Cannes : « Jénès Débwouya », le film du martiniquais Joris Arnolin fermera le Festival du Film Panafricain

Le dernier film du réalisateur martiniquais Joris Arnolin clôturera mercredi 28 octobre 2020, six jours de Festival où, à Cannes, plus de 60 films auront été vus par les festivaliers. Le dernier film qui sera encore à l’écran mercredi 28 octobre sera une production antillaise : « Jénès Débwouya » (Jeunesse débrouillarde). Ce film-documentaire de 54 mn,  projette les spectateurs dans le IIIème millénaire qui verra (certainement) des jeunes antillais, de jeunes hommes et des jeunes femmes aussi courageux et compétitifs qu’aujourd »hui, estime Joris Arnolin Wolde.

Le réalisateur ancien élève du Conservatoire Libre du Cinéma Français, et titulaire d’un Master en Sciences Humaines et Sociales explique son projet :  « Après des années d’études et de travail à Paris, j’entendais trop de personnes déclarer que « la jeunesse de maintenant n’a pas de conscience politique »,« la jeunesse de maintenant est perdue », « les jeunes de maintenant ne pense qu’à l’argent » , « ils se désintéressent de tout », « ils sont mauvais », « ils ne connaissent rien à rien ».  Ce film est destiné à leur rendre hommage et témoigner de la part de sagesse des populations jeunes. Car comme on dit chez moi : « Gran kouté piti, piti kouté gran (Les grands écoutent les petits, les petits écoutent les grands) » 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy @Do Thy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s