Bill était le tout premier Noir à conduire le train de la Reine, racisme, humiliation, accident, il a tout vécu

«Il parlait tout le temps de son travail. On pouvait souvent voir des larmes dans ses yeux chaque fois qu’il voyait un vieux train» raconte sa femme Noémi sur le site créé spécialement pour lui rendre hommage.

Tout au long de sa vie, ce caribéen a fait preuve de courage, d’altruisme, de volonté et d’une grande sagesse alors même que les obstacles se dressaient devant lui sans jamais l’épargner. L’histoire de Wilston Samuel Jackson est citée dans le cadre du Black History Month en Angleterre. Conducteur de train à Londres, une plaque bleue a été exposée dans les bureaux de la gare de Kings Cross, l’année précédant sa mort. Bill est décédé à l’âge de 91 ans le 15 septembre 2018.

Wilston Samuel Jackson, Bill pour ses amis, est né dans la paroisse de Portland en Jamaïque, le 17 mai 1927. Avec son père Victor Jackson, Game Keeper à Portland, en Jamaïque, sa mère Maria Jackson et se deux soeurs, il mène relativement aisé.

À 17 ans, son père a 45 ans quand il décède subitement, brisant les rêves du jeune Bill qui voulait devenir dentiste. Bill décide alors de partir en Europe, en Angleterre, plus précisément, car cet ancien empire anglo-saxon recherche des travailleurs pour aider à la reconstruction du pays, après les ravages de la Seconde Guerre mondiale. Le jamaïcain arrive à Londres en 1952 et le jeune homme est choqué. Bill est confronté à un racisme flagrant, un sentiment qu’il n’avait jamais connu en Jamaïque. En milieu hostile, le caribéen sera ouvrier dans une usine de verre avant de tenter sa chance dans les chemins de fer. Wilston Samuel Jackson décide ensuite qu’il sera conducteur de train.

À cette époque, il n’y avait pas de conducteurs de train Noirs et une règle tacite réservait ce poste aux Blancs. Ses camarades Noirs travaillant comme lui sur les réseaux de chemin de fer croyaient qu’un homme de couleur ne pourrait devenir chauffeur un jour et beaucoup abandonnaient leur emploi ferroviaire avec peu de perspectives d’avenir. Pour Bill résolu qu’ils se trompent, le destin sera généreux. Pendant des années, le jamaïcain continue son travail comme pompier pour la compagnie de chemin de fer, à pelleter 10 à 12 tonnes de charbon par jour dans des conditions des plus pénibles. Jamais en retard, ne manquant aucun jour de travail.

En 1962, Wilston Samuel Jackson réussit ses examens pour de conducteur de locomotive et par la même, devient le premier Noir conducteur de train de Grande-Bretagne. Bill conduisait le luxueux Mallard, Flying Scotsman et The Elizabethan qui transportait la Reine à travers tout le pays.

Le Mallard, Flying Scotsman et The Elizabethan

Mais ses ennuis n’étaient pas terminés. Les collègues blancs, furieux que Bill soit maintenant chauffeur, s’organisent et interdisent à tout homme Blanc de travailler avec le nouveau conducteur Noir.

Son premier jour comme pilote, lui vaut pourtant les félicitations du contremaître Blanc de son service. Ce même jour, pendant que Wilston Samuel Jackson prépare la sortie du moteur, son pompier refuse d’être à ses côtés et le fait savoir au contremaître, qui licencie le pompier sur le champ. Sans amertume et avec beaucoup de sagesse, Bill invite le pompier raciste à reprendre place auprès de lui, répondant à son étonnement : «Je n’ai pas de problème avec vous, c’est vous qui avez un problème avec moi. Si vous faites bien votre travail, nous nous entendrons bien» dira Bill.

Trois ans plus tard, la tragédie. Un matin d’automne 1964, Wilston Samuel Jackson conduisait un train dans un brouillard très dense près de la gare de Finsbury Park au Nord de Londres. Un signaleur lui donne un feu vert par erreur et le train de Bill entre en collision de plein fouet avec un autre. Les pompiers ont dû arracher le métal tordu pour extraire et libérer le conducteur, dont les jambes avaient été complètement sectionnées. Les membres de Wilston Samuel Jackson ont été recousus, mais Bill passera deux longues et douloureuses années à l’hôpital.

Après sa convalescence réussie, Wilston Samuel Jackson retrouvera son travail de conducteur de train en 1966. Quand Bill a su, la même année, que les pays africains recherchaient des conducteurs de train, Wilston Samuel Jackson est parti s’installer en Zambie. Le jamaïcain a repris son ancien métier de conducteur dans ce grand pays d’Afrique de l’Est, devenant plus tard agriculteur. Il aura également aidé avec ses voisins, à la construction d’un pont de fer.

C’est dans ce pays d’Afrique Australe qu’il a rencontré l’amour de sa vie : Naomi. Ils ont eu quatre enfants.

Lors d’un voyage au Royaume-Uni en 2001, le médecin de Wilston Samuel Jackson lui recommande de rester à Londres pour que le NHS (équivalent de la Sécurité Sociale en France) prenne soin de lui. Ses jambes lui causaient des problèmes.

En 2018, Wilston Samuel Jackson a eu un accident vasculaire cérébral et a perdu l’usage de la parole, son audition et sa motricité. Bill voulait être soigné chez lui.

Wilston Samuel Jackson s’est éteint à 91 ans en septembre 2018.

La gare King’s Cross, à Londres, où a travaillé Bill, le conducteur d’origine jamaïcaine, premier pilote noir de la compagnie de chemin de fer.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice de C’news ACTUS – Facebook Twitter Instagram @C’news ACTUS – Source Saint-Francis Hospice – Site Wilston Samuel (Bill) Jackson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s