France Ô: Le «Pacte de visibilité des Outre-mer» est-ce suffisant! Babette de Rozières et Maud Petit réagissent

Depuis mardi 5 août 2020, le couperet est tombé. Entre France 4 et France Ô, le gouvernement a choisi le meilleur élève, laissant un sursis d’un an  à France 4 et baissant définitivement le rideau de France Ô, qui accuse une audience trop faible, dira Roselyne Bachelot, la remplaçante de Franck Riester. En lieu et place, un Pacte de visibilité des Outre-mer est lancé officiellement fin août. Babette de Rozières qui s’est activement illustrée, comme bien d’autres, pour la visibilité de France Ô considère cette fermeture comme «Une violence inouïe» face au public, aux défenseurs et aux salariés de la chaîne dédiée aux informations et programmes des Outre-mer. Comme la députée martiniquaise du Val-de-Marne, Maud Petit, l’élue guadeloupéenne, qui siège au Conseil régional d’Île-de-France s’interroge.

L’exploit de France 4 réside dans sa capacité d’adaptation. La crise sanitaire Covid-19, lui aura permis de montrer son utilité et son efficacité auprès des parents des élèves de primaire, obligés de suivre leurs cours en distanciel. Pari gagné pour France 4 qui « durant le confinement a bouleversé sa ligne éditoriale de manière à soutenir l’opération « nation apprenante » initiée par le ministère de l’Education nationale … La chaîne s’est révélée un instrument essentiel de soutien à la continuité pédagogique en cette période particulière. » a indiqué la nouvelle ministre Roselyne Bachelot dans un communiqué gouvernemental.

Pour France Ô ce sera une autre destinée, un autre chemin : « Je regrette profondément cette décision. Je maintiens que France Ô est nécessaire pour le lien Hexagone-Outre-mer » a commenté la députée du Val-de-Marne Maud Petit ce mercredi 5 août 2020 dans le quotidien Le Monde.  Quoique déçue de cette disparition, Maud Petit qui espérait un maintien,  à l’instar des autres délégués ultramarins, a pourtant participé à l’élaboration de ce Pacte de visibilité, elle l’avoue : «Le voeu présidentiel portait sur la fermeture définitive de la chaîne France Ô, c’était acté»

Bien entendu,  les deux projets auraient pu co-exister,  puisqu’à l’origine, c’est visiblement d’un manque de représentativité des programmes ultramarins sur les autres antennes que naît la chaîne France Ô qui alors diffuse en continu, relayant les contenus des 3 bassins des Outre-mer.  Paradoxe, la mission n’a pas abouti et Maud Petit le regrette : «On a défait ce que l’on a construit et je pense que d’ici quelques années, se posera la question de remettre une chaîne dédiée à l’Outre-mer! »

Pour le public de France Ô, Maud Petit se doit de s’engager totalement dans cette perspective du Pacte de visibilité des Outre-mer et souhaite qu’il fonctionne. Pour cela : « Nous parlementaires des Dom du Sénat et de l’Assemblée nationale devront être très vigilants » résume l’élue parlementaire du Val-de-Marne.

Babette de Rozières, Agne Evren, (Députée européenne), Yann Queffélec, Angèle Louviers (Avocate) (Comité de soutien France Ô)

« C’est dommage », lâche finalement Babette de Rozières, l’élue parisienne a été l’un des soutiens de la première heure de France Ô. Avec son charisme légendaire et sa détermination, la guadeloupéenne a mobilisé énormément pour que la chaîne, malgré son dysfonctionnement (reconnu par la présidence), puisse être maintenue. En vain.  Jointe au téléphone, elle exprime avec colère sa déception.

«J’ai soutenu France Ô de toutes mes forces. J’ai fait des tribunes. J’ai vu le ministre de la culture Franck Riester (à l’époque). J’en ai parlé au Prséident. J’ai fait de nombreuses interventions dans les médias. J’ai aussi créé un collectif de personnalités dont Yann Queffélec». Seulement Babette de Rozières ne mâche pas également ses mots sur la mission de la chaîne : « Si France Ô a failli à sa mission de service public, sa fermeture reste quand même d’une violence inouïe ». Enfin, elle convient qu’il faille avancer et se poser la question sur l’ambition du Gouvernement.

Babette de Rozières, Conseil Régional d’Île-de-France (Guadeloupe)

La date de fin des émissions est connue, France Ô s’éteindra le dimanche 23 août et c’est un Pacte de visibilité des Outre-mer qui prendra le relais.

Le groupe France Télévisions rappelle qu’il a pris des engagements en 2019, afin «de donner plus de visibilité aux contenus ultramarins sur les autres antennes ». Depuis une année, indique les responsables du groupe, « des contenus dédiés dans tous les domaines ont fait leur apparition sur France 2 et France 3 ».

Des engagements qui feront l’objet d’un comité de suivi composé de membres du ministère de la culture, de l’outre-mer, de parlementaires et du CSA.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s