Haïti: «Ainsi parla la mer» d’Arnold Antonin, remporte le prix latino-américain du meilleur moyen métrage en Bolivie

Avec ce film, « Ainsi parla la mer» (Men sa lanmè di) nous donnons la parole à la mer et surtout nous donnons aux haïtiens la parole» explique le réalisateur Arnold Antonin.

Pour résumer, ajoute le cinéaste, né à Port-au-Prince : «Lan mé à çé souss la vie» (La mer est la source de la vie). «Men sa lanmè di» est un documentaire qui raconte la mer d’Haïti, sa surexploitation, sa pollution et les diverses opportunités que cette vaste étendue offre à Haïti pour sortir de son marasme économique qui l’englue depuis trop longtemps, note le journal local, Le Nouvelliste.

Arnold Antonin

Le réalisateur et producteur haïtien, Arnold Antonin a remporté le prix du meilleur moyen métrage à la XVIème édition du Festival international du film des Droits de l’Homme en Bolivie.

Arnold Antonin vient de signer son 60ème film et le dernier est ce documentaire de  50 minutes sur l’environnement qui s’intitule «Ainsi parla la mer» (Men sa lanmè di). Le film récompensé en Bolivie traite des multiples possibilités qu’offre le monde sous-marin, du point de vue économique mais pas seulement. Le cinéaste décrit ce qu’est devenue la mer, au fil du temps : «un vaste dépotoir».

L’homme qui continue la promotion de sa nouvelle production, comme bon nombre d’haïtiens, s’exprime naturellement dans sa langue créole. Aux médias locaux,  Arnold Antonin explique,  l’essentiel du message de son moyen métrage : «Lan mè di an pil pawol. A dan film ta là, lan mè ka di tout soufrans, tout’ lan mizè, nous ka viv.»

Le réalisateur Arnold Antonin  insiste : «La mer a beaucoup à nous apprendre. Elle nous offre des possibilités énormes pour bien vivre et nous nourrir et elle est belle. Mais avec le réchauffement climatique et la pollution, elle est menacée de mort. Tous les déchets du littoral se déversent impunément dans la mer.»

Soutenu par les textes de Gary Victor et lu par la comédienne et réalisatrice Gessica Généus le documentaire alerte et met en garde les usagers,  qu’ils soient industriels ou particuliers, contre une pollution massive qui met en péril les ressources marines.

Gary Victor est un écrivain et scénariste haïtien. Né à Port-au-Prince, Gary Victor est le romancier haïtien le plus lu dans son pays, notamment par la jeunesse haïtienne. Outre son travail d’écriture, il est aussi scénariste pour la radio, la télévision et le cinéma (France Culture).

Gessica Généus et Gary Victor 

Gessica Généus débute sa carrière de comédienne à 17 ans avec le long-métrage Barikad,  de Richard Sénécal.  En 2011, elle  décroche une bourse d’études à l’Acting International de Paris. De retour en Haïti, elle crée sa société de production, Ayizian Productions, afin de développer ses propres réalisations.  En 2017, elle réalise Douvan jou ka leve (Le jour se lèvera), coproduit avec France Télévisions. Ce film remporte sept prix

Pêcheurs en Haïti – « Ainsi parla la mer» (Men sa lanmè di)

Musique du film : Roosevelt Saillant (Bic) – Musique additionnelle : Patrick Louis (Palouto)

Arnold Antonin répond aux questions du présentateur Kesner Pharel dans son émission Rendez-vous Économique :

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Intagram C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran «Ainsi parla la mer» (Men sa lanmè di)/Robert Berrouët-Oriol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s