«Solitude», née esclave, héroïne et résistante, aura une statue et un jardin à Paris

Plus connue sous le nom de la Mulâtresse «Solitude»,  «Solitude», est une des plus grandes femmes à s’engager dans le combat contre l’esclavage en Guadeloupe. Son histoire, tirée de l’oubli en 1972 par l’écrivain  André Schwarz-Bart, (époux de la très célèbre guadeloupéenne Simone Schwarz-Bart),  a marqué l’histoire de la résistance noire, quand à l’âge de 30 ans, elle est condamnée à mort, incarcérée puis pendue. Cette reconnaissance est également historique, car c’est la première fois qu’une femme de la diversité aura sa représentation dans l’espace public en France. L’initiative est de la maire de Paris Anne Hidalgo qui dès ce samedi 26 septembre doit inaugurer un jardin portant le nom de la combattante «Solitude».

Dans le 17ème arrondissement, la mémoire de l’antillaise, insurgée, rebelle et engagée, sera honorée d’une plaque en son nom.

Anne Hidalgo durant les élections municipales – Mars 2020

« Ce sera la première statue de femme noire à Paris » a déclaré le nouvel adjoint au maire, chargé des Outre-mer. Jacques Martial, homme de culture, ancien président du Mémorial ACTe de Guadeloupe, s’est félicité de voir «Solitude» bientôt intégrant la quarantaine de statues de femmes historiques, visibles dans tout Paris.

La mulâtresse «Solitude» – Photo C’news Actus Dothy

La mulâtresse «Solitude» est née du viol d’une femme esclave africaine et d’un marin Blanc. En grandissant, elle sera remarquée par ses maîtres. Jeune femme à la peau et aux yeux clairs elle deviendra domestique, d’un rang supérieur aux autres femmes  à la peau plus sombre. Alors qu’elle a un statut privilégié contrairement à ses frères et soeurs nègres, dès la fin de l’esclavage en 1794, elle rentre en rébellion et devient une marronne. Dans le même temps, «Solitude» entend l’appel du colonel Louis Delgrès, le martiniquais basé en Guadeloupe à Basse-Terre lance un appel à la résistance.

Chantal Clem, fondatrice des «Femmes Totems»  et la mulâtresse «Solitude»

En  mai 1802, l’Empire français rétablit l’esclavage et «Solitude» s’engage dans la résistance et lutte corps et âme contre les colons esclavagistes. Elle sera arrêtée, condamnée et pendue le 29 novembre 1802, le lendemain de son accouchement.

Jean-Baptiste Colbert, auteur du code noir

Figure emblématique de la résistance noire, «Solitude» aura une statue dans Paris, selon les voeux de nombreux antillais. Un projet  qui s’inscrit dans une période de tension où la communauté antillaise s’insurge contre les statues nombreuses de figures historiques controversées comme l’est celle de Jean-Baptiste Colbert. Auteur du code noir,  il  réglementait l’esclavage dans les colonies françaises.

Solitude née vers 1772 en Guadeloupe – Photo C’news Actus Dothy

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s