Procès : Attentats Montrouge, Hyper Cacher, Charlie Hebdo, sans les principaux acteurs du massacre

Premier jour du procès des accusés des  attentats terroristes qui ont eu lieu cinq ans  plus tôt en janvier 2015.  L’ audience a commencé dès 10 heures ce mercredi 2 septembre dans la Salle d’audience Charlotte Bequignon-Lagarde. Des scènes atroces sont encore dans les mémoires.  « Des personnalités étaient parmi les victimes, elles ont reçu des balles dans la tête, d’autres ont été criblées de balles » et Clarissa Jean-Philippe, jeune policière d’origine martiniquaise a été abattue dans le dos par le terroriste Amedy Coulibaly.

Le 8 janvier 2015 à Montrouge (Hauts-de-Seine), Amedy Coulibaly tirait sur une policière municipale, qui décédait des suites de ses blessures à l’hôpital.

 De nombreux médias dont les principales chaînes en continu sont sur place et décrivent une ambiance particulière dans des conditions inédites de distanciation sociale.  Les accusés dispersés dans 2 boxes distincts à cause des règles sanitaires. Ils sont 11 hommes agés entre 30 à 67 ans qui sont soupçonnés d’avoir participé à des degrés divers à la préparation des attentats, en apportant une aide logistique, en fournissant des armes, de l’argent parfois un logement. L’objectif durant plusieurs semaines d’audience, est aussi de savoir s’ils savaient à quoi allaient servir ces armes et cet argent.

(Image du Figaro)

Dans ce procès filmé, deux boxes se font face : Dans le boxe de gauche, 5 accusés parmi eux Ali Riza Polat, celui qui encourt la perpétuité, car on considère que c’est lui le bras droit d’Amedy Coulibaly.  Ils sont tous encadrés par dix policiers cagoulés.

Devant le box des accusés, il y  un autre accusé qui comparaît libre, il est poursuivi pour association de malfaiteurs sans caractère terroriste, il risque dix ans de prison.

Dans un autre box, cinq autres accusés encadrés par cinq autres officiers de police.

Tous ont montré des signes coopératifs en indiquant au Président du nouveau tribunal de Paris, qu’ils ont l’intention de répondre aux questions durant ce procès qui durera 49 jours.

Des réponses attendues par les proches des victimes de janvier 2015. Ils sont 200 qui représentent la partie civile éparpillées dans d’autres salles du tribunal.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images capture d’écran BfmTv/Figaro/LePoint C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s