Le guadeloupéen Ludovic Montout Partner Manager à Facebook Ireland «Les vastes réalisations de la communauté noire, il est temps de les célébrer et de les honorer»

Cette année 2020 restera une année marquée aux fers rouges pour toute les communautés dans le monde et également aux Etats-Unis où la communauté noire paye largement un lourd tribu.

En Outre-Atlantique, les Afro-américains semblent doublement victimes de cette pandémie, au niveau sanitaire, c’est un fait, mais également sur les questions discriminatoires qui entravent les relations entre la communauté noire et les autres citoyens américains. Dans cette société qui va mal en Europe comme aux States, il est toujours salutaire de souligner les conseils et les préconisations pour un meilleur «vivre ensemble». Ludovic Montout, originaire des Antilles est de ceux qui prodiguent à travers leurs engagements, des conseils pour mieux comprendre et vivre avec nos différences. Il s’est adressé aux internautes via le réseau social qu’il connait bien : 

« Je viens de Guadeloupe, une petite île française des Caraïbes. J’ai déménagé à Paris en 2006 quand j’avais 18 ans. Le Mois de l’histoire des Noirs n’est pas célébré en France. Nous ne mettons pas l’accent sur une communauté spécifique en France, nous le célébrons parce que nous sommes tous français.

Lorsque j’ai rejoint le bureau de Facebook de Dublin, j’étais l’une des trois personnes noires de mon équipe. Après le début des manifestations de George Floyd, j’ai voulu faire quelque chose pour aider à sensibiliser aux problèmes auxquels la communauté noire est confrontée. J’ai créé un podcast intitulé I Like My Coffee Black. Nous réunissons des gestionnaires et des dirigeants noirs et blancs pour une discussion franche sur les défis et les réalisations de la communauté noire. Les gens aiment vraiment les podcasts et ils sont devenus une source d’inspiration pour beaucoup. Maintenant, ma mission est de créer ce type de sensibilisation en dehors de Facebook, pas seulement pour les personnes qui travaillent ici.

Pour moi, le Mois de l’histoire des Noirs est un moment de réflexion et d’auto-éducation. C’est l’occasion de réfléchir aux défis, d’élargir la sensibilisation et la compréhension et de chercher des moyens d’aider la communauté noire à briller. Il est également temps de célébrer et d’honorer les vastes réalisations de la communauté noire. Pour ce faire, je pense qu’il est important de rassembler les gens. Chez Facebook, lorsque le groupe de ressources Black @ Facebook organise des événements, j’invite toujours tout le monde de mon équipe, pas seulement mes coéquipiers noirs. Je m’assure également que les entreprises partenaires avec lesquelles je travaille en dehors de Facebook savent ce que nous faisons en interne pour aider la communauté noire. Lorsque vous faites participer des gens de différentes communautés et qu’ils sont prêts à comprendre les défis, ils sont plus susceptibles de devenir des alliés et d’en élever d’autres».

Texte de Ludovic Montout partner manager (Chargé des partenaires en français) à  Facebook Ireland

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy

Julien Bayou dénonce ce «tabou» celui du «racisme des policiers envers les Noirs et les Arabes»

Dans la marche des Libertés qui a mobilisée des milliers de participants hier de la Place de la République à la Bastille, plusieurs politiciens sont intervenus dans les médias, exprimant leur opposition à la proposition de loi sur la sécurité globale. En marge de l’article 24 sur le délit d’intention de nuire à la police et leur protection dans des opérations de maintien de l’ordre public, le Secrétaire National d’Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou a exprimé son total désaccord d’avec une loi qui ne résoudrait pas tout.

Au micro de la chaîne en continu, BFMTV, en faisant une différence entre la gendarmerie et la police, le militant écologiste a dénoncé d’une part le port d’armes de la police municipale qui selon lui est moins bien formée que la police nationale, et d’autre part les décisions de la préfecture de police qui privilégie le contact avec les manifestants ou assaillant. Ce qui, pour Julien Bayou, entretient des tensions et met les policiers et les policières, eux-mêmes, en danger.

« Il faut affronter la question du racisme dans la police, de la discrimination, du contrôle au faciès et relancer la proposition de l’ancien défenseur des droits, Jacques toubon, sur le récépissé contre le contrôle au faciès » s’insurge le militant d’Europe Ecologie les Verts .

Et Julien Bayou va plus loin, «Nous avons besoin de faire face à ce tabou » indique le militant, «Il y a de la discrimination massive, du racisme des policiers à l’encontre de certaines parties de la population. Pour le dire vite, les Noirs et les Arabes ou les perçus commes tels. Et tant que l’on ne l’affrontera pas, hé bien, on aura pas de paix »

Ce dimanche 29 novembre 2020, l’entourage de l’Elysée annonçait avoir téléphoné et apporté son soutien à Michel Zecler, le producteur martiniquais tabassé samedi dernier dans son studio du 17ème arrondissement de Paris. Trente jours d’ITT lui ont été prescrits suite à ce tabassage.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy – Images ©️ Reporterre le quotidien de l’écologie

Wilton Gregory est Cardinal, pour le 1er Noir Américain a occupé cette fonction, c’est un «soutien à la communauté afro-américaine»

Un « soutien à la communauté afro-américaine » commente l’archevêque de Washington Wilton Gregory qui vient de recevoir sa toque. En juin dernier, il avait ouvertement récusé l’attitude de Donald Trump face à des manifestants antiracistes.

Agenouillé face au pape François, Wilton Gregory, 72 ans, a reçu ce samedi  28 novembre le chapeau et la bague violets, devenant ainsi le premier Cardinal Noir américain dans l’ histoire du catholicisme.

L’archevêque Wilton Gregory de Washington, D.C. a été choisi comme Cardinal par le Pape François lors d’une cérémonie samedi appelée le consistoire, dans la basilique Saint-Pierre au Vatican.

Il devient un des hauts dignitaires de l’Église catholique choisi par le Pape.

La cérémonie, souvent appelée consistoire, a été modérée contrairement aux années précédentes, car la pandémie a empêché cet évènement qui généralement est célébré avec faste. Bien que la basilique Saint-Pierre peut contenir généralement des centaines de fidèles, chaque cardinal ne pouvait inviter que 10 amis et la basilique était vide, rapportent les journalistes de NPR. Les amis et les nouveaux cardinaux portaient des masques.

Par mesure de précaution, les candidats cardinaux venus d’Outre-mer à Rome étaient en quarantaine au Vatican, 10 jours avant la cérémonie.

Dans son homélie, le Pape François a mis en garde les nouveaux cardinaux à ne jamais perdre de lien avec le peuple, ni de se considérer uniquement comme «Son Eminence». Il a en également averti les cardinaux de ne pas être tenté par la corruption ou de se servir de leurs positions pour leur propre intérêt.

La semaine dernière, Wilton Gregory a informé les médias qu’il espérait s’entretenir avec le nouveau président Joe Biden, qui serait selon, les catholiques, le deuxième président catholique dans toute l’histoire de la Nation américaine.

Lors de cette cérémonie religieuse, le Pape argentin de 83 ans a nommé 73 des 128 cardinaux-électeurs qui pourront élire son successeur.

Source NPR – Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef CnewsActusDothy – Facebook Twitter instagram Photo ©️ Getty Image/Capture -Le Point

Le martiniquais Michel Zecler appelle au calme et annonce que «sa réponse» à l’agression sera «froide mais résolue»

Samedi 28 novembre, soit une semaine après les faits de violence sur sa personne, le producteur martiniquais Michel Zecler a publié un message sur son compte Instagram.

Victime d’un passage à tabac vu par des millions de personnes sur le Net, le producteur appelle aujourd’hui au calme. Sur les réseaux sociaux, si Michel Zecler demande à tous de garder leur sang froid devant les images qui ont indignées plus de 10 millions d’internautes, le martiniquais indique dans son message Instagram que « sa réponse » face à l’agression qu’il a subie « sera froide mais résolue ».

Dans un post où il est montré assis et le bras gauche toujours maintenu par une écharpe, le producteur antillais écrit : « Je m’en tiens le plus souvent à peu de mots. je vais rester fidèle à cette règle. Les images qui tournent en boucle depuis 2 jours parlent d’elles-mêmes. je remercie tous ceux qui m’ont témoigné du soutien : proches, collègues, voisins, artistes, célébrités ou simples anonymes. ».

Michel Zecler poursuit « Les faits sont graves. Ma réponse sera froide et résolue. Les entailles les plus profondes ne sont pas forcément celles qui se voient. Elles mettront du temps à se refermer. Merci de respecter l’intimité de mes proches et de ma famille. La justice passera. J’y veillerai ».

Ce soir le Procureur de la République de Paris Rémy Heitz a annoncé que trois policiers étaient déférés, mis en détention provisoire et le troisième également mis en examen, reste sous contrôle judiciaire ».

 

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef de CnewsActusDothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – Images Instagram

Producteur tabassé : Les policiers sont mis en examen, 3 sont déférés, le 4ème sous contrôle judiciaire

Le point de presse du Procureur Rémy Heitz sur l’affaire Michel Zecler

« Les 4 policiers qui reconnaissent que les coups portés n’étaient pas justifiés et réfutent le caractère mensonger de leur PV, ont été déférés au Tribunal Judiciaire de Paris aux fins d’ouverture d’une information judiciaire. Le Parquet de Paris les a mis en examen pour violence avec incapacité inférieure de 8 jours (pour Michel Zecler) par personne dépositaire de l’autorité publique avec arme (matraque) en réunion et accompagné ou suivi de propos à caractère racistes. Également pour faux en écriture publique, violation de domicile par personne dépositaire de l’autorité publique et dégradation volontaire du bien privé en réunion. 

L’autre fonctionnaire qui a fait utilisation de gaz lacrymogène, le Parquet de Paris a requis sa mise en examen des chefs de violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique, en réunion et avec arme (la grenade) et pour dégradation de biens par moyen dangereux pour les personnes.

Le placement en détention provisoire des 3 premiers policiers a été requis en considération du trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public provoqué par la gravité de l’infraction, des circonstances de sa commission et de l’importance des préjudices qu’elle a causées et afin d’éviter un risque de concertation entre les auteurs ou de pression sur les témoins.

Le 4ème policier, auteur présumé du jet de grenade, son placement sous contrôle judiciaire a été requis avec une interdiction d’exercer ses fonctions.

La justice s’attachera à faire toute la lumière sur ces faits dans le respect des principes qui la gouvernent », a conclu le Procureur de la République de Paris, Rémy Heitz.

L’avocate de Michel Zecler, Maître Hafida Ali.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice de CnewsActus Dothy – Facebook twitter Instagram @C’news Actus Dothy

Erika Hilton, 1ère conseillère municipale trans Noire de Sao Paulo au Brésil dans «un pays plein de paradoxes»

«Le Brésil est un pays raciste, homophobe et transphobe, et je suis tout cela en un» a déclaré Erika Hilton. La première conseillère trans Noire de Sao Paulo entre à la mairie de la plus grande ville d’Amérique latine.

Quatre jours seulement après son élection, c’est le meurtre brutal d’un client noir par deux gardes de sécurité blancs dans un supermarché de Porto Alegre. «C’était l’expression la plus méprisable du racisme structurel, du racisme institutionnel, et de l’héritage de l’esclavage au Brésil», a-t-elle déclaré après avoir mené une manifestation sur l’avenue principale de Sao Paulo, le poing levé, scandant «Black Lives Matter! » rapporte le site brésilien de RFI.

Erika Hilton, 27 ans devenue politicienne a été élue le 15 novembre dernier. Elle était la seule femme à figurer sur la liste de Gauche du Parti Socialiste et de la Liberté  (PSOL). la jeune brésilienne a gagné l’élection haut la main avec en soutien un grand nombre de voix de femmes brésiliennes.

C’est un parcours improbable pour la nouvelle conseillère municipale. Erika a grandi dans un bidonville d’une famille fondamentaliste chrétienne qui l’expulse du domicile, elle n’est pas majeure. Adolescente sans-abri, Erika Hilton se tourne alors vers la prostitution et vivote dans la rue pendant des années, jusqu’à ce que sa mère change d’avis et la récupère. Avec le soutien de sa mère, Erika Hilton termine ses études et s’implique dans le mouvement des droits des LGBTI.

En 2018, la jeune transgenre a reçu de nombreuses menaces de mort après son élection à la législature de l’État de Sao Paulo où elle occupe un «siège collectif» partagé avec d’autres femmes de gauche. Erika Hilton admet que cela lui fait peur, ne le montre pas et continue son activisme comme ses amies militantes.

La communauté LGBTI du Brésil reste encore choquée après l’assassinat en 2018 de la conseillère municipale de Rio de Janeiro, Marielle Franco, une militante lesbienne noire. Le meurtre des femmes transgenres est une grave source de préoccupation pour le gouvernement brésilien. 124 personnes transgenres ont été assassinées en 2019 au Brésil.

«Nous avons eu 388 ans d’esclavage (au Brésil), suivis de 140 ans de fausse abolition, et nous sommes toujours en train de nous affirmer. Nous nous battons toujours pour notre cause, notre humanité» avoue Erika Hilton, la nouvelle conseillère municipale de Sao Paulo.

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice CnewsActusDothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – ©️ Image Nelson Almeida AFP – Barrons –  BuzzFeedNews

Babette de Rozières, Valérie Pécresse toutes leurs actions pour les restaurateurs, les grands perdants dans cette pandémie

Dans cette crise sanitaire hors norme et inédite, de nombreuses mesures ont été prises pour enrayer l’inéluctable progression du nouveau coronavirus. Si le gouvernement s’est concentré sur l’aspect sanitaire en confinant la population à deux reprises, l’impact de ces décisions sur l’économie est, du point de vue des économistes, une catastrophe pour les petits commerces. Mais les victimes les plus touchées par ces confinements répétés ce sont eux, les commerces de bouche, pestent les professionnels. Les restaurateurs, les organisateurs d’évènementiels et les gérants de boîtes de nuit, ce mardi 24 novembre 2020 ne décolèrent pas, et pour cause, ils seront de nouveau les seuls corps de métier à garder portes closes.

Sur les réseaux sociaux comme dans les médias traditionnels, les restaurateurs montrent leur désespoir, ils manifestents, interpellent, ils sont à bout. Notre rédaction a rencontré Babette de Rozières, une personnalité qui mêle ses compétences professionnelles de gastronome et ses compétences politiques pour venir en aide aux milliers de restaurateurs parisiens victimes collatérales du nouveau coronavirus.

C’est une atteinte à la liberté d’entreprendre, à la liberté du commerce. Une liberté de plus supprimée et qui s’ajoute à la liste des autres dont J’évite à faire la liste. Tout ceci est contraire au principe d’égalité de traitement et qui devrait à mon avis justifier d’un recours devant le conseil d’État estime la fondatrice du salon de la gastronomie des Outre-mer.

Dans cette interview qui suit, la guadeloupéenne, chiffres à l’appui, fait état d’une situation complexe pour les commerces et détaille les différentes mesures préconisées et adaptées par la Région, parallèlement aux aides insuffisantes du gouvernement, juge Babette de Rozières.

C’news Actus Dothy (CNAD) : Vous, êtes au coeur de la restauration, vous dirigez un festival culinaire très suivi, que pensent les professionnels autour de vous?

 Babette de Rozières : Tous les acteurs des métiers de bouche et d’évènementiel sont à l’agonie.  C’est d’ailleurs tout un pan de la culture française qui est en train de disparaître. Ce ne sont pas les effets d’annonces de prêts et d’aides qui éviteront leur mort déjà programmée. 

Quel impact à court et à long terme pour ce commerce de bouche?

 Babette de Rozières : Sachez que la restauration avant la Covid-19, c’est 220.000 restaurants dans l’Hexagone dont 10% en Île-de-France. C’est aussi 800.000 emplois directs et un nombre incalculable d’emplois en amont et un nombre incertain d’emplois indirects, comme les extras, les jobs d’été pour les étudiants et les travailleurs au chômage non-déclarés. On estime aujourd hui à plus de 10 milliards d’euros la perte de Chiffre d’Affaires, avec des conséquences sociales et dramatiques.

 Babette de Rozières : La restauration rapide (les plats a emporter) c’est 47% du commerce en France avec un Chiffre d’Affaires de plus de 40 milliards d’euros et 200.000 salariés. A la rentrée de septembre 2020 on estimait déjà plus de 30% de fermeture, de dépôts de bilan, de faillites. Beaucoup de restaurateurs dépriment car à la réouverture, ils  ne pourront pas faire face aux besoins de trésorerie pour régler leur charges courantes car, les aides apportées par l’État ne suffisent plus.

Il faut rester objectif la reprise ce n’est pas pour demain la relance non plus c’est le désarroi. Aujourd’hui, 20% des restaurateurs ont mis les clés sous la porte et le chômage atteindra un niveau record. À long terme, ce seront des cascades de dépôt de bilan et un chômage en masse qui s’annonce. On fait porter le chapeau aux restaurateurs qui sont devenus le bouc émissaire du gouvernement. Avec ce 2ème confinement, ils se sentent sous perfusion.

Les aides gouvernementales sont-elles suffisantes? 

 Babette de Rozières : Croyez-vous sincèrement que c’est avec  10 000 euros, que ces commerçants peuvent compenser plusieurs mois de fermeture de leur activité ? Bon nombre de petits commerçants n’ont à ce jour pas pu bénéficier de ces aides soumises à certaines conditions. 

Face aux cantines et aux Fast-Food ouverts durant ce dernier confinement, quelles sont les questions que vous vous posez?

 Babette de Rozières : Je ne me pose pas de question je considère que c’est une mascarade un non-sens. Il faudrait poser cette question au gouvernement sur les différences de traitement. il n’y a aucune logique scientifique à donner est-ce une forme de discrimination ? Je m’interroge … Je pense que ceux qui prennent ces décisions n’ont rien compris, ils mélangent tout.

Les Fast-Food parlons-en ! Peut-on décemment comparer un fast food à un restaurant à la française. Je pense que l’on devrait faire une classification des
restaurants comme on l’a fait pour les hotels. De la même manière qu’il y a des hôtels 1,2,3 jusqu’à 5 etoiles luxe on devrait pouvoir aussi classer les restaurants pour le respect du métier. On ne peut pas classer un restaurant traditionnel un 3 étoiles et un Fast-Food dans la même catégorie dit «restaurant».

Vous vous êtes organisées avec Valérie Pécresse, la Présidente du Conseil Régional d’Île-de-France pour pallier aux difficultés financières des restaurateurs. Pouvez-vous expliquer ces actions?

 Babette de Rozières : Pour venir en aide aux restaurateurs Valérie Pécresse a mis en place plusieurs dispositifs d’aides aux petits commerçants : 

1– Le prêt rebond à 0% d’intérêt remboursable sur 6 ans avec un différé de 2 ans pour un montant de 10000 à 300000 euros pour des commerçants de 0 à 50 salariés.

2– Le prêt résilience à 0% d’intérêt remboursable sur 6 ans avec un différé de 2 ans pour un montant allant jusqu’à 100.000 euros pour permettre aux commerçants (de 0 à 50 salariés) qui ne peuvent pas bénéficier de prêts bancaires de pouvoir disposer d’un fond de roulement leur permettant d’ouvrir leur restaurant dans de meilleures conditions.

3- Un chèque numérique de 1 500 euros pour faciliter le click and collect.

4– Un chèque de 1 000 euros pour aider les petits commerçants de 0 à 10 salariés à payer leur loyer.

5 Elle ne s’est pas arrêtée là, elle soutient également les intermittents de la restaurant (appelés communément dans le métier les extras) ce sont des mères et des pères de famille qui souffrent et qui ne travaillent plus depuis le premier confinement et qui n’ont aucun statut. Pour ces extras l’Etat ne fait rien, ce sont les oubliés.

Valérie Pécresse est aussi intervenue auprès des assurances pour leur demander de faire un geste afin de permettre aux restaurateurs qui ont souscrits une assurance perte d’exploitation d’avoir une petite compensation.

Selon vous la Présidence avait-elle le choix de faire autrement que de priver les restaurateurs de leur principale activité?

 Babette de Rozières : Bien sûr elle avait le choix de faire autrement qui gouverne ???? On n’a pas le droit de tuer le gagne-pain d’autrui et c’est ce qu’elle fait depuis 6 mois. Il y a des commerçants qui ne se relèveront pas. Elle n’a surtout pas compris qu’un commerçant ce n’est pas un fonctionnaire et qu’il est de son intérêt de respecter les consignes sanitaires pour la santé des autres et sa propre santé. Il n y a pas plus discipliné qu’un restaurateur. Le restaurateur à l’habitude de la discipline et de l’hygiène ils travaillent comme des militaires. Dans cette crise ils ont exécuté tout ce qu’on leur a demandé ils ont respecté les consignes sanitaires. Leur fermeture, c’est une injustice ! On doit traiter les restaurateurs comme les autres commerçants. Je constate que depuis toujours, les restaurateurs sont toujours suspects aux yeux de l’administration.

Qu’aurait-fait la Région, une autre alternative était possible?

Babette de Rozières : La Région ne peut que se soumettre aux décisions du gouvernement et agir pour aider ces commerçants en détresse. Je pense que Valérie Pécresse Présidente règlerait différemment ces problèmes. En tout cas la France ne manque pas de masques de gants et de tests comme cela a été le cas au débit de la pandémie. Souvenez vous la présidente de la Région était au front pendant toute la période de confinement, à distribuer des masques dans toute l’ile de France dans les hôpitaux, les Ehpads, les pharmacies, les commerçants, les lycées les gares dans toute l’Île-de-France. Elle a même envoyé des masques en Outre-mer alors que le gouvernement n’en possédait pas. Au début de cette pandémie il y a eu trop de cafouillages le gouvernement n’a rien pu gérer. Ils étaient dépassés, ils sont retrouvés impuissants devant cette les dégâts monstrueux de cette pandémie. On aurait pu sauver des vies.

Souvenez-vous de Sibeth Ndiaye alors porte-parole du gouvernement qui conseillait aux français de ne pas porter de masques. Selon, la ministre, les masques n’étaient pas nécessaires. L’objectif était de cacher aux français leurs faiblesses et la mauvaise de gestion de cette crise. Maintenant, on ferme les restaurateurs au motif que les clients ne portent pas de masques alors que scientifiquement rien ne prouve que ce sont les restaurateurs responsables des clusters. On stigmatise les restaurateurs ce sont les boucs émissaires du gouvernement c’est scandaleux ! À côté de cela les supermarchés sont ouverts et cela ne gêne personne.

Votre dernier mot en cette fin d’année 2020?

Babette de Rozières : Il est temps que tout cela cesse pour que la
France et ses Outre-mer retrouvent la paix sociale bien méritée pour préparer un avenir serein.

Propos recueillis par Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy @Do Thy

Producteur tabassé : le rappeur Abd Al Malik a mal à sa France «Ce que l’on a vécu avec Michel, c’est inadmissible!»

Comme de nombreux manifestants, le rappeur et écrivain Abd Al Malik est encore choqué après le tabassage extrêmement violent du producteur antillais Michel Zecler. Au micro de BFMTV il témoigne sur une France qu’il ne connaît pas :

« Je suis venu manifester pour défendre l’honneur de mon pays, défendre l’honneur de la France. C’est pour cela que je suis venu manifester parce que ce que l’on a vu, ce que l’on a vécu avec Michel (Zecler), c’est inadmissible, en fait. Et cela nous montre un visage de notre pays qui n’est pas notre pays. Le visage de notre pays c’est de lutter pour la justice, c’est une démarche d’empathie, c’est une démarche d’ouverture, de respect de tous. C’est notre devoir en tant que citoyen dès qu’il y a des velléités de lois liberticides on doit se mettre en mouvement et dire Non. »

Document BFMTV

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice C’news Actus Dothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – Image Lemonmag.com

 

 

Producteur tabassé : «Ceux qui ont couvert les 4 policiers devraient être sanctionnés également» estime Yannick Jadot

Yannick Jadot, député européen EELV a répondu au tweet du Président Emmanuel Macron, qui hier soir, commentait dans un tweet, la sauvage agression du producteur martiniquais, Michel Zecler.

Le militant écologiste qui demande au Chef de l’Etat « retirer cette loi » répond via la chaîne en continue LCI, que ce n’est de la France dont il faut avoir honte : «Non, je n’ai pas eu honte de la France, après les images du producteur tabassé. Ce n’est pas la France qui a agi de cette manière. Ceux qui ont agi de cette manière ce sont des policiers qui doivent être identifiés révoqués et sanctionnés devant la justice et je ne parle pas simplement des policiers qui ont agi de manière inacceptable devant les images c’est aussi tous ceux qui ont couverts ces policiers».

Yannick Jadot, député européen EELV

Les opposants à la proposition de loi « sécurité globale » sont dans la rue ce samedi 28 novembre, des manifestations sont organisées un peu partout en France. La mobilisation a trouvé un nouvel écho après la diffusion du tabassage de Michel Zecler et la mise en cause de 4 policiers filmés pendant cette violente interpellation. La vidéo mise en ligne par a été vue plus de 13 millions de fois sur le réseau social Twitter.

A l’appel des journalistes, des syndicats, des gilets jaunes, des politiques se sont mêlés aux revendications dont la principale est le retrait total des articles 21, 22 et 24 de la proposition de loi « Sécurité globale » et également le retrait du schéma de maintien de l’ordre mis en place depuis septembre. Les derniers événements du tabassage du producteur a convaincu de nombreux français à descendre dans la rue ce samedi.

Michel Zecler et  son avocate Maître Hafida Ali

Le député européen EELV, Yannick Jadot qui participe aujourd’hui à la « Marche des libertés » a expliqué dans les médias ses motivations à participer à cette  Manifestation contre la loi de sécurité globale entre place de la République et la place de la Bastille à Paris.

«Il y a dans la police, évidemment, aussi du racisme comme il y en a dans la société. Il y a des dérives, et on a l’impression que finalement la précarisation de la police toutes ces dernières années a conduit l’Etat qui est en cause dans cette précarisation de la police, à couvrir des agissements qui étaient totalement inacceptables pour une police républicaine. Mais je conteste que la police soit raciste, je dis qu’il y a des dérives, qu’il y a des actes absolument insupportables qui malheureusement ont trop souvent été couverts, pas assez sanctionnés. C’est pourquoi la police des polices l’IGPN doit devenir indépendante parce qu’on doit sortir celles et ceux qui déshonorent la police républicaine, qui entachent l’ensemble des policiers et des gendarmes. On doit les sortir des forces républicaines des polices.» 

Dans la seconde vidéo filmé par un voisin de Michel Zecler, apparaît plus d’une douzaine de policiers en tenu, assistant au tabassage du producteur martiniquais, alors qu’il était à l’extérieur et sans arme.

Dans plusieurs grandes villes de France, les cortèges et manifestations statiques étaient nombreux, à Lille, à Bordeaux, à Rennes. Des tensions ont perturbé le rassemblement qui se tenait à Paris.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – Images capture d’écran C’news Actus Dothy

E. Macron: «La France a une part d’Afrique en elle. Ne restons pas prisonnier de notre passé» déclare le Président interrogé depuis l’Elysée

Dans une longue interview accordée aux journalistes Benjamin Roger et  Marwane Ben Yahmed pour Jeune Afrique, le Président de la République a répondu à plusieurs interrogations sur la Restitution du patrimoine africain, la fin du franc CFA, la lutte contre le terrorisme et les relations entre la France et l’Afrique.

À la question : Le sentiment anti-français se développe au sein des pays francophones. Comment l’expliquez-vous ? Emmanuel Macron a répondu sans détour, avouant un lien plus qu’amical entre le continent africain et la France, ancien empire colonial :

«Je pense qu’entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour. Notre pays a été présent sur le continent à la fois à travers le commerce triangulaire, des conflits dès le début du XIXe siècle puis des guerres coloniales. Cette histoire est là. Nous en sommes les héritiers. En avons-nous été les acteurs ? Non. Cette histoire a-t-elle été reconnue ? Oui, même s’il y a encore un travail historiographique en cours. Mais nous ne devons pas rester prisonnier de notre passé. Ce serait terrible.»

Dans cette interview faite depuis l’Elysée, on retiendra cette phrase du Président Emmanuel Macron disant « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés ».

Dorothée Audibert-Champenois rédactrice en chef CNewsActusDothy – Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy – Images Twitter E.M