Covid-19: L’infirmier urgentiste guyanais Andy Asselos arrive au CHAR parmi des soignants épuisés

« Le nouveau coronavirus circule à un niveau élevé et la Guyane est encore en zone rouge avec un couvre-feu imposé de 19h à 5h du matin. 71 cas ont été déclarés au 31 juillet et 58 le dimanche 2 août. »  Dans ce contexte particulier, Andy Asselos Promeneur, infirmier dans l’Hexagone, a « été approché » pour travailler quatre semaines au Centre Hospitalier de Cayenne (CHAR). L’objectif Covid-19 est de renforcer le personnel de santé guyanais, épuisé depuis l’apparition du virus en mars 2020, et alourdi par la prolongation du confinement en mai dernier .

Orly Sud, lundi 4 août 2020

Suite à un appel renfort Covid-19, Andy Asselos a accepté de partir un mois pour la Guyane, sa terre natale  : « Je pars vers l’inconnu et je sais seulement que je travaillerai 12 heures. Je ne connais pas les hommes et les femmes avec lesquels je cohabiterai et ferai équipe « . Mais le missionnaire s’en va rassuré car depuis mars dernier, les conditions de travail et de protection pour les soignants en centre hospitalier ont bien changé.

Andy Asselos Promeneur, infirmier des urgences en partance pour la Guyane

S’il n’a plus cette angoisse d’être malencontreusement infecté par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, il appréhende la zone encore confinée où le virus continue sa progression.  L’ancien infirmier du  Centre hospitalier de Châteauroux se dit rassuré car le gouvernement « a écouté la problématique concernant le matériel ».

Si, dans plusieurs régions de l’Hexagone, la vague de contamination  est  en baisse depuis le déconfinement, Mayotte et la Guyane ne sont toujours pas tirés d’affaires. Pour soutenir l’hôpital de Cayenne, l’ARS envoie régulièrement du personnel soignant en renfort dans cette région frontalière avec le Surinam et le Brésil . A l’Aéroport d’Orly Sud, Andy Asselos attend son avion ce mardi 4 août 2020, l’infirmier libéral, spécialisé aux urgences, le guyanais se prépare pour une mission de trente jours.

Aéroport Félix Eboué – Guyane

Mardi 5 août 2020,  fin d’après-midi, l’infirmier débarque à l’Aéroport Félix Eboué, direction Cayenne où l’équipe parisienne est attendue à l’hôtel Royal Amazonia. Dès la descente sur le tarmac, Andy Asselos se rend compte que  la situation sanitaire en Guyane est compliquée :  « Pas de distanciation, le test PCR à refaire, alors qu’il était demandé au départ »,  le guyanais patiente pour récupérer ses bagages. Plus que jamais, il se prépare à porter toute son aide et son expertise dans le Centre Hospitalier Andrée-Rosemon (CHAR) : « L’hôpital de Cayenne met tout en oeuvre pour nous permettre de bien travailler », atteste Andy Asselos.

Cayenne

« La Guyane fait face à cette épidémie grâce aux moyens mis en place par le Gouvernement et la collaboration entre le Brésil et la France. C’est une coopération sur tout l’Arc Caraïbe « ,  précise le soignant.

Andy Asselos au Centre Hospitalier de Cayenne

Depuis son arrivée,  a pu constater  » un afflux de soignants  de la réserve sanitaire et de l’ARS ( Agence régionale de Santé) » au Centre Hospitalier Andrée-Rosemon. 50 nouveaux cas pour 7998 contaminations et 350 personnes testées, une situation sanitaire qui semble maîtrisée, note l’infirmier des urgences : « Au CHAR, la réanimation et le service umit accueil un secteur Covid en régression sur Cayenne ».  

 Dans la ville, se désole Andy Asselos, le couvre feu décrété durant la nuit est peu respecté. Indispensable pourtant.

Horaires de circulation en Guyane française

Après deux jours, l’infirmier urgentiste livre des nouvelles rassurantes. Les nouvelles dispositions et contraintes sanitaires anti-Covid-19 montrent leur efficacité : « Depuis le 4 mars sur 7 857 cas, 6 531 personnes ont été guéries et 43 sont mortes » rapporte l’infirmier-libéral  dernièrement en poste au Centre hospitalier de Châteauroux.

 

Communiqué du Préfet de Région pour les entrées et sorties du Territoire

« Ma famille est heureuse de savoir que je viens même s’ils craignent un peu pour moi surtout ma mère âgée. Mais connaissant mon parcours, ils ne sont pas plus inquiets », conclut Andy Asselos.  Il aura alors des épaules rassurantes après ses tâches stressantes dans la lutte contre le nouveau coronavirus en Guyane.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images A.A et Capture d’écran C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s