Cannes-Cinéma: « Rolling in the Deep », l’histoire vraie d’un vétéran Noir interdit de restaurants en Caroline du Sud

Le film produit, adapté et réalisé par Marcellus Cox, retrace la véritable histoire du lieutenant Marcus Washington. Il a été présenté dans plus de 130 Festivals et a remporté, à ce jour,  28 prix. Il termine sa course à Cannes,  bien accueilli  à la 17 édition du Festival International du Film Panafricain,  ce samedi 24 octobre à l’espace Miramar sur le Boulevard de la Croisette.

L’histoire commence quand un vétéran Noir de la Seconde Guerre mondiale qui rentre chez lui en Caroline du Sud, cherche à atteindre un objectif pour son défunt père. Le militaire qui rentre d’Europe, décide de prendre un repas dans un restaurant localement célèbre mais fréquenté uniquement par les Blancs.

Le contexte du film :  Après l’abolition de l’esclavage en 1865, la ségrégation raciale ne s’est jamais aussi bien portée que dans les années 1940 et après la seconde guerre mondiale. Ainsi, les Noirs étaient séparés des Blancs dans les régiments et les mess étaient distincts. Aux États-Unis, jusque dans les années 1960, le racisme et la discrimination ethnique étaient en faveur des Anglo-Américains grâce aux lois  : En matière d’éducation, d’immigration, de droit de vote, de citoyenneté, d’acquisition de terres.  Les Noirs et les Blancs étaient séparés dans les espaces publics, ceux qui y contrevenaient pouvaient être lynchés, roués de coups, battus, torturés ou pendus.

Dans leur écrasante majorité, les Blancs du Sud pensaient que les Noirs étaient fondamentalement différents et inférieurs en intelligence et en caractère.

La chanson Strange Fruits , écrite en 1937 par Abel Meeropol, un instituteur juif new-yorkais et interprétée par Billie Holiday, évoque de manière poignante de macabres rituels : « Les arbres du Sud portent d’étranges fruits … Du sang sur les feuilles… Du sang aux racines…Les corps noirs se balancent dans la brise du Sud… »

Après « Living » qui lui a valu un Dikalo Award en 2018, de son quartier d’Inglewood à Los Angeles, le réalisateur californien Marcellus Cox, s’investit sans relâche dans de grands projets qui lui tiennent à coeur : Les incessants combats contre les inégalités entre Noirs et Blancs aux Etats-Unis d’Amérique. Comme il le raconte à notre magazine, « Mon court métrage de fiction est basé sur une histoire vraie que j’ai reçue de la famille du LT. Marcus Washington ».

Stephen Cofield est le Lieutenant Marcus Washington, Samuel Whitehill est Horace Sherman et Sinead Sommers est esther.

Le court métrage de fiction de Marcellus Cox est en compétition pour le Dikalo Award du court métrage de fiction.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram @C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s