Pour sauver le lambi de la Caraïbe, une chercheuse préconise des écloseries et des nurseries géantes pour ces mollusques

Avec une durée de vie estimée de 25 à 40 ans, le lambi (Strombus gigas) est un mets délicat qui a longtemps été récolté comme nourriture et apprécié pour ses belles coquilles.

Après le homard, c’est l’une des pêcheries les plus importantes des Caraïbes. Malheureusement, l’espèce est confrontée au défi de savoir comment résister et prospérer. Sa population diminue constamment en raison de la surpêche, de la dégradation de son habitat et des dommages causés par les intempéries. Dans certains endroits, les populations sont si faibles que le reste des conques ne peut trouver de partenaire de reproduction. Cette situation désastreuse est urgente d’un point de vue écologique et économique annonce Harbor Branch de la Florida Atlantic University.

Pour protéger cette pêcherie de mollusques, les scientifiques du Harbour Branch Marine Studies Institute de l’Université Florida Atlantic ont consacré plus de 40 ans de recherche à la science et à l’art du lambi. Leur dernière contribution est un manuel d’utilisation de 80 pages qui fournit des illustrations et des photos complètes sur la façon de cultiver le lambi. Récemment publié par la National Shellfish Association, le guide sur l’aquaculture du Strombus gigas a été écrit en collaboration (pendant deux ans) avec des pêcheurs de Conservation Conciencia, de l’Association des pêches commerciales de Naguabo et de Porto Rico. Le manuel propose des projets d’écloserie et de nurserie, un vaste programme de conservation, d’éducation et de culture marine réparatrice pour le lambi.

Des milliers de coquilles d’escargots vides bordent la côte Caraïbe

«J’ai écrit cette édition pour les pêcheurs portoricains de la Naguabo Fisheries Association, qui apprennent maintenant à diriger l’écloserie et la pépinière de lambis de Naguabo», a déclaré le Dr Megan Davis, auteure et professeure de recherche en aquaculture et en élevage.

L’objectif est de produire jusqu’à 2 000 alevins de lambis dans une installation d’aquaculture gérée par des pêcheurs et de les relâcher dans l’habitat des alevins de conque. L’équipe travaillera avec la communauté des pêcheurs pour utiliser les infrastructures d’aquaculture de conques, pour fournir des revenus diversifiés à la communauté des pêcheurs, pour promouvoir les pratiques aquacoles et la future population aquacole pour la pêche et la sécurité alimentaire.

«Notre projet de culture du lambi à Porto Rico sert de modèle pour rendre les populations disponibles pour les pêcheries futures et pour soutenir la sécurité alimentaire ailleurs à Porto Rico et dans les Caraïbes» assurent les chercheurs.

Avec la publication récente de ce manuel du savoir-faire, le Dr Megan Davis et ses partenaires ont élargi la demande à travers les Caraïbes, y compris les Bahamas, Porto Rico, Curaçao, Antigua et les îles Turques et Caïques. 

Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images Megan Davis queenconch202 -Source Harbor Branch  et Florida News Times

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :