Contre les discriminations à l’embauche, Terra Nova propose la création d’un organisme qui labellise

Terra Nova est une association française, fondée en février 2008 par Olivier Ferrand qui définit l’association comme un laboratoire d’idées. Proche du centre gauche, Terra Nova est un think tank progressiste indépendant ayant pour but de produire et diffuser des solutions politiques innovantes en France et en Europe.

Son dernier rapport, publié jeudi 1er octobre est intitulé « La lutte contre les discriminations liées aux origines dans le monde du travail : faire cesser une injustice sans en commettre une autre» , il analyse les difficultés pour les personnes non blanches et d’origines étrangères à trouver un emploi en France. Le think tank relève  les mécanismes « insidieux et systémiques »  qui perdurent et propose donc une solution pour atténuer ces injustices à l’embauche.

Thierry Breton, rédacteur du rapport explique comment sortir de cette situation  : «Nous proposons de confier la lutte contre les discriminations au travail à une institution ad hoc (inspirée de l’Equal Employment Opportunity Commission aux EU). Cet office central de lutte contre les discriminations répondrait à plusieurs questions.»  Puisque le  « testing », le « name and shame », les chartes pour la diversité, les formations des responsables RH et la création de labels estampillés « égalité des chances » n’améliorent pas les conditions d’embauches, Terra Nova suggère la création d’un organisme indépendant (financé par des fonds publics) exclusivement consacré à la lutte contre les discriminations.

La première de ses missions sera de collecter des informations et des données permettant de quantifier les problèmes afin de pouvoir accompagner les entreprises et les services publics.  La mission de l’organisme est d’aider (gratuitement) les entreprises à lutter contre les stéréotypes et à améliorer leur politique de ressources humaines.  L’opérateur public aurait également un rôle de conseil auprès des autorités de contrôle, notamment l’Inspection du travail et le Défenseur des droits. L’Agence délivre, après audit, un label « égalité et inclusion » pour les entreprises qui ont adaptées leur politique RH. Les entreprises les plus mal classées et qui refuseraient de mettre en œuvre un plan d’action dans les trois ans pourraient se voir sanctionner par une pénalité financière.

Le rapport présenté annuellement aux entreprises sur leur action contre les discriminations est confidentiel. Mais les entreprises auront à rendre des comptes sur leur volonté de prendre en compte la lutte contre les discriminations. C’est l’objet de la démarche de labellisation.

Ce dispositif ne permet pas de lutter contre toutes les discriminations. L’accès au logement ou les contrôles d’identité ne peuvent pas être pris en charge de la même manière, précise Terra Nova sur son site.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Image Beauce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s