béton.

C’est donc cette étrange mixture qui lui permet de produire une brique cinq à sept plus résistante que le béton.  Et elle est seule à les produire et pour cause son usine est la seule à accepter les déchets que les autres «ne peuvent plus traiter, ni recycler». Quant au prix, il reste très abordable pour le marché kenyan. L’ingénieure vend ses briques 850 shillings kényans soit 7,70 dollars le mètre carré.

Le Kenya compte 41 800 000 habitants,  avec un PIB très bas par habitant, beaucoup de kenyans sont très pauvres et connaissent de
grandes difficultés pour se loger, se nourrir ou se soigner.  A cause de cette grande pauvreté des bidonvilles se sont développer dans la capitale Nairobi.

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images et source The Hub.news/Dianova International

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :