Céline Major, nouvelle déléguée générale du Festival FEMI 2021 reçoit Kareen Guiock, Jocelyne Béroard et Mouna N’Diaye

Dix années d’expérience dans l’audiovisuelle, comme productrice mais également en tant que scénariste font de la guadeloupéenne Céline Major la nouvelle déléguée générale du Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe 2021.

Avec comme marraine Cannelle Kieffer, fille de la regrettée Osange Silou, membre honoraire du Festival, le FEMI, organisé par l’association ICM  « Images et Cultures du Monde », l’un des premiers festivals francophones de cinéma de la Grande Caraïbe, se donne pour mission de promouvoir les œuvres cinématographiques et les cinéastes des Antilles-Guyane et plus largement de la Caraïbe, peut-on lire sur le site dédié.

Co-fondatrice de la société DMP-Productions, Céline Major est une professionnelle reconnue dans le monde des médias et du cinéma. La nouvelle déléguée générale du FEMI a obtenu une licence d’Assistante-Réalisatrice au Conservatoire Libre du Cinéma Français à Paris. Au Festival de Cannes, au Festival Prix du Court et à la Maison des scénaristes de Clermont-Ferrand, l’antillaise qui vit à Paris, a eu l’opportunité d’organiser des évènements autour du métier de scénarios, en adaptant des ouvrages pour le cinéma ou en participant directement à l’écriture de scénarios.

Aujourd’hui Céline Major se dit fière d’endosser ce rôle central de déléguée générale pour le FEMI 2021 : «C’est un réel honneur que l’association ICM ait pensé à moi c’est une responsabilité à la fois stratégique et opérationnelle pour un Festival.»

Pour cette édition, l’objectif de la déléguée générale se concentre sur trois points. D’une part faire découvrir des films internationaux et de qualité en Guadeloupe, comme l’ont fait des déléguées générales avant elle, à l’instar de Felly Fedecias, membre fondatrice. Il est important de « Permettre aux guadeloupéens de découvrir les films d’auteurs d’Asie, d’Europe, d’Afrique, de la Caraïbe ou des USA  et de promouvoir ce cinéma d’auteurs » explique Céline Major.

Felly Fedecias au Festival de Cannes 2016

Dans ce contexte sanitaire particulier de pandémie Covid-19, les cinéastes sont majoritairement impactés. Les recettes ont chuté, les sorties ont été déprogrammées et les projections traditionnelles ne sont plus d’actualités.

La déléguée générale Céline Major veut assurer aux réalisateurs du soutien du FEMI. La productrice-scénariste assure «vouloir aider les cinéastes antillo-guyanais, en organisant soit des évènements en leur honneur ou soit en faisant des focus sur les nombreuses personnalités qui ont fait évoluer le cinéma des Antilles et de Guyane». Céline Major tient à faire un clin d’oeil aux cinéastes féminines, cette année 2021 qui célèbre la 25ème édition du Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe. Ce festival lancé par des femmes et qui visait initialement les réalisations des cinéastes femmes a été créé en 1992.

Et enfin, à l’heure du digital, Céline Major estime qu’il est temps pour le FEMI de s’imposer plus largement sur les réseaux sociaux : «Cette année j’organise des conférences en ligne pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, ils auront des contenus inédits via les pages consacrées au Festival sur les réseaux sociaux.»

Le FEMI 2021 aura comme thème Souvenir et Rétrospective, annonce la déléguée générale. L’occasion de «mettre à l’honneur toutes les personnes qui nous suivent depuis 25 ans, tous les cinéastes qui ont été révélés par le Festival. Nous mettrons également en lumière les cinéastes qui concourent dans nos trois catégories».

Kareen Guiock animatrice du débat du 8 janvier pour le FEMI 2021

Un hommage particulier sera rendu à deux cinéastes femmes de la Guadeloupe qui ont disparues au cours de l’année : La réalisatrice Sarah Maldoror et la journaliste-productrice Osange Silou Kieffer. « Elles ont beaucoup oeuvré pour le développement de l’industrie du cinéma aux Antilles et aussi en dehors de la Caraïbe. Dans le cadre de ce «souvenir», des débats, des conférences et des soirées sont prévus par les organisateurs du FEMI 2021 » a tenu à préciser la déléguée générale.

Burkina Faso, Mouna N’Diaye égérie du cinquantenaire du Fespaco (2019)

Le 8 janvier 2021, autour de cinéastes, de scénaristes, de producteurs, d’acteurs et d’actrice, une Web-conférence sera dirigée, animée et modérée par la journaliste-présentatrice Kareen Guiock. Elle aura parmi ses invités la chanteuse vedette de Kassav’, Jocelyne Béroard qui s’est révélée actrice dans plusieurs productions locales, Appoline Traoré (réalisatrice burkinabé) et Mouna N’Diaye (comédienne, réalisatrice et ex-Jury au Festival de Cannes).

Jeanne Romana (auteure, réalisatrice et productrice), Jean-Claude Barny (réalisateur), Wally Fall (réalisateur et co-fondateur de Cinémawon) sont aussi participants au débat dont le thème est «Le cinéma des Antilles-Guyane dans la diaspora».

Mouna N’Diaye, actrice, réalisatrice, Jury au Festival de Cannes

Reportage Dorothée Audibert-Champenois Rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Cnews ACTUS – Twitter Instagram – Images ©️CM – ©️Cnews ACTUS  – ©️Jocelyne Béroard – ©️Kareen Guiock

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s