Martinique: Une photo prise par la police semble contredire Keiziah, un gendarme au sol est frappé violemment

Jeudi 16 juillet 2020, suite à une violente confrontation entre de jeunes membres du Collectif anti-Chlordécone et des gendarmes mobiles de Fort-de-France, Keiziah, un activiste de 22 ans a été interpellé et maintenu en garde à vue jusqu’à sa libération samedi matin 18 juillet 2020.

Lors d’une conférence de presse improvisée, organisée par le Komité 13 janvier 2020, Keizhia s’était plaint de son arrestation qui s’était déroulée dans des conditions dégradantes. Une garde à vue qui avait choquée une partie de la population de la Martinique, qui s’énervait sur les réseaux sociaux de violences policières sur les jeunes du collectif anti-chlordécone.

Keizhia faisait alors un listing de ses blessures à la tête, sur l’ensemble du corps et soutenait qu’il avait subi des propos discriminatoires. « Ils m’ont insulté avec des jurons racistes, ils m’ont donné des coups. Ils m’ont dit que j’allais payé en m’appelant sale négro. Ils m’ont donné des coups à la tête, aux bras me disant que j’étais baisé. Ils m’ont piétiné les parties sexuelles. J’ai reçu un coup à la tête, je saignais. Un des gendarmes a introduit son pouce dans mon oeil. Ils m’ont battu alors que j’étais déjà dans le fourgon» indiquait l’activiste samedi dernier.

       

Blessé durant la mêlée entre les personnes présentes et les gendarmes, il a dû insister pour qu’on l’hospitalise. Victime d’un choc à la tête, l’étudiant n’est resté que quelques heures avant que des policiers ne le ramènent au commissariat, rue Victor Sévère à Fort-de-France.

Il lui est reproché, durant la confrontation, d’avoir donné des coups de poings et frappé à coups de pieds un gendarme au sol . Ce que réfute le jeune antillais pendant la conférence de presse. Mais depuis, des captures d’écran circulent qui montrent un jeune homme, identifié par les policiers comme étant Keizhia qui assène un violent coup de pied à un gendarme couché au sol. Le jeune homme porte un tatouage en haut de l’avant-bras droit et porte des chaussures rouges comme ceux aperçus dans la vidéo du jeune activiste durant sa conférence de presse.

Pour l’heure le jeune martiniquais attend une prochaine convocation qui permettra d’éclairer les différentes parties sur cette interpellation du jeudi 16 juillet 2020 qui a dégénérée. L’activiste manifestait pacifiquement, en jouant du Bèlè devant le commissariat de Fort-de-France, les gendarmes ont demandé au groupe de s’éloigner avant de charger, créant une violente bousculade.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Réseaux sociaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s