Black Lives Matter : Pourquoi l’Afrique reste-t-elle en marge des dénonciations?

Sous forme de « Questions Africaines » (QA), l’universitaire et chroniqueur Christian Tidou tente d’interroger les panafricains sur des thématiques actuelles. En juin dernier, dans le contexte des manifestations liées à la mort brutale de l’Afro-Américain George Floyd, Christian Tidou interpellait ses compatriotes. La Question africaine 52, s’intitule : Black Lives Matter, pourquoi l’Afrique reste-t-elle en marge des dénonciations ? Voici telle qu’elle est publiée dans AfrigMag de juin dernier.

Mes amis,

Le Directeur de l’institut Panafricain de Stratégie s’en est offusqué, bien qu’à demi mot : l’Afrique reste sourde aux appels à manifester contre le racisme sous ses pires formes. Comme tout le monde, Tidiane Gadio a suivi les mouvements de colère qui sont partis de Minneapolis pour essaimer à travers le monde. Liste interminable des Noirs tués par la violence légale, casses, pillages affrontements, puis marches et symbole du genou à terre.

La rage a fait place à des marches qui ont actualisé bien des crimes que ce monde s’offrait le luxe d’oublier, comme celui d’Adama Traoré en France en juillet 2016. S’il faut dire non aux excès, autant dénoncer aussi les violences des hommes en armes, surtout quand elles prennent l’affreux visage de la discrimination et du racisme.

Sauf que dans cette affaire où le Noir est coupable de ne pas être Blanc, l’Afrique, qui a été Charlie en 2015, au point d’en pleurer, n’est pas du tout Floyd. Et on ne peut que se demander d’où viennent les causes pour lesquels nos leaders et nous-mêmes nous engageons, surtout quand nos footballeurs se sont vu traiter de macaques sur mille terrains. Attendons-nous une dictée ? De qui ou de quoi ? Y aurait-il un fossé trop grand entre ceux qui ont construit l’Amérique et ceux qui sont restés en Afrique mère ? Désapparentement ? Déchirement ?

Il y a, en tous les cas, une solidarité insuffisante des Africains qui parlent contre l’Afrique, malgré la condamnation de Moussa Faki Mahamat pour le compte de l’UA. Cette faible prise de position nous soustrait d’un débat qui nous colle pourtant à la peau et qui est aussi vieux que notre rencontre des autres. Tidiane Gadio le dit, c’est la continuité de l’esclavage.

Alors que Houston se prépare à rendre un ultime hommage à George Floyd, le Black mort de trop, et entré dans l’histoire bien malgré lui, nos Chefs d’État, nos activistes, nos leaders d’opinion devraient envoyer au monde, qui brave la Covid-19 pour dire “Non !”, un message plus clair, plus solidaire, plus fort.

Quelle analyse faites-vous de la non participation de l’Afrique face à la tragédie Floyd et au mouvement Black Live Matter ?

Question Africaine 52 – Christian Tidou

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Source et Images AfrikMag/Arnet.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s