Danièle Obono « Je n’ai pas pleuré Charlie … On a tous pleuré les morts, les personnes »

La députée de la France Insoumise, Danièle Obone, cible d’un article fiction dans le magazine Valeurs Actuelles a porté plainte contre leurs auteurs. Invitée sur l’antenne de RMC/BFMTv ce mercredi matin 2 septembre, elle s’explique sur le procès qui se tient aujourd’hui contre les attentats de janvier 2015. Il y a cinq ans, la députée de la République avait réagi à l’appel du hashtag #JesuisCharlie qui traduisait à l’époque la laïcité à la française.

Danièle Obono, disait il y a cinq ans, n’avoir pas pleuré pour Charlie : « Je n’ai pas pleuré Charlie ». Aujourd’hui interrogée sur RMC, elle réitère ses propos : « On a tous pleuré ces morts, je parle des personnes. Mais… Charlie c’est autre chose, c’est une histoire, y compris une histoire militante. Moi je n’ai pas réussi à concilier cet élan de traumatisme et l’appel à aller marcher aux pas derrière les pires dictateurs de la planète en même temps que ça. Voilà, je n’ai pas réussi à mettre dans ce choix manichéens et binaire d’être ou ne pas être Charlie au nom de la liberté d’expression ».

Aujourd’hui,  selon certains médias, Danièle Obono, attachée à la Gauche de Jean-Luc Mélechon, est « quelqu’un qui a pris des positions assez controversé sur ce sujet. Une position qui traduit une évolution de la France Insoumise vers une forme de communautarisme pour certains.  La Laïcité qui est pourtant une valeur des partis de Gauches , est vu aujourd’hui comme une arme contre les musulmans. »

 

Pour la sénatrice Europe-Ecologie-Les Verts, Esther Benbassa, « toute les religions méritent respect » et méritent aussi qu’on les critique. Il s’agit avant tout, de « ne pas tomber dans l’intolérance, de discuter et de débattre ». Esther Benbassa précise qu’étant dans la tradition voltairienne, elle « est dans le respect des  êtres humains, de leur conviction, de leur religion, de leur couleur, de leur appartenance. « .

« Accepter le blasphème, mais il ne faut pas qu’il blesse non plus les personnes appartenant à telles ou telles religions. Je crois que les journalistes devraient savoir comment faire » nuance Esther Benbassa, d’Europe-Ecologie-Les Verts.

Pour rappel le droit au blasphème n’existe pas dans la constitution française, seul les critique et caricature sur une personne est condamnable.

11% des français ne condamnent pas les attentats selon un sondage IFOP pour Charlie Hebdo, 72% les condamnent totalement et 10% sont indifférent. 1 musulman sur 5 ne les condamnent pas.

Chez les jeunes de 15 à 24 ans, 1 sur 5 ne condamne pas les attentats de janvier 2015.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s